Des hôteliers marocains appellent à la légalisation des relations hors mariage

14 novembre 2021 - 14h40 - Maroc - Ecrit par : P. A

L’interdiction des relations sexuelles extraconjugales imposée aux musulmans affecte le marché intérieur hôtelier déjà très affaibli par la crise sanitaire.

Le Code pénal marocain punit d’une peine pouvant aller jusqu’à un an de prison, les relations sexuelles avant le mariage (article 490 du code pénal). La police veille au respect de ce texte en faisant chaque semaine le tour des hôtels pour vérifier leurs registres, les réceptionnistes étant tenus d’exiger les certificats de mariage aux couples avant de remettre les clés. « Je reçois plus d’appels de couples non mariés qui souhaitent rester que quiconque. Je pourrais remplir mon hôtel à 100 % si seulement ils levaient la loi », explique à The Economist, Meryem Zniber, un gérant d’un hôtel situé dans les montagnes du Rif.

Les hôteliers espèrent que les nouvelles autorités gouvernementales vont corriger le tir, car ils estiment avoir souffert de la politique du gouvernement précédent dirigé par le parti islamiste, le PJD, qui n’hésitait pas à étouffer toute initiative jugée haram ou contraire à la loi islamique. D’ailleurs, le gouvernement d’Aziz Akhannouch, « qui a l’air plus libéral », a récemment annoncé une révision profonde du Code pénal.

À lire : Si vous n’êtes pas mariés, attention à Airbnb au Maroc

Pour les conservateurs, les jeunes marocains devraient continuer à respecter la tradition en pratiquant l’abstinence avant le mariage. Les jeunes quant à eux, estiment que cette exigence est dépassée et que d’autres pays musulmans comme les Émirats arabes unis ont dépénalisé il y a un an les relations sexuelles extraconjugales. De leur côté, les hôtels saoudiens ont aussi cessé de réclamer aux couples les certificats de mariage à la réception.

Plusieurs campagnes ont été menées au Maroc pour demander le retrait de cette disposition du Code pénal. La dernière en date, a été lancée sur les réseaux sociaux avec le hashtag « Vote4Love », après « L’amour n’est pas un crime » et « Stop490 ».

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Mariage - Jeunesse - Sexualité - Code pénal marocain - Islam

Aller plus loin

Le Maroc lève-t-il le tabou des couples non-mariés dans les hôtels ?

Le gouvernement marocain envisage de lever l’interdiction faite aux couples non-mariés de partager une même chambre d’hôtel.

Relations hors mariage au Maroc : appel à l’abrogation de l’article 490

Les membres du collectif 490 sont montés à nouveau au créneau pour réclamer « l’abrogation pure et simple » de l’article 490 qui participe « significativement au sentiment...

Couples non-mariés et hôtels au Maroc : Ouahbi monte au créneau

Le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, a réitéré son opposition à l’interdiction faite aux couples non-mariés de partager une chambre commune dans un hôtel, qualifiant...

Quelle est la perception des jeunes marocains sur les relations sexuelles hors mariage ?

Une majorité de jeunes marocains reste fermement opposée à toute relation sexuelle hors mariage. C’est ce que révèle une récente enquête dont les résultats ont été présentés...

Ces articles devraient vous intéresser :

« Épouse-moi sans dot » : un hashtag qui fait polémique au Maroc

Le hashtag « Épouse-moi sans dot » qui s’est rapidement répandu sur les réseaux sociaux ces derniers jours, a suscité une avalanche de réactions au Maroc. Alors que certains internautes adhèrent à l’idée, d’autres la réprouvent fortement.

Ramadan : point sur la délégation d’accompagnement religieux des MRE

Le nombre de personnes composant la délégation chargée de l’accompagnement religieux des Marocains résidant à l’étranger en ce mois de ramadan est connu.

Maroc : de "paradis gay" à destination à risque pour les LGBTQ+ ?

Le Maroc est passé de « pays gay-friendly » à destination touristique moins sûre pour les lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres. Il y existe toutefois une sorte de tolérance.

Ramadan et sport : oui, mais sous conditions

Le sport et le jeûne du Ramadan ne sont pas incompatibles. Bien au contraire, une activité physique modérée durant cette période peut s’avérer bénéfique pour la santé. Mais pour profiter pleinement de ses bienfaits et éviter les risques, il est...

Au Maroc, le mariage des mineurs résiste au temps

Au Maroc, il y a encore du chemin à faire pour en finir avec le mariage des mineurs. Des voix s’élèvent pour appeler à la révision rapide et profonde du Code de la famille.

Ramadan 2023 : la durée de la journée de jeûne selon les pays

Le premier jour du ramadan correspond au 23 mars au Maroc et dans de nombreux pays à travers le monde. Les heures de jeûne durant ce mois sacré pour les musulmans varient d’un pays à l’autre.

Maroc : le mariage fastueux de la fille d’un haut dirigeant soulève des polémiques

Le mariage somptueux organisé par le président de la Chambre des conseillers, Naam Miyara, pour sa fille, soulève de vives polémiques. La quatrième personnalité politique du Maroc après le roi, le chef du gouvernement et le président de la Chambre des...

Voici la date de l’Aïd al-Adha 2023 au Maroc

Les calculs astronomiques indiquent que la fête de l’Aïd al-Adha 2023 sera célébrée au Maroc cet été. Quelle date retenir ?

« Tu mourras dans la douleur » : des féministes marocaines menacées de mort

Au Maroc, plusieurs féministes, dont des journalistes et des artistes, font l’objet d’intimidations et de menaces de mort sur les réseaux sociaux, après avoir appelé à plus d’égalité entre l’homme et la femme dans le cadre de la réforme du Code de la...

Les chrétiens marocains contraints de vivre leur foi en secret

Les chrétiens marocains sont rejetés par leurs familles et la société. Bien que la Constitution de 2011 garantisse la liberté de conscience, la pratique d’une religion autre que l’islam sunnite est passible d’une peine pouvant aller jusqu’à trois ans...