Maroc : le mariage par « la Fatiha » en débat

27 février 2022 - 07h00 - Maroc - Ecrit par : S.A

Le mariage coutumier (par Fatiha) est une préoccupation majeure pour les membres du gouvernement, les universitaires, les juristes ainsi que les acteurs associatifs. Ces derniers estiment que c’est une problématique juridico-sociétale à résoudre.

Vendredi, la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines (Université Mohammed V de Rabat) a organisé une table ronde axée sur le thème « Le mariage par Fatiha au regard de la théologie, la loi et la société ». Une rencontre au cours de laquelle les participants ont mis en garde contre les effets fâcheux du mariage par Fatiha (prologue du Saint Coran), notamment la difficulté pour les époux de prouver leur union conjugale, la perte des droits de la femme en cas de divorce ou encore des droits conjugaux en cas de décès de l’un des conjoints, la difficulté pour les enfants de jouir de leurs droits civiques parce qu’ils sont le fruit d’une union ambiguë, etc.

À lire : Maroc : les mariages par la Fatiha, une pratique à la peau dure

« Il est grand temps que les sociologues, les intellectuels et les universitaires se mobilisent et proposent des pistes de sortie à même d’en finir avec cette problématique d’ordre social, juridique et théologique », a préconisé Jamaleddine Hani, doyen de la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines. « Ce type de mariage qui s’affranchit de tout contrôle judiciaire en amont, est intimement lié à d’autres fléaux comme le mariage des mineures, le décrochage scolaire ou encore la violence dans toutes ses manifestations », renchérit Chems Doha Alaoui Ismaïli, présidente de l’association régionale de l’Union Nationale des Femmes du Maroc.

À lire :Maroc : nouvelle étude sur le mariage des mineurs

Citant à l’appui l’article 16 du Code de la famille qui stipule que le mariage ne peut être prouvé que par un acte adoulaire et devant les tribunaux spécialisés, Boutaina El Ghalbzouri, présidente de la Fondation Razan pour les études sur la famille et la société appelle à en finir avec le mariage coutumier. « Nous sommes aujourd’hui face à une foultitude de problématiques sur les plans juridique, sociétal, psychologique et aussi du point de vue de la Charia (droit musulman), entre autres, la valeur et la nature de ce type de mariage, ce qui exige une révision de manière à éviter la dislocation de la cellule familiale et de mieux préserver les intérêts de l’épouse et des enfants », a-t-elle affirmé.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Mariage

Aller plus loin

Maroc : la nouvelle astuce de certaines femmes pour attirer de potentiels époux

Au Maroc, des femmes célibataires en quête de relations sérieuses pouvant aboutir au mariage ont trouvé une astuce pour la moins étrange pour attirer de potentiels époux.

Maroc : une campagne digitale contre le mariage des enfants

Le Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA) au Maroc apporte son soutien à une campagne mondiale de lutte contre le mariage des enfants. Le jour de la célébration de...

Comment le Maroc compte mettre fin au mariage des mineurs

Le ministère public travaille à mettre fin au mariage des mineurs au Maroc. Dans ce sens, il a élaboré un plan d’action intégré contre le phénomène.

Maroc : Ouahbi veut une régularisation sans délai du mariage coutumier

Face aux demandes appelant à une prolongation du délai accordé pour la régularisation du mariage coutumier, le ministre de la Justice a opposé un refus catégorique.

Ces articles devraient vous intéresser :

Le mariage des mineures au Maroc : une exception devenue la règle

Depuis des années, le taux de prévalence des mariages des mineurs évolue en dents de scie au Maroc. En cause, l’article 20 du Code de la famille qui donne plein pouvoir au juge d’autoriser ce type de mariage « par décision motivée précisant l’intérêt...

Le mariage qui a sauvé un village

La célébration d’un mariage a sauvé tous les habitants d’un village marocain lors du tremblement de terre meurtrier du 8 septembre, qui a détruit leurs maisons.

Maroc : des changements majeurs pour les MRE en matière de droit de la famille

Le Maroc a décidé d’alléger considérablement les procédures administratives en matière du Droit de la famille, notamment le mariage, le divorce et l’état civil en faveur des Marocains résidant à l’étranger (MRE).

Après son décès, la fiancée d’un MRE cherche à obtenir un mariage posthume

Alors qu’il prévoyait de se marier avec sa compagne avec qui il a partagé 36 ans de vie commune et eu deux enfants, un Marocain résidant à Saint-Laurent-du-Var décède d’un double cancer. Après son décès, sa fiancée cherche désespérément à obtenir un...

Maroc : risque d’augmentation des mariages de mineures après le séisme

Le séisme survenu dans la province d’Al Haouz vendredi 8 septembre pourrait entrainer une multiplication des mariages de mineures, craignent les femmes sinistrées dormant désormais avec leurs filles sous des tentes dans des camps.

Maroc : crise du célibat féminin

Au Maroc, le nombre de femmes célibataires ne cesse d’accroître, avec pour conséquence la chute du taux de natalité. Quelles en sont les causes ?

Hiba Abouk et Achraf Hakimi séparés ? Hiba Abouk répond

Hiba Abouk, femme d’Achraf Hakimi, répond aux rumeurs de ces derniers jours annonçant une prétendue crise dans son couple. L’actrice d’origine tuniso-libyenne assure qu’il s’agit de fake news.

Hiba Abouk et Achraf Hakimi amoureux comme au premier jour

Hiba Abouk et Achraf Hakimi sont toujours ensemble et leur relation est comme au premier jour. La femme de l’international marocain a démenti encore les rumeurs évoquant une crise dans son couple.

Le mariage des enfants légalisé au Maroc ? une photo sème le doute

La publication d’une image montrant des fillettes prétendues marocaines en robe de mariage tenues par la main par des hommes âgés est devenue virale sur les réseaux sociaux. Certains affirment que cela s’est produit au Maroc. Qu’en est-il vraiment ?

Au Maroc, le mariage des mineures persiste malgré la loi

Le mariage des mineures prend des proportions alarmantes au Maroc. En 2021, 19 000 cas ont été enregistrés, contre 12 000 l’année précédente.