Le marché des soins et de bien-être au Maroc est aux abois

11 novembre 2020 - 17h00 - Ecrit par : G.A

Les établissements de soins et de bien-être ont reçu l’ordre d’ouvrir leurs portes, mais sous des conditions assez suicidaires selon les gérants. L’incertitude plane sur un secteur qui regorge d’opportunités et qui représente un maillon important de la chaîne touristique marocaine.

La pandémie du coronavirus a flanqué un coup dur aux SPA et autres établissements chargés des soins et du bien-être. Les difficultés connues par le tourisme ont fortement impacté cette activité qui reste liée au secteur de l’hôtellerie. Il faut bien que les hôtels reçoivent des clients avant de les orienter vers ces établissements. Mais ces derniers mois ont été assez catastrophiques pour le secteur du tourisme. Les hôtels reprennent lentement mais avec des conditions qui ne permettent pas vraiment aux SPA et autres d’être sollicités comme par le passé. Certains ne pouvant tenir ont dû fermer, espérant des jours meilleurs pour revenir vers ce secteur, dont la bonne renommée va au-delà des frontières marocaines, rapporte la MAP.

Selon une étude du Global Wellness Institute sur le tourisme de bien-être, le Maroc, dans ce secteur, est au deuxième rang des marchés les plus prometteurs dans la zone MENA. Mais le coronavirus semble l’avoir étouffé. Par exemple la Maison D’ASA à Casablanca dépend pratiquement des hôtels à qui elle fournit des produits cosmétiques bio. Aujourd’hui, Asma El Mernissi, la patronne de cet établissement décrit une situation assez difficile.«  La Pandémie a été un véritable désastre pour notre activité. Nous avons été provoqués par la crainte et la panique des clients. Nous avons dû nous résoudre à fermer notre établissement avant même le 15 mars et mettre au repos forcé toute l’équipe  ».

Les promoteurs de ces instituts pointent également du doigt le manque de communication. «  Ce volet hôtelier important a subi un arrêt brutal de son activité SPA et avec l’absence de tout interlocuteur même pour recouvrir nos factures, nous avons été doublement pénalisés et à court de trésorerie pour faire face à nos différentes charges : salaires, fournisseurs, taxes  », explique El Mernissi.

Avec la chute du secteur, plusieurs familles se retrouvent en difficultés. Avec les conditions sous lesquelles, ils doivent évoluer pour la réouverture, ils se disent en très mauvaise posture. Pourtant, ils vont devoir faire avec les restrictions imposées par les autorités, en attendant qu’un vaccin ne vienne leur permette d’exercer librement, précise la même source.

Tags : Tourisme - Plainte - Coronavirus au Maroc (Covid-19) - Déconfinement au Maroc

Aller plus loin

Maroc : les cliniques privées surveillées

Le ministère de la Santé a annoncé l’installation d’une commission centrale et des commissions régionales au sein des centres de santé pour vérifier la prise en charge des patients...

Maroc : les salons de coiffure et de beauté rouvrent leurs portes avec de nouvelles habitudes

Les salons de coiffure et de beauté au Maroc ont ouvert leurs portes au grand bonheur de leurs clientes qui n’en pouvaient plus de se passer de ces plaisirs quotidiens. Elles...

Le Covid-19 fait perdre 11 milliards de dirhams au tourisme marocain

Au terme des six premiers mois de l’année, les recettes du tourisme au Maroc ont baissé de 33,2 %, soit 11,1 milliards de dirhams. Afin de limiter l’impact néfaste de la crise...

Le Maroc présente sa feuille de route pour relancer le tourisme

L’Office national marocain du tourisme (ONMT) a présenté sa feuille de route pour la reprise du tourisme. C’était lors d’un webinaire organisé mardi à...

Nous vous recommandons

Qui est Sarah Knafo, la juive marocaine, très proche d’Eric Zemmour ?

S’il est un personnage qui suit partout le journaliste et écrivain Eric Zemmour, qui a confirmé son “envie” de se porter candidat à la présidentielle de 2022, c’est bien Sarah Knafo, sa conseillère de l’ombre, son bras droit et sa future directrice de...

Maroc : des professeurs échangent des bonnes notes contre des relations sexuelles

Cinq professeurs de la Faculté des sciences juridiques et politiques de Settat, poursuivis pour sextorsion, seront présentés ce jeudi devant le procureur du roi près de la Cour d’appel.

Première médicale au Maroc

C’est une première au Maroc. Les médecins ont réussi une allogreffe haploidentique chez un patient atteint de déficit immunitaire.

Taghazout parmi les 35 endroits incroyables du monde

Le village de Taghazout est classé parmi les « 35 endroits incroyables à découvrir en 2022 et au-delà », prouvant une fois encore que le Maroc est l’une des destinations touristiques les plus prisées au...

France : un ex-maire condamné après des voyages au Maroc

Le tribunal correctionnel de Bordeaux a condamné lundi 24 janvier Bernard Seurot, ex-maire de Bruges à 4 ans d’emprisonnement avec sursis pour des faits de corruption, notamment des voyages au Maroc.

Flambée du prix des carburants : comment Afriquia a-t-elle échappé aux critiques ?

La compagnie de distribution de carburants Afriquia dont le patron est le chef du gouvernement Aziz Akhannouch a cette fois réussi à échapper aux critiques qui fusent après la flambée des prix de...

Combien coûte la Volkswagen d’Achraf Hakimi ?

Le défenseur marocain du Paris Saint-Germain (PSG), Achraf Hakimi, roule avec une Volkswagen édition spéciale (Golf 7 R) que très peu de gens peuvent s’offrir. Combien coûte ce bijou  ?

Sergueï Lavrov annule sa visite au Maroc

Le Forum de coopération arabo-russe, prévu le 15 décembre à Marrakech, sera reporté à cause de l’annulation de la tournée de Sergueï Lavrov, chef de la diplomatie russe au Moyen-Orient et en Afrique du...

États-Unis : un documentaire sur les origines marocaines de Morocco, ville de l’Indiana, bientôt en diffusion

Aux États-Unis, un court documentaire retraçant les origines marocaines de Morocco, une petite ville de l’État de l’Indiana, sera diffusé dans la première quinzaine du mois de mai sur une chaîne américaine.

EasyJet annule des vols vers le Maroc

La compagnie aérienne EasyJet s’est vu contrainte d’annuler de nombreux vols vers le Maroc. À l’origine de cette décision, une panne de son système informatique.