Maroc : les ravages du mariage sur reconnaissance de dette

21 juillet 2022 - 14h20 - Ecrit par : G.A

Une forme de mariage peu médiatisée est en train de prendre de l’ampleur dans certaines régions du Maroc, selon une émission diffusée sur la chaîne Al Aoula. Il s’agit du mariage sur reconnaissance des dettes.

Ce type d’union qui reste à tout de point vue une autre façon déguisée de promouvoir le mariage des mineures a fait l’objet d’un débat dans l’émission 45 minutes de la chaîne Al Aoula. Aussi surprenante que cela puisse paraître, il s’agit d’un mariage contracté suite à une reconnaissance de dettes signée entre le père de la future épouse et le futur mari. Cette forme de mariage n’est pas encore très connue, mais il est fréquent dans le milieu rural. « Environ 12 000 mariages de mineures sont encore recensés chaque année au Maroc, parmi lesquels un nombre difficile à recenser de mariages par contrat », révèle à Medias24, Yassine Omari, le présentateur de l’émission.

À lire : Les mariages de mineures toujours aussi nombreux au Maroc

Selon la militante Hafida Chahra, coordonnatrice de l’association des jeunes avocats de Khémisset, également présente dans l’émission, « le montant du mariage par contrat de reconnaissance de dette n’est pas standard. En cas de divorce, le mari doit rembourser au père de la mariée, le montant de cette dette ». Très répandu dans les zones d’Oulmès et Tiddas, le phénomène s’expliquerait par des raisons d’ordre social, selon les intervenants. « Ils ont réussi à faire croire aux mineures qu’une fille doit se marier avant d’atteindre les 18 ou 20 ans ».

À lire :Plus de 100.000 mineures sont mariées au Maroc, parfois dès 12 ans

Des témoignages recueillis sous couvert d’anonymat de femmes ayant accepté le mariage par reconnaissance de dettes sont légion. « Nous vivons modestement quand mon père a décidé que je vais me marier. Notre situation l’y a certainement poussé », confie l’une des victimes. Elles sont nombreuses à vivre en silence ce drame, par peur du scandale et des maltraitances. Selon leurs témoignages, elles sont victimes de maltraitances physiques, morales ou tout simplement abandonnées quelque temps après le mariage. « Mon père a décidé que je devais me marier avec un homme du village après avoir signé un contrat de 40 000 dirhams. Mais quelques mois après, mon mari m’a abandonnée pour émigrer vers l’Italie », confie une des victimes.

À lire : Le mariage des mineures : une violence physique et sexuelle

Bien que ce type de mariage n’ait aucune valeur juridique, il échappe à tout contrôle et continue de faire le malheur de nombreuses jeunes filles. Mais fort heureusement,« les autorités ont pris le problème au sérieux et cherchent déjà les voies et moyens pour mettre un terme au mariage des mineures » qui est une violation flagrante des droits des enfants.

Tags : Mariage forcé - Famille - Droits et Justice - Jeunesse

Aller plus loin

Après son décès, la fiancée d’un MRE cherche à obtenir un mariage posthume

Alors qu’il prévoyait de se marier avec sa compagne avec qui il a partagé 36 ans de vie commune et eu deux enfants, un Marocain résidant à Saint-Laurent-du-Var décède d’un double...

Les mariages de mineures toujours aussi nombreux au Maroc

Le mariage des mineures prend de l’ampleur au Maroc. Au vu de l’augmentation des demandes d’autorisation pour ces unions dans les tribunaux, le procureur général du Roi près la...

Maroc : la nouvelle astuce de certaines femmes pour attirer de potentiels époux

Au Maroc, des femmes célibataires en quête de relations sérieuses pouvant aboutir au mariage ont trouvé une astuce pour la moins étrange pour attirer de potentiels...

Maroc : les mariages précoces se développent de plus en plus dans le monde rural

Au Maroc, les mariages précoces continuent de compromettre l’avenir des enfants surtout dans le monde rural où ce taux a atteint 27,4 % contre 15,2 % en milieu urbain. Selon...

Nous vous recommandons

Après 13 ans de prison, Hassan Iasir, meurtrier d’une policière, est libre

Le tribunal d’application des peines de Bruxelles a accordé la liberté complète à Hassan Iasir, l’un des trois hommes condamnés en 2011 pour home-jacking avec circonstance aggravante de meurtre sur la jeune policière, Kitty Van...

L’Espagne maintient fermées les frontières avec le Maroc jusqu’au 15 mai

Le gouvernement espagnol a décidé de maintenir fermées pour quinze jours encore les frontières de Sebta et Melilla avec le Maroc, afin de réunir toutes les conditions de la réouverture ordonnée et progressive des postes frontières de Tarajal et Beni...

Maroc-Israël : l’Algérie réagit à la coopération militaire

L’Algérie dit se sentir directement « visée » par la coopération militaire entre le Maroc et Israël, qui s’est renforcée ces derniers jours avec la signature de nouveaux accords militaires lors de la visite du ministre israélien de la Défense, Benny Gantz, à...

« Le coeur brisé », Seun Kuti annule son concert au Maroc

Touché par le drame de Melilla, Seun Kuti, fils du roi de l’afrobeat Fela Kuti, a annulé son concert, prévu ce samedi 2 juillet au Maroc.

MRE : les compagnies maritimes veulent anéantir les agences de voyage d’Algésiras

Les employés des 13 agences de voyage installées à la gare maritime du port d’Algésiras prévoient de manifester ce vendredi pour exiger que les compagnies maritimes leur permettent de continuer à vendre des billets pendant au moins un...

« Hassan II était magnifique. Mohammed VI est adorable. » (vidéo)

Farah Diba Pahlavi, ancienne impératrice d’Iran, salue la magnanimité du roi Mohammed VI et de son père Hassan II dont elle garde de bons souvenirs.

Un couple de Français se retrouve seul dans un Airbus de 140 places pour rentrer du Maroc

Deux billets à 190 euros en main, un couple originaire de l’Ain embarque tout seul sur un vol de l’Airbus A319 d’Air France de 138 fauteuils vides pour rallier l’aéroport de Roissy.

Les aéroports du Nord profitent de la réouverture du ciel marocain

La réouverture des liaisons aériennes marocaines le 7 février 2022 profite aux aéroports du Nord. Le nombre de passagers ne cesse d’augmenter.

Le beau geste de trois joueurs de l’OM envers Amine Harit

On en sait un peu plus sur les dessous du transfert à Marseille de l’international marocain Amine Harit. Le joueur est arrivé en prêt à l’OM, parce que trois joueurs du club ont accepté par solidarité une baisse de salaire, permettant ainsi à la DNGC de...

Covid-19 : le Maroc attend le pic « dans les prochains jours »

Au Maroc, le pic de l’épidémie pourrait arriver dans les «  tout prochains jours  », surtout à Guelmim-Oued Noun (39 %), région la plus touchée.