La France ne veut plus d’imams marocains

30 décembre 2023 - 10h00 - France - Ecrit par : S.A

Trois ans après l’annonce faite par le président français Emmanuel Macron à Mulhouse, la France va mettre définitivement fin à l’accueil des « imams détachés » envoyés par le Maroc, l’Algérie et la Turquie dès 2024.

La lutte contre le séparatisme se poursuit en France. Dans une correspondance envoyée au Maroc, à l’Algérie et à la Turquie, Gérald Darmanin, ministre de l’Intérieur, a expliqué que la France n’accepterait plus de nouveaux imams, à partir du 1ᵉʳ janvier 2024. Selon ses explications, les imams détachés encore présents dans l’Hexagone en 2024 ne pourront s’y maintenir « sous ce statut ». Le but n’est pas d’empêcher des imams étrangers de prêcher en France, mais de s’assurer qu’aucun n’est payé par un État étranger dont il serait fonctionnaire ou agent public, précise-t-il dans sa missive.

À lire : France : le phénomène des prédicateurs en ligne inquiète imams et autorités

Le 18 février 2020, le président Emmanuel Macron avait annoncé, dans un discours contre le « séparatisme islamiste » à Mulhouse, la fin progressive en France du dispositif des imams détachés (environ 300 imams) qui exercent en France et sont rémunérés par des pays étrangers. Aussi, avait-il annoncé un contrôle renforcé des financements étrangers des lieux de culte, pour pouvoir bloquer des projets suspects. « Nous devons savoir d’où vient l’argent, qui le touche et pour quoi faire », avait insisté le président de la République française. Le lendemain, Christophe Castaner, alors ministre de l’Intérieur déclarait sur les antennes de RFI : « Nous travaillons sur la fin des imams détachés en 2024. […] J’ai indiqué aux pays étrangers, qui sont les pays d’origine – le Maroc, la Turquie et l’Algérie –, que l’échéance, c’est 2024 ». D’autant que les imams détachés qui sont là et qui arrivent, ont un titre de séjour de trois ans.

À lire : Des imams marocains ne se rendront pas en France, faute de visa

Dans sa missive, Gérald Darmanin a toutefois précisé que les « imams du ramadan » – ces quelque 300 psalmodieurs et récitateurs qui se rendent en France pendant le mois béni pour les musulmans – ne sont pas concernés par cette mesure. Leur venue n’est, elle, « pas remise en cause », a-t-il assuré.

À lire : Les renseignements français surveillent les imams marocains

Le gouvernement français mise par ailleurs sur la formation des imams dans le cadre de la lutte contre le séparatisme. Il propose dans ce sens qu’une « part croissante » des imams officiant sur le territoire soient, « au moins partiellement, formés en France ». Il entend également soutenir l’accès des imams à des formations universitaires, comme celles lancées en 2023 par l’institut français d’islamologie par exemple.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : France - Algérie - Turquie - Islam - Emmanuel Macron

Aller plus loin

France : le phénomène des prédicateurs en ligne inquiète imams et autorités

La bonne audience des prédicateurs sur Internet, qui n’ont suivi aucune formation en théologie, inquiète de plus en plus les imams et les autorités en France où 400 imams...

Des imams marocains ne se rendront pas en France, faute de visa

Le mois de jeûne a débuté jeudi en France. À Montpellier, la grande mosquée a élaboré un programme complet, mais attend désespérément les imams qui devraient venir du Maroc et...

Ramadan 2023 : le Maroc envoie des imams en Europe

Afin d’assurer l’accompagnement et l’encadrement religieux des Marocains résidant à l’étranger (MRE), la Fondation Hassan II a annoncé l’envoi en Europe de 144 universitaires,...

France : un imam d’origine marocaine condamné

Condamné en novembre dernier pour apologie du terrorisme et provocation à la haine contre les Juifs, Yassin El Himar, l’ancien imam de Beaucaire d’origine marocaine, a écopé...

Ces articles devraient vous intéresser :

Aid Al Fitr au Maroc : vendredi ou samedi ?

Même si les calculs astronomiques tendent à définir la date de l’ Aïd Al fitr samedi 22 avril 2023 au Maroc, l’observation de la lune reste pour l’instant l’option privilégiée par les autorités religieuses marocaines.

Ramadan 2023 : le Maroc envoie des imams en Europe

Afin d’assurer l’accompagnement et l’encadrement religieux des Marocains résidant à l’étranger (MRE), la Fondation Hassan II a annoncé l’envoi en Europe de 144 universitaires, prédicateurs et récitateurs du Coran durant tout le mois de Ramadan 2023.

Maroc : voici la date de l’Aid Al Mawlid Annabaoui

Le mois de Rabie-I 1445 de l’hégire débutera le dimanche 17 septembre 2023 et Aïd Al Mawlid Annabaoui célébré le jeudi 28 septembre, a annoncé le ministère des Habous et des affaires islamiques.

Le Magazine Marianne censuré au Maroc

L’hebdomadaire français Marianne (numéro 1407) a été interdit de distribution au Maroc, en raison d’un dessin caricatural jugé offensant pour le prophète Mohammad.

Officiel : voici la date de l’Aïd al Adha au Maroc

La date de l’Aid al Adha au Maroc est désormais connue. Elle vient d’être annoncée par le ministère des Habous et des affaires islamiques.

Maroc : voici le montant de la zakat al fitr

Le montant de la zakat Al Fitr vient d’être annoncé par les autorités religieuses marocaines, et plus précisément par le Conseil supérieur des oulémas (CSO).

Voici les dates de début et de fin du ramadan au Maroc

Les dates de début et de fin du mois sacré de ramadan au Maroc sont désormais connues.

Voici la date de l’Aïd al-Adha 2023 au Maroc

Les calculs astronomiques indiquent que la fête de l’Aïd al-Adha 2023 sera célébrée au Maroc cet été. Quelle date retenir ?

Ramadan et grossesse : jeûner ou pas, la question se pose

Faut-il jeûner pendant le Ramadan quand on est enceinte ? Cette question taraude l’esprit de nombreuses femmes enceintes à l’approche du mois sacré. Témoignages et éclairages pour mieux appréhender cette question à la fois religieuse et médicale.

Hajj : une clause "anti-protestation" fait polémique au Maroc

L’introduction par le ministère des Habous et des Affaires islamiques dirigé par Ahmed Taoufiq d’une clause qui oblige le pèlerin marocain pour le hajj 2024, un des cinq piliers de l’islam, « à ne pas protester même en cas de retard de l’avion », fait...