Les Marocains déçus de l’école hybride

14 janvier 2021 - 21h20 - Maroc - Ecrit par : J.K

L’enseignement hybride mis en place depuis plusieurs mois en raison du contexte sanitaire, n’est pas à la hauteur des attentes des Marocains. Sa mise en œuvre qui oblige à la division des classes en deux groupes, ne rassure ni enseignants, ni parents, quant à la bonne exécution de l’intégralité du programme scolaire, d’où, la nécessité d’une révision.

Ainsi, les parents, préoccupés par le niveau scolaire de leurs enfants, craignent qu’au terme de l’année scolaire, ces derniers ne soient pas instruits comme il le faudrait, vu qu’ils n’avaient déjà pas tous de bons résultats en présentiel. « Tant qu’ils continueront à venir en groupes et en demi-journées, ce programme posera problème », a indiqué Mohamed Berazouk, premier vice-président de la Fédération nationale des associations de parents d’élèves (FNAPEM) et président du secteur de Fès, soulignant que la situation est plus préoccupante dans les zones rurales où les élèves « peinent à accéder aux outils techniques et technologiques nécessaires pour suivre les cours », fait savoir Médias24.

L’enseignement hybride est tel que, la classe est divisée en deux, le premier groupe vient le matin, le second, dans l’après-midi. Ainsi, il faut deux cours pour une même leçon, au lieu d’un cours auparavant. « Je crains de ne pas avoir le temps de voir la totalité du programme, d’autant qu’une fois chez eux, je ne sais pas ce que font mes élèves », s’inquiète Rachida Lahouir, professeure de philosophie dans un lycée à Meknès. « La plupart des élèves n’apprennent pas chez eux », a soutenu Lahcen Chkam, professeur de SVT dans un lycée de Khemisset. Mais si tel est le cas, « sur quoi seront évalués nos élèves s’ils n’ont pas eu le temps de voir tout le programme ? Comment seront-ils notés ? », s’interroge Mohamed Berazouk.

Vu le contexte et cette organisation dysfonctionnelle à laquelle s’ajoutent le problème des jours fériés et les vacances scolaires, « le programme doit être revu à la baisse et adapté à la situation, car les rencontres entre élèves et professeurs ne sont pas suffisantes », a suggéré le vice-président de la FNAPEM. Interpellé sur la question, le ministère de l’Éducation nationale n’a pas répondu, se désole le site.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Fès - Education - Khemisset - Enfant - Jeunesse - Formation - Ministère de l’Education nationale

Aller plus loin

Etablissements français au Maroc : le présentiel ne rassure pas les parents d’élèves

Le choix de la Mission française d’opter pour un mode d’enseignement quasi-présentiel pour la rentrée scolaire ne rassure pas totalement les parents d’élèves du Lycée Lyautey...

Maroc : les parents sanctionnés en cas de décrochage scolaire

À en croire les statistiques rendues publiques par le ministère de l’Éducation nationale, au moins 161 837 élèves du cycle collégial ont quitté l’enseignement durant l’année...

Nouveau rebondissement dans le bras de fer écoles privées-parents d’élèves

Face au refus de paiement des frais de scolarité des mois d’avril, mai et juin, certaines écoles privées ont assigné les parents d’élèves.

L’inquiétude grandit chez les enseignants marocains

Alors que la rentrée scolaire démarre le 7 septembre, les enseignants ne se sont pas encore appropriés le dispositif mis en place par le gouvernement : le présentiel et le...

Ces articles devraient vous intéresser :

L’École 1337 élue 3ᵉ meilleure au monde

L’école « 1337 » de l’Université Mohammed VI Polytechnique, spécialisée dans la formation gratuite en programmation, fait partie des trois meilleures au monde.

C’est la fin des auto-écoles sauvages au Maroc

Le ministre du Transport et de la logistique, Mohamed Abdeljalil, a annoncé une série de réformes concernant les auto-écoles, tant au niveau des conditions d’octroi, de suspension et de retrait des licences que de la formation des instructeurs.

Alerte sur les erreurs d’enregistrement des nouveaux-nés au Maroc

L’Organisation marocaine des droits de l’homme (OMDH) a alerté le ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit, au sujet du non-enregistrement des nouveau-nés à leur lieu de naissance, l’invitant à trouver une solution définitive à ce problème.

Le harcèlement sexuel des mineures marocaines sur TikTok dénoncé

Lamya Ben Malek, une militante des droits de la femme, déplore le manque de réactivité des autorités et de la société civile marocaines face aux dénonciations de harcèlement sexuel par des mineures sur les réseaux sociaux.

L’enseignement de la langue amazighe généralisé dans les écoles marocaines

Le ministère de l’Éducation nationale, du Préscolaire et des Sports vient d’annoncer son plan de généralisation de l’enseignement de la langue amazighe dans tous les établissements du primaire d’ici à l’année 2029-2030.

Très difficile d’envoyer de l’argent aux étudiants marocains en Russie

Le gouvernement a apporté des clarifications concernant la loi de change en vigueur, notamment le mode opératoire des transferts d’argent pour les étudiants marocains à l’étranger. Les mères de familles marocaines peuvent toujours soutenir leurs...

Femmes ingénieures : le Maroc en avance sur la France

Au Maroc, la plupart des jeunes filles optent pour des études scientifiques. Contrairement à la France, elles sont nombreuses à intégrer les écoles d’ingénieurs.

L’anglais s’impose peu à peu dans l’école marocaine

Petit à petit, l’insertion de l’anglais dans l’enseignement se généralise au Maroc. Après le primaire, c’est au tour du collège, selon un communiqué du ministère de l’Éducation nationale dès la prochaine année scolaire.

Vacances scolaires : alerte d’Autoroute du Maroc

La Société Nationale des Autoroutes du Maroc (ADM) a recommandé aux usagers de se renseigner sur l’état du trafic à l’occasion des vacances scolaires qui débutent ce week-end.

Majda Sakho réagit aux insultes racistes visant ses enfants

La Marocaine Majda Sakho, l’épouse de l’international français Mamadou Sakho règle ses comptes avec les personnes ayant proféré des injures racistes envers ses trois enfants.