Covid-19 au Maroc : la deuxième vague Omicron terminée

10 août 2022 - 00h00 - Maroc - Ecrit par : S.A

Au Maroc, la deuxième vague Omicron est terminée. Ceci après deux semaines consécutives de niveau de vigilance « vert faible » de la circulation du Covid-19 et le début de la phase post-vague ou la quatrième période intermédiaire.

Dans sa présentation du bilan bimensuel de la situation épidémiologique (5 juillet au 8 août 2022), Mouad Mrabet, coordonnateur du Centre national des opérations d’urgence de santé publique du ministère de la Santé et de la Protection sociale, a indiqué que le Maroc a connu une quatrième vague de Covid-19 qui a duré 11 semaines et a atteint son apogée entre le 20 juin et le 3 juillet.

À lire : Omicron : des cas de sous-variant BA.2 au Maroc ?

La deuxième vague Omicron est terminée. Toutefois, la vigilance doit être de mise, car « la propagation du virus se poursuivra à un niveau faible avec la possibilité de la parution d’une éventuelle vague, mais pas imminente », a averti le responsable. Dans le même contexte, il a été noté que les deux dernières semaines ont été marquées par une décroissance graduelle de la circulation du virus. Mrabet précise par ailleurs que le taux de positivité des analyses est passé de 22,6 % pendant la semaine de pointe à 3,2 % la semaine dernière, avec un indice de reproduction de 0,83.

À lire : Omicron : les contaminations repartent à la hausse au Maroc

S’agissant du nombre de cas graves ou critiques dans les services de réanimation, il a baissé de 76 % pour s’établir à 999 cas lors de cette quatrième vague, contre 4 201 cas admis pendant la même période durant la première vague d’Omicron. Selon Mouad Mrabet, ce résultat s’explique par le fait que les citoyens acquièrent une immunité naturelle et vaccinale. Quant au nombre de décès recensés lors de cette deuxième vague d’Omicron, il a enregistré une baisse de 85 %, passant de 1 182 à 182 cas.

À lire : Covid-19 au Maroc : le pic de la vague Omicron atteint

Comme à son habitude, le responsable a fini sa présentation par un appel à l’ensemble des citoyens âgés de plus 60 ans et ceux de 18 ans et plus atteints de maladies chroniques, à recevoir la dose de rappel, six mois après avoir reçu la troisième dose. Aussi a-t-il exhorté les personnes qui présentent des symptômes respiratoires à porter un masque et à cesser toute activité professionnelle ou sociale, tout en se rendant dans les établissements de santé pour recevoir un traitement approprié.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Santé - Coronavirus au Maroc (Covid-19) - Vaccin anti-Covid-19

Aller plus loin

Fin de la vague Omicron au Maroc

Le ministère de la Santé et de la Protection sociale vient d’annoncer la fin de la vague Omicron. Une annonce qui intervient après deux semaines consécutives de niveau vert et...

Omicron : les contaminations repartent à la hausse au Maroc

L’épidémie du Covid-19 repart à la hausse au Maroc avec un taux de positivité de 40 % dans certaines régions. Une nouvelle vague de contaminations due au variant Omicron qui...

Covid-19 au Maroc : le pic de la vague Omicron atteint

Après une fin d’année 2021 angoissante, la situation épidémiologique au Maroc s’est améliorée début janvier. Les contaminations restent certes à des niveaux élevés, mais le...

Omicron : des cas de sous-variant BA.2 au Maroc ?

Le 1ᵉʳ cas d’infection du sous-variant BA.2 aurait été détecté au Maroc malgré la fermeture des frontières. Ce variant, qui se propage à un rythme inédit, a déjà été détecté...

Ces articles devraient vous intéresser :

Le Covid-19 se rappelle au bon souvenir des Marocains

Après une période d’accalmie, le Maroc fait désormais face à une hausse des contaminations au Covid-19. Le ministère de la Santé a exprimé ses inquiétudes appelant les Marocains à respecter les recommandations.

Le jeûne du ramadan est-il compatible avec le diabète ?

Quel est l’impact du jeûne de ramadansur la santé d’un fidèle diabétique et quels sont les risques encourus ? Abdul Basit et Yakoob Ahmedani, tous deux médecins, donnent leur avis sur cette question qui préoccupe de nombreux fidèles musulmans.

"L’boufa", la nouvelle menace pour la société marocaine

Le Maroc pourrait faire face à une grave crise sanitaire et à une augmentation des incidents de violence et de criminalité, en raison de la propagation rapide de la drogue «  l’boufa  » qui détruit les jeunes marocains en silence.

Le tourisme marocain connaît une embellie pendant les fêtes de fin d’année

Au Maroc, plusieurs établissements hôteliers ont fait le plein pendant les fêtes de fin d’année. Une embellie après deux ans difficiles de crise sanitaire liée au Covid-19.

Maroc : pas d’augmentation des prix des consultations médicales

Les tarifs des consultations médicales au Maroc n’ont subi aucune augmentation. L’information a été démentie par un syndicat, assurant qu’aucun accord n’a été signé entre les médecins du secteur privé et le gouvernement sur ces prix.

Maroc : mauvaise nouvelle pour les fumeurs

Sale temps pour les fumeurs marocains qui devront, une fois encore, passer à la caisse pour s’acheter leurs cigarettes. Cette augmentation vient d’être validée définitivement et doit entrer en vigueur au début de l’année.

L’état de santé de la chanteuse Khadija El Bidaouia s’aggrave

Nawal, la fille de la chanteuse Khadija El Bidaouia a annoncé qu’en raison de la propagation du cancer du poumon dont souffre sa mère, les médecins ont décidé d’arrêter la chimiothérapie.

Aziz Akhannouch confiné après avoir contracté le Covid-19

Le Chef du gouvernement,Aziz Akhannouch, a contracté le Covid-19, sous une forme asymptomatique, selon le porte-parole du gouvernement, Mustapha Baitas.

Le Maroc ouvre ses portes aux médecins étrangers

Des médecins étrangers pourront bientôt exercer au Maroc. C’est ce que vient de confirmer le ministre de la Santé Khaled Ait Taleb.

Les joueurs marocains font la queue à l’infirmerie

Après l’euphorie de leur qualification aux quarts de finale de la coupe du monde, les joueurs marocains font face aux conséquences physiques.