Jennifer et M’Hamed amoureux hors la loi

4 mai 2009 - 15h48 - France - Ecrit par : L.A

A Dijon, un mariage franco-marocain a été avorté par l’expulsion du futur époux. Sa compagne est de plus convoquée au tribunal de Dijon le 11 mai. Dans son petit appartement de la rue de la Toison- d’or, la jeune Dijonnaise Jennifer Chary, 22 ans, jongle entre son téléphone et son petit ordinateur portable. Ce sont aujourd’hui les deux seuls moyens dont elle dispose pour entendre et voir son amoureux marocain, M’Hamed Naïmi, expulsé le 3 avril.

De plus, la jeune femme est convoquée le lundi 11 mai au tribunal de Dijon pour avoir « aidé au séjour en France d’une personne en situation irrégulière ». Une échéance qui ne l’effraie pas : « Je ne regrette absolument rien. Si c’était à refaire, je n’hésiterais pas une seconde. Je n’ai fait qu’héberger celui qui va devenir mon mari. Si la justice veut me condamner pour cela, je ne peux que le regretter. Mais la seule chose qui m’effraie vraiment, c’est d’être séparée de ma fille en allant en prison ».

L’histoire débute à l’été 2006. M’Hamed, 23 ans, arrive en France « pour voir de la famille » avec un visa de six mois. Ce visa expiré, il reste dans l’Hexagone clandestinement jusqu’au début de l’été 2008, où il rencontre Jennifer. Très vite, ils projettent de se marier. Sur les conseils d’un avocat, ils vont alors chercher en préfecture « un document qui mette M’Hamed dans la légalité en attendant le mariage », comme le raconte aujourd’hui sa compagne. « Mais nous avons été très mal reçus. Nous avons tout de même monté un dossier de mariage puis passé un entretien à la mairie de Dijon sans subir de remarques particulières ».

Mais deux semaines plus tard, et après deux convocations préalables au commissariat de Dijon, M’Hamed est placé en garde à vue, puis envoyé au centre de rétention de Lyon Saint-Exupéry avant d’être expulsé vers le Maroc le 3 avril, à huit jours de la date prévue pour son mariage avec Jennifer en mairie de Dijon. Depuis, pour le couple, c’est l’attente.

Solutions

« Nous avons deux solutions », résume Jennifer. « La première, c’est que M’Hamed réussisse à revenir en France pour que nous puissions nous marier ici. Mais il faut qu’il obtienne un visa et avec tout ce qu’il s’est passé, nous savons que ce sera difficile.

La deuxième solution, c’est un mariage au Maroc. Nous avons rendez-vous dans quinze jours au consulat de France au Maroc. Après cet entretien, il nous accordera, ou non, un certificat de mariage. Si nous l’obtenons, il me faudra encore retourner le chercher puis le ramener en France pour le faire traduire au consulat du Maroc à Nantes. Là encore, les délais sont très longs. Au mieux, nous pouvons espérer nous marier dans huit mois. Puis il faudra encore ajouter le délai d’obtention d’un visa pour rentrer nous installer en France. Et cette nouvelle attente peut prendre plus d’un an… »

Certitudes

Pourquoi ne pas alors s’installer là-bas ? La réponse tombe, nette : « Je ne peux pas, ne serait-ce que pour ma fille, que j’ai eue avec un autre homme et qui a tout juste deux ans. Mais nous avançons sur les deux pistes. C’est la meilleure façon de prouver que nous n’avons rien à voir avec un mariage blanc ».

Cette certitude la porte au quotidien : « J’ai la chance d’être bien entourée. Par la Cimade et par le collectif des Amoureux au ban public. Avec mon mari, nous n’avons jamais cédé au découragement. Nous savons que nous allons nous retrouver. Toutes ces difficultés nous ont même rendus plus forts ».

Elle dit déjà « mon mari » et pour elle, ce n’est pas un lapsus. Juste une évidence.

Source : Le Bien Public - Frédéric Joly

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Immigration clandestine - France - Dijon - Expulsion - Régularisation - Mariage

Ces articles devraient vous intéresser :

« Épouse-moi sans dot » : un hashtag qui fait polémique au Maroc

Le hashtag « Épouse-moi sans dot » qui s’est rapidement répandu sur les réseaux sociaux ces derniers jours, a suscité une avalanche de réactions au Maroc. Alors que certains internautes adhèrent à l’idée, d’autres la réprouvent fortement.

Maroc : vers la légalisation de la cryptomonnaie ?

Actuellement interdit au Maroc, la Cryptomonnaie pourrait être autorisée et officialisée par un projet de loi qui attend d’être voté.

Maroc : le mariage fastueux de la fille d’un haut dirigeant soulève des polémiques

Le mariage somptueux organisé par le président de la Chambre des conseillers, Naam Miyara, pour sa fille, soulève de vives polémiques. La quatrième personnalité politique du Maroc après le roi, le chef du gouvernement et le président de la Chambre des...

Le Maroc cherche à mettre fin au mariage des mineures

En réponse à une question orale à la Chambre des Conseillers, le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi a renouvelé ce lundi 28 novembre, son engagement à mettre un terme au mariage des mineures.

Ancien Gilet jaune, Abdel Zahiri menacé d’expulsion au Maroc

Abdel Zahiri, un Marocain de 44 ans, a récemment reçu une obligation de quitter le territoire français de la part de la préfecture de Vaucluse. Fiché S, il avait auparavant été incarcéré pour son implication dans le mouvement des Gilets jaunes.

Des Marocains à la rue : la détresse d’une famille en Espagne

Un couple marocain et ses trois filles mineures âgées de 12, 8 et 5 ans sont arrivés clandestinement à Pampelune en provenance du Maroc il y a un mois, cachés dans une remorque chargée de légumes. Sans ressources ni aide, ils sont à la rue depuis...

Un Marocain très apprécié menacé d’expulsion en France

Alors qu’il se trouve en France depuis plusieurs années, Alae Eddine Ennaimi est menacé d’expulsion. Le jeune homme de 24 ans a été arrêté par la police après un contrôle dans le restaurant où il travaillait.

Éric Ciotti met en avant les liens « très puissants » entre le Maroc et la France

Le président du parti Les Républicains, Éric Ciotti, a plaidé pour la réparation des erreurs passées et critiqué le manque de considération envers le Maroc. Dans une déclaration à la presse, M. Ciotti a souligné l’importance des liens « très puissants...

Hassan Iquioussen vs Gérald Darmanin : la justice se prononce aujourd’hui

Le tribunal administratif de Paris examine l’arrêté d’expulsion de Hassan Iquioussen, pris par le ministère de l’Intérieur, Gérald Darmanin, en juillet 2022. Cette audience déterminante permettra de statuer sur la possibilité de l’imam de revenir en...

Maroc : le registre national des mariés bientôt disponible

Dans quelques jours, le ministère de la Justice marocain va procéder au lancement du registre national des mariés dans le but de mettre fin aux infractions constatées dans le domaine.