La France mène la vie dure aux transporteurs marocains

11 novembre 2021 - 14h40 - France - Ecrit par : A.T

Les transporteurs internationaux routiers (TIR) se retrouvent de plus en plus dans l’incapacité d’exercer leurs activités. Pour cause, le refus de l’ambassade de France d’octroyer des visas pour les anciens transporteurs, notamment ceux de la zone Sud.

Ce durcissement des procédures d’obtention de visas pour les chauffeurs de camions TIR handicapent les exportations de denrées périssables, rapporte le journal Les Inspirations Eco, qui fait cas de plus de 350 visas refusés rien pour le mois d’octobre.

Il s’agit « des transporteurs de la région Souss-Massa ainsi que ceux des régions du Sud du Maroc qui font face au refus systématique de l’octroi de visas à leurs chauffeurs professionnels en particulier de la part des services consulaires français », fait savoir le journal, ajoutant que leurs « camions sont immobilisés, non pas à cause de l’absence de la demande, mais en raison de la pénurie en chauffeurs disposant de visas pour l’acheminement des produits frais et périssables vers le marché communautaire européen ».

A lire : Visa : la France et le Maroc échangent pour trouver un accord

Pour contourner la situation, les professionnels ont trouvé comme solution l’optimisation des trajets entre les deux rives de la méditerranée avec des chauffeurs disposant de visas Schengen. Mais ils font aussi appel à d’autres services consulaires (Espagne, Italie, Pays-Bas, Portugal et Belgique) pour la facilitation de l’octroi de visas. Les routiers assurent que les services consulaires espagnols et hollandais ont été parmi les premiers à répondre favorablement.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : France - Exportations - Routier - Transports - Visa Schengen

Aller plus loin

La France refuse d’accorder des visas à des transporteurs marocains

L’ambassade de France au Maroc “refuse” d’octroyer des visas aux transporteurs internationaux marocains. De quoi en rajouter aux difficultés actuelles des professionnels dont le...

Restrictions des visas : le blocage du trafic maritime entre Tanger Med et Algésiras en vue

Une association de professionnels du Transport international routier (TIR) menace de bloquer le trafic de marchandises transitant par les ports de Tanger Med et d’Algésiras...

Visas français : les transporteurs marocains en colère

La France refuse toujours d’accorder des visas aux transporteurs internationaux marocains prenant ainsi en otage les exportations marocaines. L’Association marocaine des...

Le marché néerlandais interdit aux routiers marocains

Depuis l’expiration, fin septembre, du contingent marocain des autorisations bilatérales avec les Pays-Bas, les professionnels marocains du Transport international routier (TIR)...

Ces articles devraient vous intéresser :

Le Maroc va acquérir de nouveaux trains

Le Maroc s’apprête à lancer un appel d’offres international pour l’acquisition de trains et le développement d’un réseau ferroviaire local, attirant l’intérêt de géants du secteur tels, notamment français et espagnols. C’est ce qu’a révélé Mohamed...

Voici les projets d’autoroutes en cours au Maroc

Le Maroc met en œuvre des projets d’autoroutes et de route d’envergure. Certains affichent un taux de réalisation de 100 %, tandis que d’autres avancent à grands pas.

Maroc : les prix des fruits et légumes atteignent des sommets

Au Maroc, les prix des fruits et légumes continuent d’augmenter et de peser sur le budget mensuel des Marocains en raison notamment des exportations.

Maroc : record d’exportations d’avocat, mais à quel prix ?

Les agriculteurs marocains continuent de produire de l’avocat destiné à l’exportation, malgré le stress hydrique que connaît le royaume. Le volume des exportations de ce produit a déjà atteint 30 000 tonnes.

Face à l’inflation, le Maroc interdit certaines exportations

Le Maroc a annoncé une série de mesures pour lutter contre l’inflation et stabiliser les prix des aliments, notamment des fruits et des légumes, avant le début du mois de ramadan. Ces mesures comprennent la restriction de l’exportation de ces produits,...

Maroc : hausse des exportations automobiles à fin février 2023

Les exportations automobiles du Maroc ont atteint 21,6 milliards de dirhams (1,9 milliard d’euros) à fin février, soit une hausse de près de 50 % (40,5 %) par rapport à la même période de 2022.

Maroc : croissance économique malgré l’inflation persistante

Le taux d’inflation au Maroc va poursuivre sa tendance à la baisse, mais ne retrouvera pas son niveau d’avant 2022, a indiqué le Haut-commissariat au plan (HCP) dans un récent rapport, notant une croissance de +3,3 % au quatrième trimestre de 2023,...

Boom de l’automobile, chute du phosphate : les deux visages de l’économie marocaine

Le secteur automobile marocain a connu une forte croissance de ses exportations, atteignant près de 116,38 milliards de dirhams (MMDH) à fin octobre 2023, selon les dernières données de l’Office des changes.

Le Maroc profite grandement de la forte augmentation des ventes de phosphate

À fin août dernier, les recettes des exportations marocaines de phosphates et de dérivés ont fortement augmenté, atteignant 7,89 milliards de dirhams (MMDH), soit une progression de 67,7% par rapport à un an auparavant.

Le projet TGV Kénitra-Marrakech avance à grands pas

L’Office national des Chemins de fer (ONCF) s’active pour la réalisation du projet de construction de la ligne ferroviaire à grande vitesse reliant Kénitra à Marrakech. Il vient de débloquer environ 695 millions de dirhams.