Fouad Sellam, « le maçon de l’horreur », meurt en prison

10 novembre 2022 - 21h50 - France - Ecrit par : A.P

Le Marocain Fouad Sellam, l’un des deux condamnés dans l’affaire des deux «  maçons de l’horreur  » survenue en 2008, est mort en détention il y a près d’un mois à l’âge de 44 ans.

Incarcéré à Lannemezan, Fouad Sellam est tombé malade suite à la vaccination contre le Covid-19. Soumis à des analyses, il lui est diagnostiqué un cancer (adénocarcinome) qui l’emporte deux semaines plus tard. Sa dépouille a été rapatriée au Maroc où il a été inhumé, fait savoir La Dépêche. Le Marocain purgeait une lourde peine en tant que co-auteur du meurtre de Jocelyne Fernandez (59 ans) et Jean-Claude Saint-Aubert (62 ans), un couple de retraités, survenu en avril 2008 à Argeliers.

Le couple originaire de Moselle a acquis une maison dans la ville et était en train de la rénover. Ils ont sollicité les services de Jean Barthélémy Rathqueber, un maçon, qui est l’employeur de Fouad Sellam. Le 4 avril 2008, les deux condamnés ont séquestré le couple pour lui extorquer de l’argent, avant de l’assassiner. Le mari a été tué de cinq coups de feu et à coups de pierres, à Cruzy dans l’Hérault. Son corps a été retrouvé avec le crâne fracassé. Sa femme, elle, a été tuée à coups de pelle, puis décapitée, un peu plus loin.

À lire : Îles Canaries : un Marocain décède à la prison de Las Palmas

Surnommés « les maçons de l’horreur », Jean-Barthélémy Rathqueber et Fouad Sellam ont été condamnés le 19 janvier 2012 par la cour d’assises de l’Aude pour l’enlèvement, la séquestration, et l’assassinat des deux retraités. Au cours de l’audience, les accusés se sont réciproquement rejeté la faute, mais la cour a pu distinguer un donneur d’ordre et un co-auteur. Ainsi, Jean-Barthélémy Rathqueber, 36 ans, a écopé de la réclusion criminelle à perpétuité assortie de 22 ans de sûreté, et son employé et co-auteur, Fouad Sellam, 34 ans, de 30 ans de prison dont 18 de sûreté.

Fouad Sellam, père d’un enfant, était alcoolique et en liberté conditionnelle au moment des faits. Lors de sa détention à Lannemezan, il a adopté une nouvelle hygiène de vie. « Cet homme a fait un long cheminement en détention, explique Maître Poilpré du barreau de Montpellier. « Il était sevré et a exprimé ses profonds regrets à l’égard de la famille. Il a pris conscience de la souffrance et a compris la douleur des proches des victimes. Il disait qu’il ressentait ce qu’il avait fait en pensant à son propre père. À plusieurs reprises, il a dit à quel point il était choqué. II était traumatisé », a confié son avocat, Me Poilpré du barreau de Montpellier.

Sujets associés : France - Prison - Décès

Aller plus loin

Un Marocain retrouvé mort dans une prison en Espagne

Le détenu marocain qui a été retrouvé jeudi dernier dans sa cellule de la prison de Zuera, dans le nord de l’Espagne, serait mort après avoir ingéré un cocktail de médicaments...

Îles Canaries : un Marocain décède à la prison de Las Palmas

Un Marocain de 21 ans, en détention provisoire dans une cellule individuelle à la prison de Las Palmas, est décédé dans des circonstances encore floues. Une enquête a été...

Trois migrants marocains décèdent dans une prison en Libye

Trois migrants marocains détenus dans une prison en Libye, dans la région Almaya à l’ouest de Tripoli, y ont trouvé la mort, a annoncé l’Organisation Libyan Crimes Watch.

Espagne : une Marocaine décède en prison après une demande de liberté refusée

Meryem, une Marocaine de 56 ans, incarcérée à la prison de Fontcalent (Alicante) depuis juillet pour trafic de drogue, est décédée le 14 août des suites d’un arrêt cardiaque....

Ces articles devraient vous intéresser :

Ayoub, 16 ans : l’impossible deuil après le séisme au Maroc

Ayoub, 16 ans, est l’un des survivants du puissant et dévastateur séisme qui a touché une partie du Maroc dans la nuit du 8 septembre. Il a perdu cinq membres de sa famille dans la catastrophe.

Voici pourquoi un policier a été promu par Abdellatif Hammouchi

Décédé des suites d’une blessure grave à l’arme blanche, survenue lors d’une intervention de sécurité, un agent de police a reçu une promotion exceptionnelle par le directeur général de la Sûreté nationale et de la surveillance du territoire,...

Suite au violent séisme, peut-on voyager au Maroc ?

Le puissant et dévastateur tremblement de terre du 8 septembre a fait près de 3000 morts, plus de 5600 blessés et causé d’énormes dégâts matériels dans plusieurs régions, principalement rurales. Peut-on se rendre au Maroc après la catastrophe ?

Décès de Khadija Assad : le roi Mohammed VI adresse un message à la famille

Le Roi Mohammed VI a adressé un message de condoléances à la famille de la grande artiste feue Khadija Assad, décédée la nuit dernière des suites d’une longue maladie.

Quatre membres du Polisario tués par un drone marocain

Quatre personnes auraient été tuées ces derniers jours par des drones marocains au Sahara, selon des médias proches du Polisario.

Amine Adli perd sa maman, la FRMF présente ses condoléances

Amine Adli est frappé par un énorme malheur. L’attaquant des Lions de l’Atlas et du Bayer Leverkusen vient de perdre sa maman.

La fête de l’Aïd Al-Adha fait craindre le pire

À quelques jours de la célébration de l’Aïd Al-Adha, le Maroc enregistre de plus en plus de décès liés au Covid-19. Les Marocains craignent que la situation épidémiologique ne s’aggrave avec la célébration dimanche, la fête du sacrifice.

Les condoléances du roi Mohammed VI à la famille d’Abdelhak El Khiame

Suite au décès mardi, de l’ancien directeur du Bureau central d’investigations judiciaires (BCIJ), Abdelhak El Khiame, le Roi Mohammed VI a adressé un message de condoléances et de compassion aux membres de sa famille. Un message dans lequel il a salué...

Décès d’Abdelhak Khiame, ancien patron du BCIJ

Triste nouvelle ce mardi 23 août 2022. L’ancien patron du Bureau central d’investigation judiciaire (BCIJ), Abdelhak Khiyame, est décédé aujourd’hui des suites d’une longue maladie.

Un enfant de 4 ans meurt à la gare de Rabat-Agdal : réaction (tardive) de l’ONCF

Plusieurs semaines après la mort d’Omar, garçonnet de 4 ans, à la gare Rabat Agdal, l’ONCF a finalement décidé de réagir.