Fin de la vague Omicron au Maroc

1er mars 2022 - 15h40 - Monde - Ecrit par : S.A

Le ministère de la Santé et de la Protection sociale vient d’annoncer la fin de la vague Omicron. Une annonce qui intervient après deux semaines consécutives de niveau vert et le début de la phase post-vague ou la troisième inter-période.

Dans sa présentation du bilan bimensuel de la situation épidémiologique au cours de la période allant du 15 au 28 février 2022, Mouad Mrabet, coordonnateur du Centre national des opérations d’urgence de santé publique du ministère de la Santé et de la Protection sociale a indiqué que la vague Omicron a été, comme prévu, une vague rapide et courte qui a duré 11 semaines et a atteint son apogée dans la semaine du 17 au 23 janvier 2022.

À lire : Omicron : des cas de sous-variant BA.2 au Maroc ?

« Contrairement à la vague “Delta”, la vague Omicron est moins virulente et moins létale, car le pourcentage de cas graves et critiques au cours de la vague Delta était de 4,3 %, tandis que ce pourcentage était de 2 % au cours de la vague Omicron, ce qui représente plus de la moitié », a précisé le responsable, soulignant que la dernière semaine, allant du 21 au 27 février, a été marquée par la poursuite de la décroissance rapide du nombre de nouveaux cas pour la cinquième semaine consécutive. Également par « la poursuite de la décroissance du taux de positivité des analyses, puisqu’il est passé de 24,4 % pendant la semaine de pointe à 1,9 % la semaine dernière. »

À lire : Le variant Omicron s’étend au Maroc, déjà un mort

S’agissant de l’indice de reproduction des cas, il se maintient à moins de 1 depuis 38 jours, pour se situer à 0,79 la semaine dernière. Quant aux autres indices, Mouad Mrabet fait savoir que le nombre de cas graves dans les services de réanimation a connu une baisse de 40 % pour s’établir à 133 nouveaux cas. En tout, 171 malades ont quitté ces services après l’amélioration de leur état de santé. Les cas de décès ont, eux aussi, enregistré une baisse (26 %) par rapport à la semaine précédente, pour atteindre 84 au cours de la dernière semaine.

À lire : Covid-19 au Maroc : le pic de la vague Omicron atteint

Concernant le taux de létalité, il s’est situé jusqu’à lundi à 0,6 pc pour la vague Omicron et 1,3 pc pour Delta soit une hausse de près de la moitié, a ajouté le responsable. Selon lui, cette baisse s’explique par plusieurs facteurs dont l’efficacité de la campagne de vaccination, outre les spécificités et l’évolution de la connaissance autour du virus.

Sujets associés : Santé - Coronavirus au Maroc (Covid-19)

Aller plus loin

L’épidémie du Covid-19 n’est pas terminée, alertent les autorités marocaines

Pour éviter une rechute de la situation épidémiologique liée au Covid-19, le ministère de la Santé a recommandé aux Marocains de maintenir les mesures préventives et de...

Covid-19 : le variant Omicron dominant au Maroc

Au Maroc, plus de la moitié des personnes atteintes du Covid-19 ont contracté le variant Omicron. Le virus est devenu dominant selon les autorités sanitaires.

Covid-19 au Maroc : la deuxième vague Omicron terminée

Au Maroc, la deuxième vague Omicron est terminée. Ceci après deux semaines consécutives de niveau de vigilance « vert faible » de la circulation du Covid-19 et le début de la...

Omicron : des cas de sous-variant BA.2 au Maroc ?

Le 1ᵉʳ cas d’infection du sous-variant BA.2 aurait été détecté au Maroc malgré la fermeture des frontières. Ce variant, qui se propage à un rythme inédit, a déjà été détecté...

Ces articles devraient vous intéresser :

Variole du singe : mise à jour du plan de riposte au Maroc

Le ministère de la Santé et de la protection sociale a annoncé avoir procédé, une nouvelle fois, à la mise à jour de son plan de riposte contre la variole du singe.

L’implication des MRE attendue dans les réformes du système sanitaire

Le Conseil de la communauté marocaine à l’étranger (CCME) attend des cadres de santé marocains résidant à l’étranger, un engagement citoyen pour la réussite du projet de réforme du système sanitaire national.

Nouvelle fiche sanitaire pour entrer au Maroc

Tous les voyageurs souhaitant accéder au territoire marocain devront désormais remplir les mêmes conditions. Qu’importe le moyen de transport, la fiche sanitaire du pays a été actualisée, simplifiée et uniformisée.

Maroc : une triche massive aux concours d’accès aux facultés de médecine

Au Maroc, des cas de triche ont été constatés lors des concours d’accès aux facultés de médecine. Le ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de l’innovation est sur le banc des accusés.

Covid-19 au Maroc : la deuxième vague Omicron terminée

Au Maroc, la deuxième vague Omicron est terminée. Ceci après deux semaines consécutives de niveau de vigilance « vert faible » de la circulation du Covid-19 et le début de la phase post-vague ou la quatrième période intermédiaire.

Punaises de lit : la psychose atteint le Maroc

Le ministère de la Santé et de la Protection sociale a confirmé, mercredi, l’absence d’une propagation exceptionnelle des punaises de lit au Maroc. Dans un communiqué, les autorités sanitaires affirment avoir mis en place des mesures préventives en...

La députée Zineb Simou victime d’une intoxication alimentaire

Zineb Simou, députée du Rassemblement national des indépendants (RNI) a été victime d’une intoxication alimentaire, après avoir mangé dans un petit restaurant à Ksar El Kébir.

Chèque de garantie : ce scandale marocain

La conseillère parlementaire du parti de l’Union Nationale du Travail au Maroc (UNTM), Loubna Alaoui, a adressé une question orale au gouvernement sur la persistance de certaines pratiques illégales dans les cliniques privées, notamment l’exigence d’un...

Les banques marocaines ont résisté à la crise sanitaire

Les banques marocaines ont été résilientes pendant la crise sanitaire liée au Covid-19, selon un rapport de la Banque centrale du royaume.

Le Maroc veut garantir un système de santé « exemplaire » dans 5 ans

Khaled Aït Taleb, ministre de la Santé et de la protection sociale dévoile ses ambitions pour le secteur de la santé. Il entend mettre en œuvre une réforme devant garantir un système de santé « exemplaire » dans un délai de cinq ans.