Flambée des prix des tomates au Maroc : comprendre les causes

3 décembre 2023 - 11h00 - Economie - Ecrit par : S.A

Confrontés depuis plusieurs mois au retour de l’inflation, les Marocains font face désormais à une hausse des prix des tomates, un produit indispensable à la table marocaine. Qu’est-ce qui explique cette flambée qui a un impact direct sur leur pouvoir d’achat ?

Les prix des tomates sont particulièrement élevés au Maroc cet automne. Le kilo de tomates s’affiche entre 8 Dh/Kg et 9 Dh/Kg chez le détaillant. À l’origine de cette flambée, de basses températures sans précipitations qui ont produit un impact négatif sur la production des tomates. « Les rendements de tomates ont diminué ces derniers jours en raison du refroidissement du climat dans la région de Souss Massa », qui assure 85 % de la production nationale, explique Mustapha Aouragh, producteur de tomates, cité par le site spécialisé FreshPlaza. Il précisera que « la semaine dernière a marqué la fin d’un long été, mais les températures sont un peu trop basses en ce moment. La journée commence avec une température de 10 degrés dans la région d’Agadir. Les rendements en tomates ont chuté à 500 kg par hectare et par jour en moyenne, avec une récolte tous les deux jours, contre 1 000 ou 1 200 kg il y a deux semaines ».

À lire : Le Maroc, nouveau géant mondial de l’exportation de tomates

La situation environnementale explique aussi la flambée des prix des tomates. « L’effet du gel » dû à la vague de froid inédite, les pertes dues au ToBRFV affectent les volumes. « L’arrachage des plantes contaminées reste la seule solution, et les volumes perdus varient d’une semaine à l’autre et d’un producteur à l’autre », assure Aouragh, notant qu’il est difficile d’établir une moyenne pour l’ensemble de la région pour la saison qui vient de commencer. « Mais nous avons enregistré moins de pertes grâce à la baisse des températures, mais aussi grâce à la montée en connaissances des producteurs en matière de prévention des contaminations », ajoute-t-il.

À lire : Tomate marocaine : le nouveau cauchemar des producteurs français

Cette forte baisse de la production n’est pas sans conséquence sur les exportations. « Il y a une nette augmentation de la demande des acheteurs des Pays-Bas, qu’il n’est pas facile de satisfaire entièrement, étant donné que les exportateurs sont tenus d’honorer leurs contrats avec, en particulier, les acheteurs de France et du Royaume-Uni, qui achètent davantage sous contrat », déclare le producteur. Cette situation le pousse d’ailleurs à privilégier la culture des poivrons. « La filière de la tomate est devenue tellement compliquée et imprévisible que j’ai opté cette saison pour les poivrons, qui sont moins exposés à la pression virale, ainsi que les petits fruits », précise Aouragh.

À lire : Le Maroc contraint de restreindre ses exportations de tomates

Outre les tomates, les cultures qui ont des stades de développement sensibles au gel, comme les arbres fruitiers en fleurs, les légumes-feuilles tendres et les cultures de printemps sont, elles aussi, vulnérables au froid, fait-on savoir.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Agriculture - Prix - Alimentation

Aller plus loin

France : le manque d’offre en provenance du Maroc à l’origine de la flambée des prix des tomates

En France, les prix des tomates commencent à monter en flèche en raison notamment du manque d’offre en provenance du Maroc et d’Espagne.

Tomate marocaine : le nouveau cauchemar des producteurs français

Face à l’augmentation des importations de tomates marocaines, les producteurs français expriment leur inquiétude et pointent du doigt une concurrence déloyale.

Le Maroc, nouveau géant mondial de l’exportation de tomates

Les exportations de tomate marocaine ont enregistré une hausse considérable, atteignant des chiffres record lors de la campagne agricole 2022/2023.

Le Maroc contraint de restreindre ses exportations de tomates

Le Maroc se voit contraint de restreindre ses exportations de tomates en raison des prix intérieurs élevés. Les tomates cerise ne sont pas concernées par les restrictions.

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : record d’exportations d’avocat, mais à quel prix ?

Les agriculteurs marocains continuent de produire de l’avocat destiné à l’exportation, malgré le stress hydrique que connaît le royaume. Le volume des exportations de ce produit a déjà atteint 30 000 tonnes.

Le Maroc contraint de réorienter sa production agricole

Face à la sécheresse et au stress hydrique d’une part, et à l’inflation d’autre part, le gouvernement marocain est contraint de revoir sa politique agricole et alimentaire pour garantir l’eau et le pain.

Trop chère, les Marocains diminuent leur consommation d’huile d’olive

Le marché de l’huile d’olive subit de plein fouet les conséquences de la sécheresse qui sévit au Maroc et la hausse des prix à l’international. La baisse de la production d’olive liée au faible rendement a entrainé une flambée du prix et, par...

Agriculture : appel au renforcement de la coopération entre le Maroc et Israël

Le ministre israélien de l’Agriculture appelle le Maroc et l’État hébreu à s’investir davantage dans le développement du secteur agricole à travers la signature d’accords de partenariat.

Couverture sociale : un prêt de 3,1 MMDH de la BAD au Maroc

Le Maroc et la banque africaine de développement (BAD) ont signé deux accords de prêt pour le financement d’un projet de céréaliculture et la généralisation de la couverture sociale, portant sur un montant de plus de 3,1 milliards de dirhams.

Les Marocains paieront plus cher certains produits

En raison d’une décompensation annoncée, les prix de certains produits de grande consommation comme le gaz, la farine et le sucre reviendront plus cher aux consommateurs marocains.

Le marché britannique souffre de la pénurie de tomates marocaines

La baisse des exportations de tomates marocaines affecte le marché de légumes au Royaume-Uni. De nombreux Britanniques déplorent la situation sur les réseaux sociaux.

Maroc : les agriculteurs rattrapés par l’impôt

Au Maroc, les petits agriculteurs exploitants agricoles exonérés d’impôts réalisant un chiffre d’affaires inférieur à 5 millions de dirhams, doivent désormais remplir une déclaration de revenus, a récemment rappelé la Direction générale des impôts (DGI).

Engrais : l’Europe mise sur le Maroc

Face à la flambée des prix des matières premières liée à la crise à la guerre en Ukraine, l’Europe envisage d’augmenter ses importations d’engrais au Maroc. 40 % des importations européennes de phosphate provenaient du royaume.

Maroc : forte augmentation du prix de l’huile d’olive

Le Maroc figure parmi les pays dont la production d’huile d’olive est durement touchée par la sécheresse. Une situation qui fait grimper les prix mondiaux.