La mafia marocaine fait à nouveau parler d’elle en Belgique

15 novembre 2020 - 19h00 - Belgique - Ecrit par : S.A

À Bruxelles, le parquet fédéral enquête sur la Mocro maffia soupçonnée d’avoir blanchi 367 millions d’euros. Cette somme d’argent a transité en Belgique dans une affaire de drogue.

La justice belge a émis trois mandats d’arrêt internationaux contre des ressortissants marocains, hispano-marocains et pakistanais, dans ce dossier de blanchiment d’argent, rapporte La Dernière Heure. Le juge Michel Claise est en charge de ce dossier pour lequel le parquet fédéral veut renvoyer vingt suspects en procès devant le tribunal correctionnel, dont neuf femmes, pour participation à une organisation criminelle.

Cette organisation avait l’habitude de récolter l’argent liquide dans les villes françaises puis le faisait transiter en Belgique pour le passer aux Pays-Bas, dans des valisettes. À la manœuvre, plusieurs équipes. L’enquête révèle qu’une équipe assurait à elle seule le transport de 150,7 millions d’euros exactement en billets de banque cachés dans des sacs dissimulés dans des véhicules spécialement aménagés avec des caches. Une autre équipe a transporté 111 millions. Deux autres 40 millions chacune. Bilal Z. et Christel, 35 ans, ont respectivement transporté 22,5 millions et plus d’1,7 million d’euros.

Sur demande de l’avocat général Julien Moinil, un service d’enquête mixte, franco-belge, a été mis sur pied. Les douanes françaises ont intercepté des occupants d’une Audi A5. Un montant de 297 949 euros en billets de banque a été saisi. De l’argent issu de ventes de cannabis principalement en région parisienne mais aussi d’autres villes en France, comme Besançon. Les occupants, des «  mules  », reconnaissent avoir travaillé, sur commande, pour un réseau de transports de fonds occultes. Les véhicules trafiqués (Audi, Mazda 6, Mercedes E250, VW Jetta) étaient mis à leur disposition.

Les enquêteurs découvrent via la téléphonie que la bande était en lien avec la Belgique, les Pays-Bas, le Maroc, Dubaï et les Émirats arabes Unis. Les dirigeants présumés de la Mocro maffia sont les frères Saïd et Sallam Chaabani. Ceux-ci résident à Casablanca. Deux autres seraient à Dubaï et au Pakistan. En Belgique, ce sont les frères Z issus d’une famille de Jette qui sont à la tête de l’organisation.

Sujets associés : Belgique - Bruxelles - Drogues - Blanchiment d’argent - Mocro Maffia

Aller plus loin

Mafia marocaine : le meurtrier présumé d’un Marocain à Amsterdam arrêté

Accusé d’être à l’origine de la fusillade qui a entrainé la mort d’Omar Essalih, un Néerlandais d’origine marocaine, Ismail el B. vient d’être arrêté, annonce la police dans un...

Mafia marocaine aux Pays-Bas : une femme abattue dans sa voiture

Ayla Mintjes, une jeune femme de 27 ans, a été abattue par balles à Amsterdam dimanche soir alors qu’elle circulait en voiture avec son petit ami, Anis B, un trafiquant de...

Un nouveau film sur la Mocro Maffia

Le film Mocro Maffia : Tatta, dérivée de la série Mocro Maffia sortira le 28 avril sur la plateforme de streaming Videoland. Une bonne nouvelle, pour les amoureux de la série...

À Anvers, la mafia marocaine règne en maître

Les règlements de compte sur fond de trafic de drogue, les attaques à la grenade ont repris de plus belle dans certains quartiers d’Anvers. "Mocro-Maffia", la mafia belge et...

Ces articles devraient vous intéresser :

Rabat-Salé-Kénitra : plus de 20 tonnes de drogue partent en fumée

Depuis le début de l’année, les services régionaux des douanes de Rabat-Salé-Kénitra ont déjà détruit plus de 20 tonnes de drogues saisies lors des différents contrôles effectués dans la région.

Maroc : les notaires mobilisés dans la lutte contre le blanchiment de capitaux

Le président du Conseil national de l’Ordre des notaires du Maroc, Hicham Sabiry, a invité les notaires à s’impliquer davantage dans la lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme au Maroc.

Immobilier au Maroc : les notaires contrôleront la provenance de l’argent

Les notaires marocains ont décidé de prendre une part active dans la lutte contre le blanchiment d’argent dans l’immobilier.

Pufa, la "cocaïne des pauvres" qui déferle sur le Maroc

Pufa, la « cocaïne des pauvres » s’est installée progressivement dans toutes les régions du Maroc, menaçant la santé et la sécurité des jeunes. Le sujet est arrivé au Parlement.

Accord fiscal Maroc-OCDE : Le gouvernement rassure les MRE

Le porte-parole du gouvernement marocain, Mustapha Baïtas, a voulu rassurer les Marocains résidant à l’étranger (MRE) au sujet de l’échange automatique d’informations financières et fiscales, signé par le royaume avec l’OCDE à Paris le 25 juin 2019.

Le Maroc lance une opération de régularisation sur les avoirs détenus à l’étranger

L’Office de Changes informe les personnes physiques et morales résidentes au Maroc, disposant d’une résidence fiscale, d’un siège social ou d’un domicile fiscal au Maroc, et ayant constitué des avoirs et liquidités à l’étranger avant le 1ᵉʳ janvier...

Blanchiment d’argent : des notaires, avocats et adouls marocains sanctionnés

Des campagnes d’inspection et de contrôle menées par un comité spécial du ministère de la Justice ont révélé l’implication de notaires, d’avocats et d’adouls dans des réseaux de blanchiment d’argent.

"L’boufa", la nouvelle menace pour la société marocaine

Le Maroc pourrait faire face à une grave crise sanitaire et à une augmentation des incidents de violence et de criminalité, en raison de la propagation rapide de la drogue «  l’boufa  » qui détruit les jeunes marocains en silence.

Blachiment d’argent : le Maroc sort de la liste grise (GAFI)

Après évaluation des dispositifs mis en place par le Maroc pour lutter contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme, le groupe d’action financière (GAFI) a décidé de sortir le royaume de la liste grise.

Blanchiment d’argent : le Maroc sort de la liste grise de l’Europe

La Commission européenne vient d’annoncer le retrait du Maroc de la liste grise de l’Union européenne des pays sous surveillance en matière de blanchiment de capitaux et de financement du terrorisme. Cette décision fait suite à l’évaluation effectuée...