France : une Marocaine accusée du meurtre de son mari, elle nie

21 avril 2024 - 19h00 - France - Ecrit par : P. A

Souad, 64 ans, une ancienne femme de ménage, a été mise en examen et placée en détention provisoire depuis le 22 mars dernier pour complicité d’assassinat de son mari, retrouvé mort en novembre 2021 à son domicile à Avignon (Vaucluse). La retraitée d’origine marocaine nie toute implication dans ce meurtre.

Plus de deux ans après l’ouverture de l’enquête sur la mort de son mari, retrouvé égorgé et le corps mutilé en novembre 2021 à son domicile du quartier de la Reine-Jeanne à Avignon (Vaucluse), Souad est accusée d’avoir participé à ce meurtre. La sexagénaire a été mise en examen pour « complicité d’assassinat » et placée en détention provisoire le 22 mars 2024. Début avril, devant la chambre de l’instruction chargée d’examiner sa demande de remise en liberté, la retraitée a nié toute implication dans le meurtre de Mohamed, relaie Le Parisien.

Souad s’est mariée en 2015 avec ce Marocain, de dix ans son aîné et divorcé au Maroc. Le corps sans vie de ce dernier a été découvert à son domicile, alors que l’accusée était en vacances au Maroc. Mais avant de rejoindre le royaume, elle aurait déclaré : « Lorsque je reviendrai, mon mari sera dans un cercueil ». Entendue par les enquêteurs, Souad confie qu’elle et son mari vivaient dans la peur, après avoir reçu des menaces et la visite à leur domicile d’un certain « gitan ». Souad a toutefois caché aux enquêteurs qu’elle était victime de violences conjugales. Un fait révélé plus tard par ses médecins.

À lire : Maroc : elle tue son mari par strangulation pour aller travailler en Espagne

« Des personnes sont entrées au domicile du couple avant la mort de monsieur, une plainte a été déposée, puis il y a eu l’incendie du véhicule du couple », a confirmé devant la chambre de l’instruction l’avocat de la retraitée, Me Farid Faryssy, précisant par ailleurs que Mohamed aurait averti avant sa mort « qu’en cas de décès soudain, son ex-femme et ses enfants seraient responsables ».

La détention provisoire de l’accusée est justifiée, estime l’avocat général, Dominique Sié, se basant sur « l’audition de quatre témoins » et « des vérifications qui prouvent qu’il y avait un climat de violences dans le couple ». Mais jusque-là, les enquêteurs n’ont trouvé aucune preuve reliant Souad au meurtre de Mohamed. « Je n’ai rien à voir avec la mort de mon mari, je suis innocente et injustement accusée par des proches de mon mari », a clamé la veuve. Des arguments qui n’ont pas suffi à convaincre les juges de la chambre de l’instruction qui ont décidé de son maintien en détention.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : France - Droits et Justice - Enquête - Femme marocaine - Homicide - MRE

Aller plus loin

Maroc : une femme interpellée pour le meurtre de son mari

Une femme a tué, le jour de l’an, son mari dans la commune de Cheratte. La victime a succombé à ses blessures à l’hôpital provincial Moulay Abdellah de Mohammédia suite à des...

Maroc : elle tue son mari et l’enterre dans le garage

La chambre criminelle de la Cour d’appel de Tétouan vient de condamner à la réclusion à perpétuité une Marocaine pour le meurtre de son mari.

Condamnée à mort pour avoir tué son mari, khadija est sortie de prison après une grâce royale (vidéo)

Condamnée à mort en 1995 pour avoir tué son mari, Khadija Amrir a été libérée lundi après 22 ans de prison suite à une grâce accordée par le roi Mohammed VI.

Elle tue son mari, avec son amant, car il a refusé le divorce

La Chambre pénale de la cour d’appel de Rabat a condamné mardi soir, deux amants à la prison à perpétuité. L’accusée principale, après avoir essayé d’obtenir sans y parvenir le...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : pas de congé menstruel pour les femmes fonctionnaires

La proposition de loi visant à instaurer un congé menstruel, d’une durée ne dépassant pas deux jours par mois, en faveur des femmes fonctionnaires n’a pas reçu l’assentiment du gouvernement.

Tarik Tissoudali condamné

Décidément, la semaine est décidément noire pour Tarik Tissoudali. Après s’être attiré les foudres de son club, La Gantoise, pour des critiques acerbes suite à la défaite contre le Standard, l’attaquant de 30 ans a été condamné vendredi par le tribunal...

Maroc : utilisation frauduleuse de l’autorisation de polygamie

Le premier président de la Cour de cassation et président délégué du Conseil supérieur du pouvoir judiciaire (CSPJ), Mohamed Abdennabaoui, a mis en garde les présidents des tribunaux contre l’utilisation frauduleuse de l’autorisation de polygamie.

Un milliardaire marocain a de grandes ambitions en Afrique

Le milliardaire américain d’origine marocaine Marc Lasry, président directeur général d’Avenue Capital Group, investit depuis une dizaine d’années dans le domaine du sport. Après avoir été copropriétaire de l’équipe de basketball des Milwaukee Bucks de...

L’aide au logement connait un succès auprès des MRE

Depuis son ouverture le 2 janvier, le site d’assistance pour l’aide au logement connaît un succès croissant, notamment auprès des Marocains résidant à l’étranger.

Un Britannique poignarde l’amant Marocain de sa compagne qu’il surprend chez lui

Un citoyen britannique de 28 ans a été interpellé par la Guardia Civil, suite à une tentative de meurtre envers un Marocain à Santa Ponsa (Baléares).

Le Maroc confronté à la réalité des violences sexuelles

Les femmes marocaines continuent de subir en silence des violences sexuelles. Le sujet est presque tabou au Maroc, mais la parole se libère de plus en plus.

Maroc : Vague d’enquêtes sur des parlementaires pour des crimes financiers

Une vingtaine de parlementaires marocains sont dans le collimateur de la justice. Ils sont poursuivis pour faux et usage de faux, abus de pouvoir, dilapidation et détournement de fonds publics.

Royal Air Maroc veut renforcer ses vols vers les pays où résident les MRE

La compagnie aérienne Royal Air Maroc (RAM) a décidé de renforcer, cet été, ses vols vers les pays où vivent les Marocains résidant à l’étranger (MRE).

Agression de MRE en Europe : le parlement marocain interpellé

Un parlementaire du parti de l’Istiqlal vient d’appeler Nasser Bourita, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération africaine, à agir pour combattre les attaques racistes répétées ciblant les Marocains résidant à l’étranger (MRE).