Partie de rien, cette famille de MRE gère un empire et emploie 250 personnes en Espagne

22 février 2021 - 12h00 - Espagne - Ecrit par : A.P

Dans le secteur maraîcher en Espagne, l’entreprise Frutas Azahara, dirigée par une famille d’origine marocaine, tient une place de choix. Arrivés en Espagne dans les années 90 avec peu de moyens, ils ont réussi à émerger en révolutionnant le secteur maraîcher espagnol, embryonnaire à l’époque.

La Marocaine Azahara Arif, arrivée en Espagne en 1990 à l’âge de 26 ans, a commencé avec les petits boulots de femme de ménage et de nounou. Trois ans plus tard, elle a rencontré son mari, Mouhy Eddine Azzi, qui travaillait comme ouvrier dans un verger à Fuenlabrada. Avec leurs économies, ils ont commencé par créer plus tard des petits commerces. D’abord une cafétéria, ensuite une boucherie, puis un marché de fruits et légumes qui leur a ouvert les portes de la prospérité et permis de se faire un nom dans ce secteur. Toutes les entreprises portent le nom d’Azahara.

Aujourd’hui, Frutas Azahara, l’entreprise de fruits et légumes, compte 41 boutiques dans la région de Madrid. Elle réalise un chiffre d’affaires de 28 millions d’euros par an et compte 250 employés. Lamia, 24 ans, la fille d’Azahara et de Mouhy, travaille comme directrice financière dans l’entreprise. Elle parle quatre langues, a deux masters et beaucoup d’ambition. Elle envisage d’ouvrir des magasins dans d’autres provinces et de se lancer dans la vente en ligne et moderniser ce secteur tirant leçon du confinement de ces derniers mois. Lamia espère que l’exemple de persévérance de ses parents, arrivés en Espagne en tant que migrants, partis de rien pour bâtir leur empire, pourra inspirer d’autres. « Avec peu de moyens mais beaucoup de rêves et de motivation, vous réalisez ce que vous voulez », a-t-elle soutenu.

Outre les marchés de légumes, Frutas Azahara a sa propre production et opère en tant que grossiste. Son siège social à Griñón est un grand entrepôt où des propriétaires de restaurants et des particuliers viennent s’approvisionner en pastèques importées d’Agadir et de Zagora, et cultivées sur plusieurs hectares à la périphérie de Griñón.

Azahara Arif et sa famille mènent une vie assez tranquille. Mouhy, son mari, âgé de 63 ans, a récemment eu un infarctus du myocarde et a réduit son rythme de travail à sept heures par jour.

Sujets associés : Espagne - Agadir - Agriculture - Alimentation - Chiffre d’affaires

Aller plus loin

Les produits agricoles marocains cartonnent à l’export

Malgré la situation sanitaire difficile que traverse le monde, l’exportation des produits agricoles poursuit sa tendance à la hausse au Maroc. Les perspectives de ce secteur...

Maroc : bel exploit pour le secteur agricole, malgré le coronavirus

Contrairement aux autres secteurs, l’agriculture marocaine a résisté à la crise sanitaire due au Covid-19. Grâce à cette résilience, la campagne agricole 2019-2020 a connu une...

L’ancien commissaire El Kharraz s’attire la colère des MRE (vidéo)

Ancien commissaire, Abdelkader El Kharraz est devenu ces dernières semaines «  star  » du web en publiant des vidéos sur YouTube. L’une de ces dernières dédiée aux Marocains...

Le jour où l’on a conseillé à Mohamed Bouhafsi de changer de prénom

À 29 ans, Mohamed Bouhafsi, rédacteur en chef football à RMC Sport et BFM TV, et présentateur de l’émission Top of the Foot, est un grand nom du journalisme sportif. Malgré son...

Ces articles devraient vous intéresser :

Les objectifs ambitieux du Maroc pour la culture de dattes

Le Maroc a des objectifs ambitieux pour la culture des dattes. Il entend notamment atteindre une production annuelle de 300 mille tonnes d’ici 2030 et se donne les moyens pour sa concrétisation.

Maroc : des marchés de gros pour combattre la spéculation

Le ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit, a annoncé la création de douze nouveaux marchés régionaux de gros, équipés d’installations modernes pour combattre la spéculation alimentaire exacerbant l’inflation. Cette démarche, a-t-il dit, s’inscrit...

Le Maroc manque de lait

Annoncée depuis plusieurs mois par les professionnels du secteur, la pénurie de lait a été confirmée par le gouvernement lors du point de presse hebdomadaire. Selon le porte-parole du gouvernement, la situation et due à plusieurs facteurs.

Maroc : explosion des exportations de produits alimentaires et maritimes

Les exportations des produits alimentaires agricoles et maritimes ont connu un boom en 2022 pour dépasser les 80 milliards de dirhams (MMDH). Un record.

Le groupe marocain OCP renforce son soutien aux agriculteurs africains

Dans un contexte marqué par la flambée des prix des denrées alimentaires au niveau international, l’Office chérifien des phosphates (OCP) a décidé d’intensifier ses efforts pour soutenir les agriculteurs africains. 4 millions de tonnes (Mt) d’engrais...

La prochaine récolte d’olive au Maroc menacée

La prochaine récolte d’olives au Maroc est très menacée en raison de la grave sécheresse qui frappe le royaume.

Sécheresse : plus de 5% des Marocains menacés d’exode rural d’ici 2025

Plus de 5% de la population marocaine sont menacés par l’exode rural à l’horizon 2025 en raison la sécheresse sévère que traverse le pays, selon la Banque mondiale.

Le Groupe Bel cède ses parts dans Safilait

Le groupe laitier français Bel Group, actionnaire majoritaire dans la société marocaine Safilait, a annoncé la cession de ses parts à l’acteur laitier polonais Polmlek. Le montant de la transaction n’est pas connu.

La salaire minimum augmente de 5% au Maroc

Le Conseil de gouvernement a adopté, jeudi, un décret portant augmentation immédiate du Salaire minimum interprofessionnel garanti (SMIG) et du Salaire minimum agricole garanti (SMAG) en accord avec les négociations menées avec les syndicats.

Le Maroc arrête de subventionner la pastèque et l’avocat

Afin de faire face au déficit hydrique, le gouvernement marocain a décidé de suspendre les subventions des cultures qui consomment le plus d’eau comme la pastèque, l’avocat et les nouvelles plantations d’agrumes.