Finale du Mondial 2030 : les atouts du Maroc face à l’Espagne

14 novembre 2023 - 11h00 - Sport - Ecrit par : A.P

Le Maroc et l’Espagne, co-organisateurs de la coupe du monde 2030 avec le Portugal, se livrent une concurrence pour accueillir la finale de la compétition. Une rivalité saine qui pourrait se terminer à l’avantage du Maroc.

Alors que l’Espagne souhaite voir cette finale se jouer au stade Santiago Bernabéu, le Maroc envisage de construire à Benslimane, près de Casablanca, le Grand stade africain, d’une une capacité de 115 000 places, pour accueillir l’événement. Pour le moment, le président par intérim de la fédération espagnole de football, Pedro Rocha, tente de convaincre la FIFA que le stade espagnol est le plus adapté pour la finale du Mondial 2030.

Pas moins de 15 stades ont été identifiés par l’Espagne pour abriter des matchs de cette coupe du monde. Mais aucun d’eux n’a été retenu pour le match d’ouverture qui se jouera en Uruguay. La fédération espagnole se bat pour que 10 de ses stades soient retenus. De son côté, le Maroc espère obtenir le quitus pour six stades (Agadir, Marrakech, Casablanca, Rabat, Tanger et Fès), sans oublier sa volonté clairement affichée d’accueillir la finale. Le Portugal, quant à lui, mise sur trois stades, dont deux à Lisbonne et un à Porto, relaie The Objective.

À lire : Finale de la Coupe du monde 2030 : la tension monte entre le Maroc et l’Espagne

Le Maroc compte sur le président de sa Fédération, Fouzi Lekjaa, pour peser de son poids lors du vote des 54 pays qui composent la Confédération africaine de football (CAF). Mais le dernier mot reviendra à la FIFA, et plus précisément à son président, Gianni Infantino. À ce niveau, Fouzi Lekjaa dispose également d’un grand avantage, puisqu’il est membre du Conseil de la FIFA depuis le 11 mars 2021.

Pendant ce temps, la fédération espagnole n’a pas de président confirmé depuis la démission de Luis Rubiales le 10 septembre dernier et a perdu sa place au sein du Conseil de la FIFA depuis le départ d’Angel María Villar en 2017. Certains analystes estiment que le président par intérim de la RFEF manque de légitimité et n’a pas les coudées franches pour prendre de grandes décisions. Une situation qui pourrait réduire à néant les efforts de l’Espagne dans cette rivalité avec le Maroc quant au stade devant abriter la finale du Mondial 2030.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Espagne - Football - FIFA - Fédération Royale Marocaine de Football (FRMF) - Fouzi Lekjaa - Coupe du monde 2030

Aller plus loin

Coupe du monde 2030 : ce que prévoit le Maroc

Dans le cadre d’une candidature commune entre le Maroc, l’Espagne et le Portugal à la Coupe du monde 2030, le président du comité de candidature marocain, Faouzi Lekjaa, a...

Finale de la Coupe du monde 2030 : la tension monte entre le Maroc et l’Espagne

« Rien n’a été décidé », a déclaré le dirigeant de la Fédération espagnole de Football, Pedro Rocha, concernant le pays qui accueillera la finale de la Coupe du Monde 2030,...

Mondial 2030 : le Maroc a une longueur d’avance sur l’Espagne

Le Maroc et l’Espagne souhaitent tous deux accueillir la finale de la coupe du monde 2030 qu’elles coorganisent avec le Portugal, mais Rabat a une longueur d’avance sur Madrid.

Coupe du monde 2030 : tensions Espagne-Maroc ?

Le président par intérim de la Fédération espagnole de football (RFEF), Pedro Rocha, a exprimé son souhait de voir la finale de la coupe du monde 2030 se jouer en Espagne. Une...

Ces articles devraient vous intéresser :

La Juventus ne sait que de faire Mohamed Ihattaren

Le jeune joueur néerlandais d’origine marocaine, Mohamed Ihattaren, n’est pas encore fixé sur son avenir. Prêté à la Sampdoria l’été dernier, il devrait repartir en prêt après un début de saison raté. Son club, la Juventus, est à la recherche d’un...

Un ancien joueur anglais demande à Arsenal de recruter Sofyan Amrabat et Azzedine Ounahi

À l’approche du mercato d’hiver, l’ancien international anglais Ray Parlour a conseillé Arsenal de signer les internationaux marocains Sofyan Amrabat et Azzedine Ounahi, révélations de la coupe du monde.

Walid Regragui aux Marocains : « on fera mieux inch’Allah »

Après la défaite samedi face à la Croatie en petite finale de la coupe du monde, le sélectionneur national Walid Regragui a décrypté la rencontre, estimant son équipe était fortement diminuée physiquement, mais qu’elle a perdu contre une très belle...

Vahid Halilhodžić ne digère toujours pas son éviction par le Maroc

L’ancien sélectionneur de l’équipe nationale marocaine, Vahid Halilhodžić, a désigné l’équipe du Maroc comme future vainqueur de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) prévue en Côte d’Ivoire. Il garde toutefois une vraie rancœur d’avoir été limogé.

Yahya Attiat-allah croule sous les demandes

Le joueur marocain Yahya Attiat-allah est très convoité sur le marché des transferts avec des offres venant de plusieurs clubs séduits par la prestation du joueur du Wydad de Casablanca au Qatar.

Un ancien de Chelsea en colère contre Hakim Ziyech

Un ancien de Chelsea n’a pas digéré la défaite (1-2) du club anglais face à Southampton et demande aux dirigeants des Blues de se séparer de l’international marocain Hakim Ziyech avant la fin du mercato estival.

Mondial 2022 : inquiétude pour Romain Saïss

À quelques semaines du coup d’envoi de la Coupe du monde, des inquiétudes montent dans le camp du Maroc en raison des joueurs blessés. Le cas du capitaine de la sélection nationale préoccupe.

Le Qatar empêche des vols de Royal Air Maroc à atterrir à Doha

Suite à des « restrictions imposées par les autorités qataries », la compagnie aérienne Royal Air Maroc (RAM) a annulé tous ses vols prévus ce mercredi vers le Qatar.

Maroc : des matchs amicaux pour faire oublier une CAN ratée

Le Maroc se prépare pour les éliminatoires de la Coupe du monde 2026 et la Coupe d’Afrique des nations (CAN) qu’il accueillera en 2025. Des matchs amicaux seront bientôt programmés.

Mondial 2022 : Jurgen Klinsmann salue le parcours des Lions de l’Atlas

La pluie de messages de félicitations se poursuit, suite au parcours historique des Lions de l’Atlas au Mondial 2022. Après les chefs d’État, les célébrités du monde, c’est la légende du football allemand, Jurgen Klinsmann, qui s’est montré élogieux...