Maroc : les ravages du mariage sur reconnaissance de dette

21 juillet 2022 - 14h20 - Maroc - Ecrit par : G.A

Une forme de mariage peu médiatisée est en train de prendre de l’ampleur dans certaines régions du Maroc, selon une émission diffusée sur la chaîne Al Aoula. Il s’agit du mariage sur reconnaissance des dettes.

Ce type d’union qui reste à tout de point vue une autre façon déguisée de promouvoir le mariage des mineures a fait l’objet d’un débat dans l’émission 45 minutes de la chaîne Al Aoula. Aussi surprenante que cela puisse paraître, il s’agit d’un mariage contracté suite à une reconnaissance de dettes signée entre le père de la future épouse et le futur mari. Cette forme de mariage n’est pas encore très connue, mais il est fréquent dans le milieu rural. « Environ 12 000 mariages de mineures sont encore recensés chaque année au Maroc, parmi lesquels un nombre difficile à recenser de mariages par contrat », révèle à Medias24, Yassine Omari, le présentateur de l’émission.

À lire : Les mariages de mineures toujours aussi nombreux au Maroc

Selon la militante Hafida Chahra, coordonnatrice de l’association des jeunes avocats de Khémisset, également présente dans l’émission, « le montant du mariage par contrat de reconnaissance de dette n’est pas standard. En cas de divorce, le mari doit rembourser au père de la mariée, le montant de cette dette ». Très répandu dans les zones d’Oulmès et Tiddas, le phénomène s’expliquerait par des raisons d’ordre social, selon les intervenants. « Ils ont réussi à faire croire aux mineures qu’une fille doit se marier avant d’atteindre les 18 ou 20 ans ».

À lire :Plus de 100.000 mineures sont mariées au Maroc, parfois dès 12 ans

Des témoignages recueillis sous couvert d’anonymat de femmes ayant accepté le mariage par reconnaissance de dettes sont légion. « Nous vivons modestement quand mon père a décidé que je vais me marier. Notre situation l’y a certainement poussé », confie l’une des victimes. Elles sont nombreuses à vivre en silence ce drame, par peur du scandale et des maltraitances. Selon leurs témoignages, elles sont victimes de maltraitances physiques, morales ou tout simplement abandonnées quelque temps après le mariage. « Mon père a décidé que je devais me marier avec un homme du village après avoir signé un contrat de 40 000 dirhams. Mais quelques mois après, mon mari m’a abandonnée pour émigrer vers l’Italie », confie une des victimes.

À lire : Le mariage des mineures : une violence physique et sexuelle

Bien que ce type de mariage n’ait aucune valeur juridique, il échappe à tout contrôle et continue de faire le malheur de nombreuses jeunes filles. Mais fort heureusement,« les autorités ont pris le problème au sérieux et cherchent déjà les voies et moyens pour mettre un terme au mariage des mineures » qui est une violation flagrante des droits des enfants.

Sujets associés : Droits et Justice - Famille - Mariage forcé - Jeunesse

Aller plus loin

Le mariage des mineures : une violence physique et sexuelle

La mise en place d’un cadre légal de répression est plus que jamais nécessaire pour mettre fin au phénomène du mariage des mineures qui prend de l’ampleur au Maroc. C’est la...

Maroc : la nouvelle astuce de certaines femmes pour attirer de potentiels époux

Au Maroc, des femmes célibataires en quête de relations sérieuses pouvant aboutir au mariage ont trouvé une astuce pour la moins étrange pour attirer de potentiels époux.

Plus de 100.000 mineures sont mariées au Maroc, parfois dès 12 ans

Dévoilés mardi en conférence de presse, les premiers résultats du recensement de la population qui s’est déroulé du 1er au 20 septembre 2014 donnent quelques informations sur le...

Maroc : nouvelle étude sur le mariage des mineurs

Le Conseil national des droits de l’Homme (CNDH) et le Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA) a lancé un appel à consultation en vue d’évaluer le cadre juridique...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : un « passeport » pour les nouveaux mariés

Le Conseil économique, social et environnemental (CESE) appelle à la mise en place d’un « passeport » ou « guide » pour le mariage, dans lequel seront mentionnées les données personnelles des futurs mariés, ainsi que toutes les informations sur leurs...

Hassan Iquioussen vs Gérald Darmanin : la justice se prononce aujourd’hui

Le tribunal administratif de Paris examine l’arrêté d’expulsion de Hassan Iquioussen, pris par le ministère de l’Intérieur, Gérald Darmanin, en juillet 2022. Cette audience déterminante permettra de statuer sur la possibilité de l’imam de revenir en...

Plaidoyer pour l’abolition de la peine de mort au Maroc

La lutte contre l’abolition de la peine capitale est toujours d’actualité au Maroc. En témoigne la récente participation des réseaux et militants marocains contre la peine de mort, à la 8ᵉ édition du congrès mondial qui s’est tenu à Berlin du 18 au 25...

Maroc : une sortie en voiture vire au drame

Une sortie en famille qui finit en tragédie. Deux sœurs de 19 et 10 ans sont mortes noyées samedi dans le barrage de Smir près de la ville de M’diq, après que l’aînée, qui venait d’avoir son permis de conduire, a demandé à ses parents à faire un tour...

Maroc : un ancien diplomate accusé de prostitution de mineures risque gros

L’association Matkich Waldi (Touche pas à mon enfant) demande à la justice de condamner à des « peines maximales » un ancien ambassadeur marocain, poursuivi pour prostitution de mineures.

Mohamed Ihattaren rattrapé par la justice

Selon un média néerlandais, Mohamed Ihattaren aurait des démêlés avec la justice. Le joueur d’origine marocaine serait poursuivi pour agression et tentative d’incitation à la menace.

Pufa, la "cocaïne des pauvres" qui déferle sur le Maroc

Pufa, la « cocaïne des pauvres » s’est installée progressivement dans toutes les régions du Maroc, menaçant la santé et la sécurité des jeunes. Le sujet est arrivé au Parlement.

Le roi Mohammed VI ordonne une réforme de la Moudaouana

Les droits de la famille et de la femme se sont invités dans le discours adressé samedi soir par le roi Mohammed VI à l’occasion de la célébration de la Fête du Trône. Le Souverain a appelé au respect des droits de la femme et à une réforme audacieuse...

Le kickboxeur marocain Mohammed Jaraya arrêté par la police

Le kickboxeur néerlandais d’origine marocaine, Mohammed Jaraya, risque gros. Il vient d’être arrêté par la police et les accusations à son encontre pourraient mettre définitivement fin à une carrière pourtant prometteuse.

Maroc : 20 affaires de détournement de fonds publics devant la justice

Le président du ministère public a été saisi par le procureur général du Roi près la Cour des comptes de 20 affaires de détournement de deniers publics au titre de l’année 2021.