Partie de rien, cette famille de MRE gère un empire et emploie 250 personnes en Espagne

22 février 2021 - 12h00 - Espagne - Ecrit par : P. A

Dans le secteur maraîcher en Espagne, l’entreprise Frutas Azahara, dirigée par une famille d’origine marocaine, tient une place de choix. Arrivés en Espagne dans les années 90 avec peu de moyens, ils ont réussi à émerger en révolutionnant le secteur maraîcher espagnol, embryonnaire à l’époque.

La Marocaine Azahara Arif, arrivée en Espagne en 1990 à l’âge de 26 ans, a commencé avec les petits boulots de femme de ménage et de nounou. Trois ans plus tard, elle a rencontré son mari, Mouhy Eddine Azzi, qui travaillait comme ouvrier dans un verger à Fuenlabrada. Avec leurs économies, ils ont commencé par créer plus tard des petits commerces. D’abord une cafétéria, ensuite une boucherie, puis un marché de fruits et légumes qui leur a ouvert les portes de la prospérité et permis de se faire un nom dans ce secteur. Toutes les entreprises portent le nom d’Azahara.

Aujourd’hui, Frutas Azahara, l’entreprise de fruits et légumes, compte 41 boutiques dans la région de Madrid. Elle réalise un chiffre d’affaires de 28 millions d’euros par an et compte 250 employés. Lamia, 24 ans, la fille d’Azahara et de Mouhy, travaille comme directrice financière dans l’entreprise. Elle parle quatre langues, a deux masters et beaucoup d’ambition. Elle envisage d’ouvrir des magasins dans d’autres provinces et de se lancer dans la vente en ligne et moderniser ce secteur tirant leçon du confinement de ces derniers mois. Lamia espère que l’exemple de persévérance de ses parents, arrivés en Espagne en tant que migrants, partis de rien pour bâtir leur empire, pourra inspirer d’autres. « Avec peu de moyens mais beaucoup de rêves et de motivation, vous réalisez ce que vous voulez », a-t-elle soutenu.

Outre les marchés de légumes, Frutas Azahara a sa propre production et opère en tant que grossiste. Son siège social à Griñón est un grand entrepôt où des propriétaires de restaurants et des particuliers viennent s’approvisionner en pastèques importées d’Agadir et de Zagora, et cultivées sur plusieurs hectares à la périphérie de Griñón.

Azahara Arif et sa famille mènent une vie assez tranquille. Mouhy, son mari, âgé de 63 ans, a récemment eu un infarctus du myocarde et a réduit son rythme de travail à sept heures par jour.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Espagne - Agadir - Agriculture - Alimentation - Chiffre d’affaires

Aller plus loin

Le jour où l’on a conseillé à Mohamed Bouhafsi de changer de prénom

À 29 ans, Mohamed Bouhafsi, rédacteur en chef football à RMC Sport et BFM TV, et présentateur de l’émission Top of the Foot, est un grand nom du journalisme sportif. Malgré son...

Les produits agricoles marocains cartonnent à l’export

Malgré la situation sanitaire difficile que traverse le monde, l’exportation des produits agricoles poursuit sa tendance à la hausse au Maroc. Les perspectives de ce secteur...

Maroc : les exportations agroalimentaires toujours à la hausse malgré le covid-19

Le coronavirus est loin de toucher les exportations agroalimentaires. Les exportations des produits maraîchers affichent une croissance de 3 % tandis que celles des fruits...

L’ancien commissaire El Kharraz s’attire la colère des MRE (vidéo)

Ancien commissaire, Abdelkader El Kharraz est devenu ces dernières semaines «  star  » du web en publiant des vidéos sur YouTube. L’une de ces dernières dédiée aux Marocains...

Ces articles devraient vous intéresser :

L’avocat : l’or vert qui assoiffe le Maroc

La culture de l’avocat nécessite une importante quantité d’eau. Au Maroc, des voix s’élèvent pour appeler à l’interdiction de cette culture, en cette période de sécheresse sévère et de stress hydrique.

Interdiction d’abattage des vaches laitières : le gouvernement s’explique

Face à une polémique qui enfle, le gouvernement a apporté des clarifications concernant la décision d’interdiction d’abattre les vaches laitières.

Le Maroc fait un important don d’engrais à Saint-Vincent-et-les Grenadines

Le Premier ministre Ralph Gonsalves a annoncé que le Maroc fera un important don d’engrais à Saint-Vincent-et-les-Grenadines.

Chute historique des exportations d’olives marocaines

Les exportations d’olive marocaine sont en net recul alors que les importations sont en hausse. Le déficit commercial s’est creusé.

Exportations d’avocats : le Maroc va établir un nouveau record

La sécheresse qui touche le Maroc ne produira pas un impact négatif sur ses exportations d’avocats. Le royaume est en passe d’établir un nouveau record.

L’OCP s’empare de 50% de l’espagnol GlobalFeed

L’Office Chérifien des Phosphates (OCP) confirme avoir réussi l’acquisition de 50 % du capital de la firme espagnole GlobalFeed. Cette transaction a été réalisée en partenariat avec l’entreprise d’engrais Fertinagro Biotech, également basée en Espagne.

Le Maroc en guerre contre la cochenille

Au Maroc, le ministère de l’Agriculture a mis en place des mesures pour limiter la propagation de la cochenille, un insecte ravageur des cultures de cactus.

« Ain Ifrane » vendue

La société Mutandis vient de conclure un contrat de cession avec la Société des Boissons du Maroc (SBM), en vue de l’acquisition de « Ain Ifrane ». Montant de la transaction : 380 millions de dirhams.

Après les tomates, le Maroc « inonde » l’Europe de poivron

Après la tomate, le poivron. Le Maroc confirme de plus en plus sa place d’exportateur de poivron, notamment vers l’Europe, avec une forte augmentation de 45 % des exportations ces dernières années.

Camions attaqués en Europe : le Maroc hausse le ton

Le ministre marocain des Affaires étrangères, Nasser Bourita, a dénoncé lundi les récentes attaques d’agriculteurs européens contre des cargaisons de fruits et légumes marocains, faisant observer que l’Union européenne (UE) tire davantage profit de...