Les défis juridiques des mariages mixtes au Maroc

4 mars 2021 - 22h20 - France - Ecrit par : G.A

La question du mariage mixte était au cœur d’un webinaire organisé le samedi 27 février par l’Association « Français du Monde », pour expliquer aux participants, les principaux enjeux juridiques et pratiques que rencontrent les familles mixtes au Maroc. Les experts qui sont intervenus au cours de ce webinaire, ont d’abord présenté les résultats d’une étude effectuée par l’association, avant d’éclaircir plusieurs zones d’ombres dues à la complexité du sujet.

Pour réaliser cette étude, des entretiens ont été effectués avec plusieurs familles mixtes (composées d’un conjoint marocain et de l’autre étranger, pas forcément français). Les résultats ont révélé que la majorité de ces familles naviguent entre incertitudes et incompréhensions, en ce qui concerne le régime matrimonial et la succession.

Selon Olivier Deau, membre de l’association FDM et Maître Amin Fayçal Benjelloun, notaire et spécialiste des successions internationales, bon nombre des 54 000 ressortissants français officiellement enregistrés au consulat sont les conjoints ou les parents de Marocains. Les uns sont musulmans, les autres ne le sont pas. Et si certains se sont mariés au Maroc, d’autres l’ont fait à l’étranger avant de transcrire leur acte de mariage. « En somme, ces opérations juridiques complexes et imbriquées laissent place à la confusion », rapporte Medias24.

Pourtant, le Maroc et la France ont signé une convention qui permet à deux personnes de deux origines différentes de se marier dans leur pays de résidence, sans avoir à se marier une seconde fois dans le pays de nationalité de la deuxième personne. Il suffit d’y faire une transcription du mariage dans un délai de deux mois, explique Olivier Deau.« Sans transcription, il n’y a pas de mariage aux yeux des autorités marocaines. Cela peut générer des complications, notamment s’il y a des enfants. Pour que les enfants d’un couple mixte acquièrent la nationalité marocaine, le mariage doit être reconnu par les autorités du pays », ajoute-t-il.

En plus de la validité de l’acte de mariage dans deux pays différents, les couples mixtes font face à d’autres difficultés liées au régime matrimonial et à la répartition des biens. « Il faut bien comprendre que le régime matrimonial par défaut au Maroc est celui de la séparation des biens. En France, c’est celui de la communauté des biens », explique Deau. « Si le couple réside à l’étranger et que l’un des conjoints est marocain, c’est le code marocain de la famille qui va s’appliquer à ce mariage, ce qui implique un régime de séparation des biens », précise-t-il.

Mais selon Me Benjelloun, il y a la possibilité d’établir une convention matrimoniale si les époux manifestent le désir. Mais il faudra pour cela que les concernés en soient informés. C’est en cela que l’avocat déplore le fait que les adouls ne la présentent pas assez aux concernés lors de la conclusion de l’acte du mariage. Selon lui, cette convention est un « avenant à l’acte de mariage dans lequel les conjoints déclarent les biens qu’ils se répartissent entre eux », conformément à l’article 49 du Code de la famille. Mais il est considéré comme une « incertitude juridique » car, en cas de décès, le conjoint vivant rencontre d’énormes difficultés en matière de succession, indique Medias24.

Au cours de son intervention, Me Benjelloun a notifié que « la solution juridique pour assurer la transmission de la succession est le testament, lorsqu’il s’agit d’une femme étrangère non convertie mariée à un Marocain. Et pour ce dernier, la solution est le leg ». Cela pourra permettre aux enfants musulmans d’une mère étrangère non musulmane d’hériter d’elle, sans qu’elle ne soit obligée de se convertir sans conviction.

