Maroc : Ouahbi veut une régularisation sans délai du mariage coutumier

5 juillet 2022 - 07h40 - Maroc - Ecrit par : G.A

Face aux demandes appelant à une prolongation du délai accordé pour la régularisation du mariage coutumier, le ministre de la Justice a opposé un refus catégorique.

Abdellatif Ouahbi espère régler ce problème le plus rapidement possible, surtout qu’un délai de grâce avait déjà été accordé. Mais à peine arrivé à expiration que des demandes ont été envoyées au ministre de la Justice pour demander une période transitoire de cinq années supplémentaires, rapporte le quotidien Al Akhbar.

À lire : Maroc : le mariage par « la Fatiha » en débat

En s’y opposant, le ministre de la Justice explique que certains profitent de cette disposition pour se marier à des mineurs, voire pour régulariser leur polygamie. Pour lui, la situation reste une préoccupation majeure et doit être évacuée à temps pour le respect des droits des enfants traînés contre leur volonté dans ce type de mariage.

À lire : Le mariage des mineures : une violence physique et sexuelle

Interpellé à la chambre des conseillers sur cette question, le ministre a expliqué que le gouvernement mène depuis la dernière réforme du Code de la famille de nombreuses actions de sensibilisation auprès des populations concernées afin de les convaincre de la nécessité de régulariser le mariage coutumier.

À lire : Maroc : le rapport sur le mariage des mineures attendu aujourd’hui

Le ministre de la Justice a souligné devant les Conseillers que la période transitoire de cinq ans a été prolongée deux fois déjà et qu’il appartient désormais au gouvernement et au Parlement de prendre leurs dispositions afin de procéder à la régularisation du mariage coutumier sans toucher le Code de la famille.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Mariage - Abdellatif Ouahbi - Ministère de la Justice et des Libertés

Aller plus loin

Le mariage des mineures : une violence physique et sexuelle

La mise en place d’un cadre légal de répression est plus que jamais nécessaire pour mettre fin au phénomène du mariage des mineures qui prend de l’ampleur au Maroc. C’est la...

Maroc : le mariage par « la Fatiha » en débat

Le mariage coutumier (par Fatiha) est une préoccupation majeure pour les membres du gouvernement, les universitaires, les juristes ainsi que les acteurs associatifs. Ces...

Le roi Mohammed VI ordonne une réforme de la Moudaouana

Les droits de la famille et de la femme se sont invités dans le discours adressé samedi soir par le roi Mohammed VI à l’occasion de la célébration de la Fête du Trône. Le...

Maroc : le rapport sur le mariage des mineures attendu aujourd’hui

Le Conseil économique, social et Environnemental (CESE) va donner le jeudi 19 septembre son avis sur le mariage des mineures au Maroc. Le Conseil s’est auto-saisi de cette...

Ces articles devraient vous intéresser :

Le Maroc cherche à mettre fin au mariage des mineures

En réponse à une question orale à la Chambre des Conseillers, le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi a renouvelé ce lundi 28 novembre, son engagement à mettre un terme au mariage des mineures.

Le mariage des mineures au Maroc : une exception devenue la règle

Depuis des années, le taux de prévalence des mariages des mineurs évolue en dents de scie au Maroc. En cause, l’article 20 du Code de la famille qui donne plein pouvoir au juge d’autoriser ce type de mariage « par décision motivée précisant l’intérêt...

Maroc : plus de mariages, moins de divorces

Le Haut-commissariat au plan (HCP) vient de livrer les dernières tendances sur l’évolution démographique, le mariage, le divorce et le taux de procréation par rapport à 2020, année de la survenue de la crise sanitaire du Covid-19.

Blanchiment d’argent : des notaires, avocats et adouls marocains sanctionnés

Des campagnes d’inspection et de contrôle menées par un comité spécial du ministère de la Justice ont révélé l’implication de notaires, d’avocats et d’adouls dans des réseaux de blanchiment d’argent.

Au Maroc, le mariage des mineurs résiste au temps

Au Maroc, il y a encore du chemin à faire pour en finir avec le mariage des mineurs. Des voix s’élèvent pour appeler à la révision rapide et profonde du Code de la famille.

Maroc : des changements majeurs pour les MRE en matière de droit de la famille

Le Maroc a décidé d’alléger considérablement les procédures administratives en matière du Droit de la famille, notamment le mariage, le divorce et l’état civil en faveur des Marocains résidant à l’étranger (MRE).

Réforme du Code pénal au Maroc : un ancien prédicateur salafiste à la rescousse

L’ancien prédicateur salafiste, Abdelwahab Rafiki, plus connu sous le nom d’Abou Hafs, est dorénavant conseiller du ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, selon une source proche du ministère.

Hiba Abouk et Achraf Hakimi séparés ? Hiba Abouk répond

Hiba Abouk, femme d’Achraf Hakimi, répond aux rumeurs de ces derniers jours annonçant une prétendue crise dans son couple. L’actrice d’origine tuniso-libyenne assure qu’il s’agit de fake news.

« Épouse-moi sans dot » : un hashtag qui fait polémique au Maroc

Le hashtag « Épouse-moi sans dot » qui s’est rapidement répandu sur les réseaux sociaux ces derniers jours, a suscité une avalanche de réactions au Maroc. Alors que certains internautes adhèrent à l’idée, d’autres la réprouvent fortement.

Malgré les obstacles juridiques, la polygamie persiste au Maroc

Alors que le gouvernement est en train de plancher sur une réforme du Code de la famille, le Conseil supérieur du pouvoir judiciaire vient de publier son rapport sur la polygamie dans lequel on apprend que quelque 20 000 demandes pour un deuxième...