Île-de-France : une fonctionnaire de la préfecture radiée pour une affaire de faux titres de séjour

21 décembre 2020 - 09h30 - France - Ecrit par : J.K

Une jeune femme a été condamnée, jeudi 17 décembre, à un an de prison avec sursis, avec interdiction définitive d’exercer une fonction publique, dans une affaire de faux documents. L’amie de la fonctionnaire et son compagnon ont écopé d’un an de prison avec sursis pour aide au séjour irrégulier d’un étranger en bande organisée.

C’est une affaire de faux documents, ayant permis à une quinzaine de sans-papiers d’obtenir un récépissé de demande de titre de séjour en France auprès de la sous-préfecture de Torcy, en Île-de-France. Alors qu’il faut deux mois pour obtenir un rendez-vous au bureau des étrangers de la sous-préfecture de Torcy, un sans-papiers avait reçu, le 14 mars 2019, à 8h47, un mail émanant de ce service lui proposant un rendez-vous pour le même jour à 10 heures. L’homme avait obtenu un récépissé de demande de titre de séjour avec de faux documents. Suffisant pour que la police aux frontières s’y intéresse, rapporte Le Parisien.

« Corruption passive et aide au séjour irrégulier d’un étranger en bande organisée », c’est ce qu’ont retenu les juges du tribunal correctionnel de Meaux contre une mère de famille âgée de 34 ans, employée du bureau des étrangers, indique la même source.

« J’ai juste donné des rendez-vous dans un délai plus court que les deux mois habituels », a justifié la principale accusée. Elle qui avait déclaré « avoir touché 500 euros pour ce dossier » et que « pour les autres, elle attendait de l’argent ! », lui rappelle la magistrate. De plus, la jeune femme avait reconnu avoir donné des rendez-vous « rapides » à une quinzaine d’autres sans-papiers, entre le 1ᵉʳ décembre 2018 et le 14 mars 2019. Ils avaient tous obtenu des récépissés grâce à de faux documents.

La perquisition de son casier a permis de découvrir un petit carnet jaune, avec une liste de noms d’étrangers qui avaient obtenu un récépissé de titre de séjour en un temps record. La mise en cause a été condamnée à un an de prison avec sursis, avec interdiction définitive d’exercer une fonction publique. L’amie de la fonctionnaire et son compagnon ont écopé d’un an de prison avec sursis.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Immigration clandestine - France - Droits et Justice

Aller plus loin

Un parti espagnol appelle à la suspension des visas d’entrée en Europe pour les Marocains

Le parti politique espagnol d’extrême droite Vox propose la suspension des visas d’entrée en Europe aux Algériens, Mauritaniens et Marocains. Cette proposition fera l’objet de...

Des Marocains sans-papiers dans une situation intenable au centre de rétention de Toulouse

Bon nombre de Marocains et d’Algériens sans-papiers se retrouvent dans une «  situation intenable  » en ces temps de Covid-19 au centre de rétention administrative (CRA) de...

France : des sans-papiers transformés en "esclaves"

6 personnes sont jugées durant trois jours à Reims (Marne). Elles sont soupçonnées d’avoir employé dans des conditions indignes des travailleurs sans papier dans les vignes en...

Les Marocains dans le top 10 des bénéficiaires de titres de séjour en Europe

L’Union européenne a octroyé en 2018, 3,2 millions de nouveaux titres de séjour à des ressortissants extra-européens. Le Maroc figure parmi les dix pays ayant le plus bénéficié...

Ces articles devraient vous intéresser :

Forte augmentation de demandeurs d’asile marocains en Europe

L’Union européenne a enregistré en 2022 un nombre record de demandes d’asile. Parmi les demandeurs, de nombreux Marocains dont le nombre a bondi.

Hassan Iquioussen vs Gérald Darmanin : la justice se prononce aujourd’hui

Le tribunal administratif de Paris examine l’arrêté d’expulsion de Hassan Iquioussen, pris par le ministère de l’Intérieur, Gérald Darmanin, en juillet 2022. Cette audience déterminante permettra de statuer sur la possibilité de l’imam de revenir en...

Corruption au Maroc : des élus et entrepreneurs devant la justice

Au Maroc, plusieurs députés et élus locaux sont poursuivis devant la justice pour les infractions présumées de corruption et d’abus de pouvoir.

Maroc : l’utilisation de WhatsApp interdite dans le secteur de la justice

Le procureur général du Maroc, Al-Hassan Al-Daki, a interdit aux fonctionnaires et huissiers de justice d’installer et d’utiliser les applications de messagerie instantanée, et principalement WhatsApp, sur leurs téléphones professionnels.

L’affaire "Escobar du désert" : les dessous du détournement d’une villa

L’affaire « Escobar du désert » continue de livrer ses secrets. L’enquête en cours a révélé que Saïd Naciri, président du club sportif Wydad, et Abdenbi Bioui, président de la région de l’Oriental, en détention pour leurs liens présumés avec le...

Maroc : les crimes financiers ont baissé de 47% en 2021

La lutte contre les crimes financiers et économiques au Maroc porte peu à peu ses fruits. En 2021, les affaires liées à ces délits ont fortement régressé de 47,30%, selon le rapport annuel de la présidence du parquet.

Le Maroc cherche à mettre fin au mariage des mineures

En réponse à une question orale à la Chambre des Conseillers, le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi a renouvelé ce lundi 28 novembre, son engagement à mettre un terme au mariage des mineures.

Plaidoyer pour l’abolition de la peine de mort au Maroc

La lutte contre l’abolition de la peine capitale est toujours d’actualité au Maroc. En témoigne la récente participation des réseaux et militants marocains contre la peine de mort, à la 8ᵉ édition du congrès mondial qui s’est tenu à Berlin du 18 au 25...

Un ancien ministre interdit de quitter le Maroc après ses propos sur le roi Mohammed VI

Les autorités marocaines ont interdit à l’ancien ministre Mohamed Ziane de quitter le royaume, après ses déclarations contre le roi Mohammed VI dont il dénonçait l’absence prolongée.

Éric Ciotti met en avant les liens « très puissants » entre le Maroc et la France

Le président du parti Les Républicains, Éric Ciotti, a plaidé pour la réparation des erreurs passées et critiqué le manque de considération envers le Maroc. Dans une déclaration à la presse, M. Ciotti a souligné l’importance des liens « très puissants...