Des hôteliers marocains appellent à la légalisation des relations hors mariage

14 novembre 2021 - 14h40 - Maroc - Ecrit par : A.P

L’interdiction des relations sexuelles extraconjugales imposée aux musulmans affecte le marché intérieur hôtelier déjà très affaibli par la crise sanitaire.

Le Code pénal marocain punit d’une peine pouvant aller jusqu’à un an de prison, les relations sexuelles avant le mariage (article 490 du code pénal). La police veille au respect de ce texte en faisant chaque semaine le tour des hôtels pour vérifier leurs registres, les réceptionnistes étant tenus d’exiger les certificats de mariage aux couples avant de remettre les clés. « Je reçois plus d’appels de couples non mariés qui souhaitent rester que quiconque. Je pourrais remplir mon hôtel à 100 % si seulement ils levaient la loi », explique à The Economist, Meryem Zniber, un gérant d’un hôtel situé dans les montagnes du Rif.

Les hôteliers espèrent que les nouvelles autorités gouvernementales vont corriger le tir, car ils estiment avoir souffert de la politique du gouvernement précédent dirigé par le parti islamiste, le PJD, qui n’hésitait pas à étouffer toute initiative jugée haram ou contraire à la loi islamique. D’ailleurs, le gouvernement d’Aziz Akhannouch, « qui a l’air plus libéral », a récemment annoncé une révision profonde du Code pénal.

À lire : Si vous n’êtes pas mariés, attention à Airbnb au Maroc

Pour les conservateurs, les jeunes marocains devraient continuer à respecter la tradition en pratiquant l’abstinence avant le mariage. Les jeunes quant à eux, estiment que cette exigence est dépassée et que d’autres pays musulmans comme les Émirats arabes unis ont dépénalisé il y a un an les relations sexuelles extraconjugales. De leur côté, les hôtels saoudiens ont aussi cessé de réclamer aux couples les certificats de mariage à la réception.

Plusieurs campagnes ont été menées au Maroc pour demander le retrait de cette disposition du Code pénal. La dernière en date, a été lancée sur les réseaux sociaux avec le hashtag « Vote4Love », après « L’amour n’est pas un crime » et « Stop490 ».

Sujets associés : Mariage - Jeunesse - Sexualité - Code pénal marocain - Islam

Aller plus loin

Quelle est la perception des jeunes marocains sur les relations sexuelles hors mariage ?

Une majorité de jeunes marocains reste fermement opposée à toute relation sexuelle hors mariage. C’est ce que révèle une récente enquête dont les résultats ont été présentés...

Que pensent les Marocains des relations sexuelles hors mariage ?

Au moins trois Marocains sur quatre estiment que les relations hors mariage sont très répandues au Maroc. C’est ce que révèle une enquête sur « les libertés individuelles,...

Le sort du code pénal entre les mains d’El Othmani

Face à l’impasse autour du projet de loi modifiant et complétant le Code pénal, le chef du gouvernement Saâdeddine El Othmani est appelé à débloquer le texte.

Maroc : une pétition contre la pénalisation des relations sexuelles hors mariage

La lutte menée par le Collectif 490 (Moroccan Outlaws) contre la pénalisation des relations sexuelles hors mariage s’intensifie. Le mouvement appelle à l’abrogation de l’article...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : des changements majeurs pour les MRE en matière de droit de la famille

Le Maroc a décidé d’alléger considérablement les procédures administratives en matière du Droit de la famille, notamment le mariage, le divorce et l’état civil en faveur des Marocains résidant à l’étranger (MRE).

Les Morchidates, des enseignantes de la religion et des militantes de l’égalité des sexes au Maroc

Bouchra el Korachi est l’une des centaines de « Morchidates » ou prédicatrices désignées par le ministère marocain des Affaires islamiques pour enseigner le Coran, la Charia et le « fiqh », la loi islamique, dans les différentes mosquées du royaume....

Le Maroc confronté à la réalité des violences sexuelles

Les femmes marocaines continuent de subir en silence des violences sexuelles. Le sujet est presque tabou au Maroc, mais la parole se libère de plus en plus.

Une famille marocaine au tribunal de Beauvais pour un mariage blanc

Une famille marocaine est jugée devant le tribunal de Beauvais pour association de malfaiteurs dans le but d’organiser un mariage blanc. Le verdict est attendu le 12 janvier 2023.

Aïd El Fitr en France : annonce importante de la Mosquée de Paris

Les fédérations musulmanes de France se réuniront ce jeudi 20 avril 2023 à 18 heures à la Grande Mosquée de Paris en présence de leur commission religieuse ainsi que des imams du Conseil National des Imams (CNI). Cette réunion a pour objectif de fixer...

Le Maroc fête l’Aïd al fitr le samedi 22 avril

Le Maroc célèbre l’Aïd Al Fitr ce samedi 22 avril, selon une annonce faite par le ministère des Habous et des Affaires islamiques. Le ministère a confirmé la date après avoir procédé à une observation minutieuse du croissant lunaire, comme l’exige la...

Le mariage qui a sauvé un village

La célébration d’un mariage a sauvé tous les habitants d’un village marocain lors du tremblement de terre meurtrier du 8 septembre, qui a détruit leurs maisons.

La date de l’Aid Al Mawlid au Maroc connue

Au Maroc, l’Aid Al Mawlid Annabaoui, la fête qui célèbre la naissance du prophète Mohammad, sera célébrée en ce mois de septembre.

Saad Lamjarred et Ghita El Allaki organiseront un mariage au Maroc

Le chanteur marocain Saad Lamjarred vient de confirmer dans un live sur Instagram l’organisation prochaine au Maroc, d’une vraie fête de mariage avec Ghita El Allaki.

Ali B : un nouvel abum pour faire oublier ses ennuis judiciaires

Après avoir été éclaboussé par une affaire d’agressions sexuelles sur des candidates de l’émission The Voice of Holland, le rappeur néerlandais d’origine marocaine Ali B préparerait son retour sur la scène musicale. Il serait sur le point de sortir un...