Les lacunes de la loi sur la légalisation du cannabis au Maroc

4 mars 2021 - 18h20 - Maroc - Ecrit par : S.A

Le projet de loi relatif à l’usage du cannabis à des fins médicales constitue une avancée pour le Maroc mais certaines améliorations s’imposent. Le gouvernement va l’examiner au cours de son conseil de jeudi 4 mars.

Le texte prévoit la création d’une agence nationale de régulation des activités liées au cannabis. Cette agence sera dotée de la personnalité morale et de l’indépendance financière. Il reviendra donc au régulateur d’œuvrer pour la mise en œuvre de la stratégie gouvernementale de culture du cannabis, de sa transformation, de sa commercialisation et des activités d’import/export. Bien que la création annoncée de cette agence soit une avancée, le projet de loi comporte quelques lacunes.

L’une de ses lacunes concerne l’achat des récoltes des cultivateurs. Le régulateur devrait détenir le monopole au niveau de l’achat des récoltes des cultivateurs, afin d’éviter toute spéculation sur les tarifs de vente. « Le marché légal du cannabis, tel qu’on le voit dans le monde, permet aux paysans d’atteindre 12 % du chiffre d’affaires définitif », fait savoir au journal L’Opinion une source proche du dossier. « Aujourd’hui, sur le terrain, l’agriculteur touche environ 1 % du chiffre d’affaires. Pour sa vente à l’étranger, cette part peut monter jusqu’à 4 %. Le chiffre d’affaires engrangé par le cannabis marocain illégal en Europe est de 120 milliards de DH. Le chiffre d’affaires agricole, c’est-à-dire ce que le fellah reçoit, ne dépasse pas les 5 milliards de DH », explique-t-elle.

Selon l’expert, ce projet de loi, qui vise à garantir des revenus raisonnables aux paysans, pourrait ne pas contribuer à une amélioration significative des rentrées des agriculteurs à cause de l’adoption de ce modèle d’acheteur unique. « Il serait judicieux d’ajouter un amendement qui permet la vente entre investisseur et paysan. L’agence pourra toujours vérifier les prix, fixer un minimum et contrôler le respect de ces mesures, tout en permettant une diversification de la demande. Je pense que ce volet de la loi gagnerait à être amélioré », suggère-t-il.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Cannabis - Conseil de gouvernement

Aller plus loin

Mohand Laenser appelle à une revue de la loi sur l’usage légal du cannabis

Après la légalisation de l’usage du cannabis, certains trafiquants de drogue tentent de s’accaparer les terres des petits agriculteurs. Une manœuvre que dénonce Mohand Laenser,...

Le PJD très divisé sur la légalisation du cannabis

Le Conseil du gouvernement a examiné ce jeudi le projet de loi sur l’usage légal du cannabis. Un texte qui a suscité un débat politique et social animé et qui est sur le point...

Pourquoi la législation du cannabis s’impose au Maroc

Le Maroc gagnerait à légaliser la culture et la consommation du cannabis, d’autant que la répression a jusque-là fait flop. C’est du moins ce qu’a préconisé la Commission...

Maroc : nouveau report de l’examen sur la légalisation du cannabis

Réuni ce jeudi 4 mars 2021 en visioconférence sous la présidence du chef du gouvernement, Saâd Eddine El Othmani, le conseil du gouvernement a reporté à nouveau l’examen du...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : l’état d’urgence sanitaire prolongé jusqu’au 31 décembre

Le gouvernement vient d’annoncer, une nouvelle fois, la prorogation de l’état d’urgence sanitaire sur l’ensemble du territoire national.

Le Maroc proroge, à nouveau, l’état d’urgence sanitaire

Le Maroc a décidé de prolonger l’état d’urgence sanitaire jusqu’au 30 novembre 2022, afin de faire face à la propagation du Covid-19 dans le pays.

Maroc : appel pressant des exportateurs de légumes

Les associations de producteurs et exportateurs de fruits et légumes appellent le gouvernement d’Aziz Akhannounch à autoriser la reprise des exportations.

Maroc : pas de congé menstruel pour les femmes fonctionnaires

La proposition de loi visant à instaurer un congé menstruel, d’une durée ne dépassant pas deux jours par mois, en faveur des femmes fonctionnaires n’a pas reçu l’assentiment du gouvernement.

Maroc : l’état d’urgence sanitaire sera-t-il à nouveau prorogé ?

Au menu du prochain Conseil de gouvernement qui se tiendra jeudi sous la présidence du Chef du gouvernement, Aziz Akhannouch, plusieurs sujets seront abordés dont l’examen du projet de décret relatif à la prorogation de la durée de l’état d’urgence...

Le PLF 2023 adopté par le conseil de gouvernement

Au lendemain du conseil des ministres présidé par le roi Mohammed VI, le conseil de gouvernement s’est réuni à Rabat et a procédé à l’adoption du projet de loi de finances (PLF) au titre de l’année 2023 et les textes l’accompagnant.

Le Maroc pourrait taxer les superprofits des distributeurs pétroliers

Sur recommandation du Conseil de la concurrence, le gouvernement envisage d’inclure dans le projet de loi de finances 2023, l’instauration d’une taxe exceptionnelle sur les superprofits des distributeurs pétroliers.

Le Maroc met fin à l’état d’urgence sanitaire

Le gouvernement marocain a décidé de mettre fin à l’état d’urgence sanitaire en vigueur depuis l’apparition des premiers cas de contamination au coronavirus.

Bank Al-Maghrib va aider les banques en difficulté

Suite à l’adoption par le conseil de gouvernement d’un décret, Bank Al-Maghrib (BAM) est autorisée à accorder des liquidités d’urgence aux banques ayant des problèmes de liquidités et de solvabilité. Une mesure saluée par des analystes financiers...

Maroc : où en est l’aide au logement ?

Des discussions sont en cours entre les parties prenantes pour finaliser le décret relatif à l’aide directe au logement en vue de sa présentation au Conseil de gouvernement dans les prochains jours.