Près de 50% des jeunes Marocains veulent quitter le pays

10 octobre 2020 - 13h20 - France - Ecrit par : J.K

Près de la moitié des jeunes des pays du Maghreb et du Moyen-Orient dont le Maroc, veulent quitter leur pays pour des destinations plus prometteuses. C’est ce qui ressort de l’enquête menée par l’agence ASDA’A BCW et publiée par Radio France Internationale.

Le phénomène de l’immigration draine encore du monde, surtout dans le rang des jeunes. A côté des Marocains, les Tunisiens et les Algériens représentent un taux important de candidats à l’immigration, révèle l’enquête.

Le chômage et la corruption sont autant de raisons qui poussent ces jeunes à vouloir sortir de leur pays. L’enquête menée auprès de 4 000 jeunes, classe dans l’ordre qui suit les pays les plus touchés par le phénomène : le Liban avec 77% des jeunes de ce pays, la Libye, le Yémen, l’Irak et les territoires palestiniens.

Les Émirats arabes unis, les États-Unis, le Canada, le Royaume-Uni et l’Allemagne, constituent des destinations prisées par ces jeunes, parce que, vus comme ceux qui offrent le plus d’opportunités de travail dans le monde. Bien que la France ne fasse pas partie ces pays de rêve, elle reste la destination favorite des Marocains.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : France - Corruption - Immigration - Jeunesse - Chômage

Aller plus loin

Près de 35% des Marocains veulent quitter le Maroc

Quelque 34 % des Marocains souhaitent quitter le Maroc. C’est ce qui ressort de l’enquête menée par le Baromètre arabe sur la migration.

Les Marocains, numéro 1 pour la nationalité espagnole

Cette année encore, les Marocains arrivent loin devant toutes les nationalités en ce qui concerne l’obtention de la citoyenneté espagnole.

La politique migratoire en Afrique du Nord intéresse les chercheurs

La politique migratoire des pays d’Afrique du Nord était au centre des discussions lors d’un webinaire mercredi dernier. Les travaux d’une étude menée par un groupe de...

Les jeunes Marocains se disent malheureux

Une grande majorité des jeunes marocains ne sont pas ou sont peu satisfaits de leur vie, et 68,2 % d’entre eux sont tentés par l’émigration.

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : Vague d’enquêtes sur des parlementaires pour des crimes financiers

Une vingtaine de parlementaires marocains sont dans le collimateur de la justice. Ils sont poursuivis pour faux et usage de faux, abus de pouvoir, dilapidation et détournement de fonds publics.

Maroc : le débat sur l’interdiction de TikTok s’invite au parlement

Plusieurs députés marocains appellent à l’interdiction de TikTok au Maroc. Ils s’inquiètent de la qualité des contenus publiés sur ce réseau social chinois qui, selon eux, constitue un danger pour la jeunesse.

Maroc : des biens et des comptes bancaires de parlementaires saisis

Au Maroc, les parquets des tribunaux de première instance ont commencé à transmettre aux nouvelles chambres chargées des crimes de blanchiment d’argent les dossiers des présidents de commune et des parlementaires condamnés pour dilapidation et...

Ouverture exceptionnelle de la frontière entre le Maroc et l’Algérie

La frontière entre l’Algérie et le Maroc a été exceptionnellement ouverte cette semaine pour permettre de rapatrier le corps d’un jeune migrant marocain de 28 ans, décédé par noyade en Algérie.

Maroc : 217 personnes interpellées grâce à la ligne téléphonique anti-corruption

Lancée il y a trois ans, la ligne téléphonique anti-corruption du Ministère public reçoit plus de 100 appels par jour, selon Ghita Mezzour, ministre de la transition numérique et de la réforme de l’Administration.

Interdire ou réguler TikTok ? Le Maroc cherche la solution

Menacé d’interdiction aux États-Unis et en Europe, TikTok est de plus en plus décrié dans le monde. Au Maroc, des voix continuent d’appeler à l’interdiction de l’application chinoise. Mais plutôt que de l’interdire, des experts appellent à encadrer son...

Affaire Rachid M’Barki : les ramifications d’un réseau d’influence

L’affaire Rachid M’Barki du nom de l’ex-présentateur franco-marocain du journal de la nuit de BFMTV, mis en examen pour « corruption passive » et « abus de confiance » n’a pas fini de livrer tous ses secrets.

Maroc : des élus communaux corrompus révoqués

Le ministre de l’Intérieur Abdelouafi Laftit part en croisade contre la corruption au sein des collectivités territoriales. Il a instruit les walis et gouverneurs à l’effet de révoquer les présidents de communes qui sont en situation de conflits...

Maroc : les tribunaux submergés après la levée des mesures restrictives

Depuis que l’amélioration de la situation épidémiologique au Maroc a entraîné l’assouplissement des mesures restrictives, la vie a repris dans les tribunaux avec une hausse considérable du nombre de plaintes, procès et affaires pénales.

Maroc : les crimes financiers ont baissé de 47% en 2021

La lutte contre les crimes financiers et économiques au Maroc porte peu à peu ses fruits. En 2021, les affaires liées à ces délits ont fortement régressé de 47,30%, selon le rapport annuel de la présidence du parquet.