Le Maroc lève-t-il le tabou des couples non-mariés dans les hôtels ?

1er août 2023 - 12h00 - Maroc - Ecrit par : P. A

Le gouvernement marocain envisage de lever l’interdiction faite aux couples non-mariés de partager une même chambre d’hôtel.

Au Maroc, seuls les couples mariés sont autorisés à partager une chambre d’hôtel, le certificat de mariage faisant foi. Les couples non-mariés qui violent cette prescription encourent une peine d’emprisonnement d’un an pour relations sexuelles hors mariage (article 490 du Code pénal). La ministre marocaine du Tourisme, Fatim-Zahra Ammor, a annoncé la semaine dernière avoir engagé des négociations avec ses homologues de l’Intérieur et de la Justice en vue de « lever certaines restrictions qui empêchent les couples non mariés de partager une chambre d’hôtel », relate le quotidien Assabah.

Ces restrictions « poussent de nombreuses personnes à opter pour des destinations touristiques comme la Turquie ou l’Europe », souligne la ministre. Suivant les instructions royales, le gouvernement Akhannouch est décidé à réformer le Code pénal marocain qui date de 1961 et à dépénaliser les relations sexuelles hors mariage entre personnes de même sexe. Dans son discours du Trône de l’année dernière, le roi Mohammed VI annonçait une réforme du Code de la famille ou Moudawana. Un an après, cette réforme est restée lettre morte à cause des conservateurs et islamistes, dont le Parti justice et développement (PJD), qui s’opposent farouchement à la révision de ce texte.

À lire : Les couples non-mariés pourraient partager une chambre d’hôtel au Maroc

Répondant lundi aux questions d’un député socialiste, le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, a rappelé que seul le roi, en sa qualité de Commandeur des croyants, « a l’autorité pour lancer le débat parlementaire » sur cette question. En attendant, plusieurs couples non mariés marocains préfèrent éviter les hôtels et louer des appartements discrets pour leurs escapades. L’accès aux hôtels pour les couples non mariés est « une question de libertés fondamentales », déclarait à TelQuel début juillet, Othman Cherif Alani, l’ancien directeur de la Fédération nationale du tourisme.

Le ministère du Tourisme travaille à lever ces restrictions « qui freinent le développement du tourisme », a-t-il ajouté. Le Maroc est engagé dans une dynamique de « dépénalisation de ces comportements », a assuré pour sa part le ministère de la Justice. Avis donc aux couples non mariés qui prévoient de se rendre au Maroc. Ils peuvent se retrouver en prison si un des partenaires est d’origine marocaine, même s’il possède un passeport européen, avertissent des sites de recommandations.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Tourisme - Moudawana (Code de la famille) - Hôtellerie - Sexualité - Abdellatif Ouahbi - Code pénal marocain - Fatim-Zahra Ammor

Aller plus loin

Couples non mariés et hôtels au Maroc : vers la fin des abus ?

Abdellatif Ouahbi, ministre de la Justice, lance un avertissement aux hôtels qui exigent des documents non autorisés notamment un certificat de mariage des couples marocains.

Hôtels au Maroc : la fin du certificat de mariage ne plaît pas à tout le monde

Au Maroc, la levée de l’exigence d’un certificat de mariage dans les hôtels est loin de faire l’unanimité. Alors que certains Marocains ont célébré cette évolution comme une...

Des hôteliers marocains appellent à la légalisation des relations hors mariage

L’interdiction des relations sexuelles extraconjugales imposée aux musulmans affecte le marché intérieur hôtelier déjà très affaibli par la crise sanitaire.

Au Maroc, les femmes seules sont toujours interdites de séjour dans les hôtels

La femme marocaine seule est toujours interdite de séjour dans les hôtels de son pays. Malgré l’inexistence d’une loi, cette vieille pratique résiste au temps.

Ces articles devraient vous intéresser :

Réforme du Code de la famille au Maroc : Abdelilah Benkirane menace

Le secrétaire général du PJD, Abdelilah Benkirane, relance le débat sur la réforme de la Moudawana et du Code pénal, en promettant des actions fortes si le ministre de la Justice y introduit des amendements qui portent atteinte à la cellule familiale.

Réforme du Code de la famille au Maroc : vers une égalité parfaite hommes femmes ?

Le roi Mohammed VI a adressé mardi 26 septembre une Lettre royale au Chef du gouvernement, annonçant une révision approfondie du Code de la famille (Moudawana), près de 20 ans après celle opérée en 2004.

Maroc : la réforme du Code de la famille fait toujours jaser

La réforme du Code de la famille a du mal à passer au Maroc. Face aux conservateurs et chefs religieux, le gouvernement n’arrive pas encore à trouver la bonne formule pour mettre fin aux discriminations envers les femmes en matière de succession, à la...

Le Maroc renforce le contrôle des locations Airbnb

En collaboration avec les ministères du Tourisme et de l’Intérieur, les services de contrôle de l’Office des changes mènent un vaste audit des transferts internationaux pour la location de résidences touristiques via la plateforme Airbnb.

Le tourisme de montagne, un potentiel inexploité au Maroc

Le tourisme de montagne au Maroc est un secteur à fort potentiel qui est inexploité, selon Nadia Fettah Alaoui, la ministre marocaine du Tourisme, de l’artisanat, du transport aérien et de l’économie sociale.

Du changement pour les voitures des MRE à leur arrivée à la douane

Les Marocains résidant à l’étranger devront se soumettre à un nouveau document émis par l’administration des douanes et qui concerne la circulation des véhicules immatriculés à l’étranger.

Maroc : de "paradis gay" à destination à risque pour les LGBTQ+ ?

Le Maroc est passé de « pays gay-friendly » à destination touristique moins sûre pour les lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres. Il y existe toutefois une sorte de tolérance.

Booking dicte sa loi aux hôtels marocains

La plateforme de réservation en ligne, Booking.com continue de dicter sa loi aux hôteliers marocains, ainsi qu’aux agences de voyages, provoquant d’énormes pertes économiques.

Aïd al-Adha : ruée de Marocains vers l’Espagne

Alors que de nombreux Marocains résidant à l’étranger (MRE) rentrent au Maroc pour y passer les congés de l’Aïd al-Adha, certaines familles marocaines font le chemin inverse.

Le Maroc veut devenir une destination touristique incontournable

La ministre marocaine du Tourisme, Fatim-Zahra Ammor, a dévoilé la nouvelle feuille de route élaborée pour le secteur à l’horizon 2026 afin de faire du Maroc l’une des plus grandes destinations touristiques au monde.