Maroc : les mariages précoces se développent de plus en plus dans le monde rural

12 mars 2021 - 23h20 - Maroc - Ecrit par : G.A

Au Maroc, les mariages précoces continuent de compromettre l’avenir des enfants surtout dans le monde rural où ce taux a atteint 27,4 % contre 15,2 % en milieu urbain. Selon l’Observatoire national du développement humain (ONDH), chez les femmes, les personnes âgées de 18 ans et plus, 19,5 % ont conclu leur premier mariage avant l’âge de 18 ans contre seulement 1,5 % chez les hommes, soit 13 fois plus.

L’Observatoire national du développement humain (ONDH) dans son étude sur « les discriminations intersectionnelles des femmes au Maroc » s’est basé sur les données issues de l’enquête panel des ménages de 2017. Il en ressort que le taux de mariage précoce se situe à 16 % chez les femmes les plus riches alors qu’il atteint 25 % chez les femmes les plus pauvres.

Chez les femmes rurales les plus pauvres, ce taux de mariage précoce est de 28,3 % alors que les citadines les plus riches ont un taux de mariage précoce situé autour de 13,9 %. Dans son étude, l’ONDH fait remarquer que « les dysfonctionnements des politiques publiques expliquent la situation, surtout au sein des milieux sociaux les plus pauvres et les plus marginalisés ». De même, l’étude a révélé que l’analphabétisme est deux fois plus élevé chez les femmes pauvres en milieu rural. Elles enregistrent un taux de privation de l’ordre de 55,7 %, alors que les citadines les plus riches ont un taux de privation situé à 25,5 %.

Le décrochage scolaire est largement plus important pour les femmes rurales que pour les femmes urbaines. Mais il est beaucoup plus provoqué par l’inégalité en termes d’accès à l’éducation. Ainsi, les femmes rurales les plus pauvres ont un taux de privation de l’ordre de 73,5 %, tandis que les femmes urbaines les plus riches sont privées à hauteur de 38,1 %.

Sur le plan sanitaire, les inégalités d’accès aux services de soins de qualité entre les femmes dans le rural et en milieu urbain sont très importantes. En milieu urbain, 22,7 % des femmes n’ont pas bénéficié d’une consultation médicale contre 37,3 % pour les femmes dans le rural. Il est aussi important de signaler qu’en milieu urbain, 4,1 % des femmes n’ont pas bénéficié de consultations prénatales alors que dans le rural, ce taux est de l’ordre de 21,5 %.

Sujets associés : Lois - Mariage forcé - Etude - Enfant - Mariage

Aller plus loin

Maroc : une adolescente se suicide pour échapper à un mariage forcé

C’est une bien triste histoire qui s’est produite samedi à Stehat, un village à proximité de Chefchaouen. Une adolescente de 17 ans s’est donnée la mort par pendaison, alors...

Elle met en scène sa disparition pour échapper à un mariage difficile

Il y a quelques jours, Rabia H., 29 ans, et originaire de Genk (Limbourg) disparaît sans laisser d’autres traces, que sa voiture retrouvée dans le canal Albert. Même si les...

Maroc : les ravages du mariage sur reconnaissance de dette

Une forme de mariage peu médiatisée est en train de prendre de l’ampleur dans certaines régions du Maroc, selon une émission diffusée sur la chaîne Al Aoula. Il s’agit du...

Maroc : 32 % de Marocaines ont été victimes de mariage précoce

Au Maroc, 32 % des femmes mariées, divorcées ou veuves ont été victimes de mariage précoce.

Ces articles devraient vous intéresser :

Le mariage des mineurs diminue au Maroc

Après une hausse en 2021, le nombre de mariage de mineurs a diminué l’année dernière. Cela représente certes une note positive, mais il y a encore du chemin à faire pour en finir avec cette pratique.

Hiba Abouk, séparée d’Achraf Hakimi, trouve du réconfort auprès de ses enfants

Affectée par sa séparation avec Achraf Hakimi et la polémique liée à leur divorce, Hiba Abouk continue de garder le moral haut et le sourire grâce à ses enfants Amin (3 ans) et Naïm (1 an).

Maroc : des changements majeurs pour les MRE en matière de droit de la famille

Le Maroc a décidé d’alléger considérablement les procédures administratives en matière du Droit de la famille, notamment le mariage, le divorce et l’état civil en faveur des Marocains résidant à l’étranger (MRE).

Au Maroc, le mariage des mineurs résiste au temps

Au Maroc, il y a encore du chemin à faire pour en finir avec le mariage des mineurs. Des voix s’élèvent pour appeler à la révision rapide et profonde du Code de la famille.

Une famille marocaine au tribunal de Beauvais pour un mariage blanc

Une famille marocaine est jugée devant le tribunal de Beauvais pour association de malfaiteurs dans le but d’organiser un mariage blanc. Le verdict est attendu le 12 janvier 2023.

Hiba Abouk et Achraf Hakimi amoureux comme au premier jour

Hiba Abouk et Achraf Hakimi sont toujours ensemble et leur relation est comme au premier jour. La femme de l’international marocain a démenti encore les rumeurs évoquant une crise dans son couple.

Maroc : un « passeport » pour les nouveaux mariés

Le Conseil économique, social et environnemental (CESE) appelle à la mise en place d’un « passeport » ou « guide » pour le mariage, dans lequel seront mentionnées les données personnelles des futurs mariés, ainsi que toutes les informations sur leurs...

Après son décès, la fiancée d’un MRE cherche à obtenir un mariage posthume

Alors qu’il prévoyait de se marier avec sa compagne avec qui il a partagé 36 ans de vie commune et eu deux enfants, un Marocain résidant à Saint-Laurent-du-Var décède d’un double cancer. Après son décès, sa fiancée cherche désespérément à obtenir un...

La justice espagnole sépare une famille marocaine : Nasser Bourita réagit

Suite à la décision de la justice espagnole de retirer la garde des enfants à une famille marocaine établie dans le nord du pays, le ministère des Affaires étrangères a tenu à commenter cette décision et fournir quelques détails.

Maroc : un ancien diplomate accusé de prostitution de mineures risque gros

L’association Matkich Waldi (Touche pas à mon enfant) demande à la justice de condamner à des « peines maximales » un ancien ambassadeur marocain, poursuivi pour prostitution de mineures.