Sur la question, Mohamed Abdennabaoui, président du parquet général, a adressé récemment un mémorandum aux premiers procureurs près la Cour de cassation et à tous les procureurs généraux et aux magistrats de toutes les juridictions du Royaume, en les appelant à « traiter avec prudence » les différentes demandes relatives au mariage mixte.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : France - Lois - Mariage

Aller plus loin

Maroc : près de 20 % des mariages sont consanguins

Malgré les nombreuses sensibilisations, le mariage des mineures reste une réalité, selon le ministère de la Justice qui a révélé qu’entre 2009 et 2018, 319 177 demandes de...

Un livre-témoignage sur le mariage mixte entre un Marocain et une Française

Marie-Claude Mezouar, auteure de « François-Samir, ou la romance d’un couple mixte » raconte son mariage mixte à Poitiers, avec Noureddine, un homme originaire du Maroc. Le...

Maroc : chute des mariages, explosion des divorces

La crise sanitaire a engendré un grand recul des mariages au Maroc. Dans le même temps, les divorces connaissent un boom, même si les chiffres ne sont pas encore officiels,...

Les femmes marocaines, des « voleuses d’hommes  » selon les Égyptiennes

Les femmes marocaines sont au cœur de grandes campagnes médiatiques sur fond de diffamation et de dénigrement dirigées contre elles et menées par les Égyptiennes. Sur YouTube,...

Ces articles devraient vous intéresser :

Le mariage qui a sauvé un village

La célébration d’un mariage a sauvé tous les habitants d’un village marocain lors du tremblement de terre meurtrier du 8 septembre, qui a détruit leurs maisons.

Maroc : crise du célibat féminin

Au Maroc, le nombre de femmes célibataires ne cesse d’accroître, avec pour conséquence la chute du taux de natalité. Quelles en sont les causes ?

Maroc : plus de mariages, moins de divorces

Le Haut-commissariat au plan (HCP) vient de livrer les dernières tendances sur l’évolution démographique, le mariage, le divorce et le taux de procréation par rapport à 2020, année de la survenue de la crise sanitaire du Covid-19.

Maroc : le mariage fastueux de la fille d’un haut dirigeant soulève des polémiques

Le mariage somptueux organisé par le président de la Chambre des conseillers, Naam Miyara, pour sa fille, soulève de vives polémiques. La quatrième personnalité politique du Maroc après le roi, le chef du gouvernement et le président de la Chambre des...

Couples non mariés et hôtels au Maroc : vers la fin des abus ?

Abdellatif Ouahbi, ministre de la Justice, lance un avertissement aux hôtels qui exigent des documents non autorisés notamment un certificat de mariage des couples marocains.

Saad Lamjarred et Ghita El Allaki organiseront un mariage au Maroc

Le chanteur marocain Saad Lamjarred vient de confirmer dans un live sur Instagram l’organisation prochaine au Maroc, d’une vraie fête de mariage avec Ghita El Allaki.

Saâd Lamjarred et Ghita El Alaki se marient le 17 novembre au Maroc

Après Paris, le chanteur marocain Saâd Lamjarred et Ghita El Alaki, vont organiser leur mariage au Maroc le 17 novembre prochain. Une cérémonie à laquelle seront conviés sa famille, des fans et amis marocains.

« Épouse-moi sans dot » : un hashtag qui fait polémique au Maroc

Le hashtag « Épouse-moi sans dot » qui s’est rapidement répandu sur les réseaux sociaux ces derniers jours, a suscité une avalanche de réactions au Maroc. Alors que certains internautes adhèrent à l’idée, d’autres la réprouvent fortement.

Une « formation prénuptiale » avant tout mariage au Maroc

Au Maroc, les personnes désireuses de se marier devront mener de nouvelles démarches avant de conclure le contrat de mariage.

Divorces au Maroc : Une tendance inquiétante à la hausse

Au Maroc, le nombre de mariages a considérablement baissé, tandis que les cas de divorce ont enregistré une forte hausse au cours des quinze dernières années. C’est ce qu’indique le Haut-commissariat au plan (HCP) dans un récent rapport.