Le mariage des mineures : une violence physique et sexuelle

27 décembre 2021 - 09h40 - Maroc - Ecrit par : A.P

La mise en place d’un cadre légal de répression est plus que jamais nécessaire pour mettre fin au phénomène du mariage des mineures qui prend de l’ampleur au Maroc. C’est la conclusion à laquelle est parvenue la Fondation Ytto, au terme d’une étude menée pour l’hébergement et la réhabilitation des femmes victimes de violence.

Les résultats de l’étude ont été présentés lors d’une conférence de presse organisée à Casablanca en fin de semaine. À cette occasion, la présidente de la Fondation, Najat Ikhich, a insisté sur l’urgence de créer un cadre réglementaire dissuasif à l’encontre de ceux qui continuent de promouvoir le mariage des mineures, fait savoir le quotidien Al Ahdath Al Maghribia.

Selon l’étude, 86 % des femmes ne maîtrisent pas les dispositions du Code de la famille et par conséquent, ne connaissent pas leurs droits. 14 % des femmes interrogées ne sont pas informées de l’existence de ce Code, indique la même source, soulignant que ces femmes, malgré leur ignorance des textes, sont dans leur majorité contre le mariage des mineures.

À lire : Maroc : et si on criminalisait les mariage des mineures ?

Pour 97 % d’entre elles, les filles doivent se concentrer sur leurs études et leurs formations et ne doivent pas se marier avant la majorité fixée à 18 ans. Les 3 % restants, favorables au mariage des mineures, justifient leur position par l’insuffisance d’infrastructures de formation de qualité pour les jeunes filles.

Pour la Fondation Ytto, le mariage des mineures doit être considéré comme une violence physique, sexuelle et mentale faite aux victimes et doit être sévèrement punie pour dissuader les potentiels auteurs d’une telle pratique. Elle a plaidé pour la mise en place d’internats dédiés aux filles pour leur permettre de recevoir une formation de qualité dans de meilleures conditions, ce qui contribuerait à leur épanouissement et à éviter les abandons scolaires de ces mineures et leur mariage précoce.

Sujets associés : Droits et Justice - Famille - Mariage forcé - Enfant

Aller plus loin

Maroc : et si on criminalisait les mariage des mineures ?

Pour mettre fin au mariage des mineures, plusieurs activistes et experts proposent de le criminaliser. C’est ce qui ressort d’une table ronde qui s’est déroulée cette semaine à...

Le mariage des mineures sévit toujours au maroc

Le mariage précoce pose toujours problème. En 2006, les juges ont accepté 90% des demandes de mariage de mineures. Ainsi, 12 % des filles âgées entre 15-19 ans ont le statut...

Maroc : une campagne digitale contre le mariage des enfants

Le Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA) au Maroc apporte son soutien à une campagne mondiale de lutte contre le mariage des enfants. Le jour de la célébration de...

Le mariage des mineures, une autre forme de pédophilie légale

L’ex-ministre du Développement social, de la solidarité et de la famille, Nouzha Skalli s’est insurgée contre le mariage des mineures. A l’en croire, il s’agit d’une pédophilie...

Ces articles devraient vous intéresser :

Concours d’avocat : profond désaccord au sein de la profession

La polémique liée au concours d’accès à la profession d’avocat a fini par diviser le corps des avocats, dont certains défendent le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, et son département contre tout « favoritisme » tandis que d’autres appellent à...

Maroc : bonne nouvelle pour les familles

Au Maroc, le gouvernement prévoit d’accorder de l’aide directe aux familles nécessiteuses dans le cadre du projet de généralisation des allocations familiales en 2023.

Maroc : risque d’augmentation des mariages de mineures après le séisme

Le séisme survenu dans la province d’Al Haouz vendredi 8 septembre pourrait entrainer une multiplication des mariages de mineures, craignent les femmes sinistrées dormant désormais avec leurs filles sous des tentes dans des camps.

L’affaire "Escobar du désert" : les dessous du détournement d’une villa

L’affaire « Escobar du désert » continue de livrer ses secrets. L’enquête en cours a révélé que Saïd Naciri, président du club sportif Wydad, et Abdenbi Bioui, président de la région de l’Oriental, en détention pour leurs liens présumés avec le...

Accusé de viol, Achraf Hakimi se sent « trompé et piégé », selon ses proches

Achraf Hakimi a été mis en examen vendredi pour viol. Le défenseur marocain du Paris Saint-Germain (PSG), qui nie les faits, est soutenu par sa famille et son club. Selon ses proches, il dit se sentir « trompé ».

Les avocats marocains passent à la caisse

Les avocats marocains doivent désormais s’acquitter d’une avance sur l’impôt sur le revenu ou sur les sociétés au titre de l’exercice en cours auprès du secrétaire–greffier à la caisse du tribunal pour le compte receveur de l’administration fiscale....

Maroc : les femmes divorcées appellent à la levée de la tutelle du père

Avant l’établissement de tout document administratif pour leurs enfants, y compris la carte d’identité nationale, les femmes divorcées au Maroc doivent avoir l’autorisation du père. Elles appellent à la levée de cette exigence dans la réforme du Code...

Mohamed Ihattaren risque d’aller en prison

L’avocat de Mohamed Ihattaren, Hendriksen, confirme que le joueur d’origine marocaine est poursuivi en justice pour légère violence envers sa fiancée Yasmine Driouech en février dernier. La date de l’audience n’est pas encore connue.

Un ancien ministre interdit de quitter le Maroc après ses propos sur le roi Mohammed VI

Les autorités marocaines ont interdit à l’ancien ministre Mohamed Ziane de quitter le royaume, après ses déclarations contre le roi Mohammed VI dont il dénonçait l’absence prolongée.

Maroc : un ministre veut des toilettes pour femmes dans les tribunaux

Le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, s’est indigné face à l’absence de toilettes pour les femmes dans les tribunaux, ce qui selon lui constitue un « véritable problème » pour les détenues.