Influenceurs musulmans : la France surveille les cagnottes en ligne

7 novembre 2023 - 11h00 - France - Ecrit par : S.A

En France, les services de renseignements territoriaux incitent à surveiller les « influenceurs séparatistes islamistes » qui lancent des cagnottes en ligne, dispensent des cours en ligne et défendent des thèses pro-djihadistes. Les comptes bancaires de plusieurs d’entre eux ont été bloqués.

Une catégorie d’influenceurs reçoit une attention particulière de la part de la Direction nationale du Renseignement territorial (DNRT). Diverses raisons ont poussé les renseignements territoriaux à enquêter sur eux. Ils utilisent les réseaux sociaux pour lever des fonds. Ce « mode opératoire n’est pas sans rappeler celui des télévangélistes d’Outre-Atlantique », concluent les policiers dans une note d’étude sur ceux qu’ils appellent « influenceurs séparatistes islamistes », consultée par Le Parisien. Ces « influenceurs » lancent des cagnottes nominatives, mais aussi des cagnottes destinées « au financement ou à l’extension de lieux de culte ou de centres de formations théologiques », relèvent les rédacteurs de la note.

À lire : Maroc : les avertissements de la DGI aux influenceurs

Le RT évoque notamment un site de cagnottes en ligne fondé par un entrepreneur proche des milieux salafistes et repéré en octobre 2020 lors de la création d’un compte destiné à venir en aide à Brahim Chnina, « ce père de famille à l’origine des rumeurs contre » le professeur d’histoire-géographie Samuel Paty avant son assassinat. Une cagnotte avait été également lancée sur le même site pour aider l’imam marocain Hassan Iquioussen visé par une procédure d’expulsion. Les fonds récoltés à cette occasion « ont été gelés », précisent néanmoins les services de renseignement. La même note précise encore qu’un fonds s’élevant à 458 000 euros a été levé en deux mois seulement pour l’achat d’un nouveau local pour l’institut de formation théologique et linguistique d’un certain Nader C. qui ne réclamait « que » 400 000 euros.

À lire :Maroc : les influenceurs vont payer les impôts


En février, un prédicateur a lancé une autre cagnotte similaire pour la construction d’un centre à Strasbourg (Bas-Rhin). Près de la moitié des 300 000 euros nécessaires a été déjà récolté. Ces promoteurs « font appel à la responsabilité collective et individuelle des croyants et ponctuent leurs propos de références religieuses », balaie le document des Renseignements territoriaux. Outre les cagnottes en ligne, ces influenceurs s’investissent aussi dans l’organisation des pèlerinages à La Mecque « qui leur permet à la fois de générer des revenus et de conforter leur statut de référent religieux », explique la note du RT.

À lire :Les influenceurs marocains traqués par le Fisc

Autres sources de financement identifiés par les Renseignements : ces influenceurs dispensent des cours ou des formations en ligne, organisent des colloques payants avec des formules « 4 fois sans frais » ou des abonnements à l’année avec prix dégressifs.

Sujets associés : France - Religion - Islam

Aller plus loin

Des influenceurs marocains impliqués dans des achats immobiliers illégaux à l’étranger

L’Office des changes a découvert que des influenceurs et créateurs de contenu sur Internet ont des propriétés non déclarées à l’étranger et violent les textes régissant le change.

Maroc : les influenceurs vont payer les impôts

La direction générale des impôts (DGI) a adressé des notifications aux influenceurs et créateurs de contenu digital qui ne sont pas à jour vis-à-vis du fisc pour les enjoindre...

Les influenceurs marocains traqués par le Fisc

Les influenceurs marocains sont dans le viseur de la direction générale des impôts, qui a déployé de grands moyens pour lutter contre la fraude et la sous-déclaration.

Les influenceurs marocains vont payer l’impôt sur le revenu

Le ministre délégué chargé du Budget, Fouzi Lekjaâ, a donné des éclaircissements sur la taxation des revenus perçus par les influenceurs.

Ces articles devraient vous intéresser :

Hijab et football féminin : Le Conseil d’État maintient l’interdiction

L’interdiction du port du hijab lors des compétitions de football féminin, qui est en vigueur depuis 2016, a été confirmée par le Conseil d’État jeudi.

Officiel : voici la date de l’Aïd al Adha au Maroc

La date de l’Aid al Adha au Maroc est désormais connue. Elle vient d’être annoncée par le ministère des Habous et des affaires islamiques.

Chaâbane débute ce dimanche, le ramadan dans un mois

Le premier jour du mois de Chaâbane de l’année 1445 de l’hégire correspond au dimanche 11 février 2024, a annoncé samedi le ministère des Habous et des Affaires Islamiques dans un communiqué.

Les chrétiens marocains contraints de vivre leur foi en secret

Les chrétiens marocains sont rejetés par leurs familles et la société. Bien que la Constitution de 2011 garantisse la liberté de conscience, la pratique d’une religion autre que l’islam sunnite est passible d’une peine pouvant aller jusqu’à trois ans...

Voici les dates de début et de fin du ramadan au Maroc

Les dates de début et de fin du mois sacré de ramadan au Maroc sont désormais connues.

Ramadan 2023 : le Maroc envoie des imams en Europe

Afin d’assurer l’accompagnement et l’encadrement religieux des Marocains résidant à l’étranger (MRE), la Fondation Hassan II a annoncé l’envoi en Europe de 144 universitaires, prédicateurs et récitateurs du Coran durant tout le mois de Ramadan 2023.

Michel Houellebecq s’excuse auprès des musulmans

L’écrivain Michel Houellebecq revient sur les propos dangereux qu’il avait tenus envers les musulmans lors d’une discussion entre l’essayiste Michel Onfray et lui, et présente ses « excuses à tous ceux » qui se sont sentis offensés.

L’affaire Zakaria Aboukhlal prend de l’ampleur

L’affaire Zakaria Aboukhlal continue de créer des remous. Après la Fédération royale marocaine de football (FRMF), c’est au tour du Conseil national de la presse de condamner les propos contenus dans un article d’un site électronique sur un supposé...

Maroc : Ahmed Assid dénonce la répression des voix d’opposition par l’astuce des mœurs

Dans un podcast, l’universitaire et activiste amazigh Ahmed Assid s’est prononcé sur plusieurs sujets dont la répression des voix contestataires au Maroc, la liberté d’expression ou encore la laïcité.

Le ramadan débutera jeudi en France

Le ramadan débutera officiellement le jeudi 23 mars en France, annonce le recteur de la Grande Mosquée de Paris, Chems-Eddine Hafiz.