Et si le Maroc et l’Algérie devenaient des partenaires économiques ?

26 octobre 2022 - 20h40 - Monde - Ecrit par : P. A

Le Maroc et l’Algérie sont deux pays voisins et culturellement proches, mais éloignés du point de vue politique et économique. Pourtant, ces deux puissances du Maghreb gagneraient à nouer des partenariats économiques pour le développement de la région et de leurs populations.

Que se passerait-il si le Maroc et l’Algérie devenaient partenaires dans le domaine économique ?, s’est interrogé l’hebdomadaire Jeune Afrique dans un reportage. Le sujet semble épineux et même tabou, en raison des tensions politiques entre les deux pays. Selon OEC Monde, les exportations marocaines vers l’Algérie s’élevaient à 134 millions d’euros en 2020, contre 115 millions d’euros selon les données de l’Organisation du commerce international de l’ONU, rappelle le journal.

« Les relations économiques entre le Maroc et l’Algérie sont très faibles compte tenu des opportunités possibles. Pour être plus clair, le Maroc et l’Espagne échangent 30 fois plus que le Maroc et l’Algérie. Un rapport de la Banque mondiale a également indiqué que s’il y a une véritable intégration entre les deux pays, d’ici dix ans, les PIB de l’Algérie et du Maroc augmenteront respectivement de 35 % et 30 % », explique Jean-Michel Huet cité par le journal, précisant que les exportations algériennes vers le Maroc sont passées de 395 millions d’euros en 2020 à 650 millions d’euros en 2021, dont 90 % d’hydrocarbures selon l’Office des changes.

À lire : Maroc-Algérie : quid de l’impact sur les échanges commerciaux ?

D’après les dernières données du Fonds monétaire international (FMI), le Produit intérieur brut (PIB) du Maroc et de l’Algérie avaient une différence de 20 milliards de dollars en 2021, un écart qui pourrait doubler et atteindre 40 milliards de dollars sur la période 2022-2024 en faveur de l’Algérie, en raison de la hausse de ses revenus des exportations d’hydrocarbures. Les économies des deux pays ne sont pas assez diversifiées, souligne par ailleurs le journal qui partage l’avis de nombreux experts selon lesquels une plus grande coopération entre les deux pays pourrait accélérer leur croissance.

Selon un récent rapport du FMI, l’Algérie devrait enregistrer une croissance de 4,7 % en 2022 et la balance commerciale, un excédent de 14 milliards de dollars à fin août. « Nous prévoyons un excédent de plus de 17 milliards de dollars d’ici la fin de 2022 », a annoncé le Premier ministre algérien Ayman Ben Abdelrahman. Plusieurs experts économiques s’accordent à dire que le Maroc et l’Algérie gagneraient à renforcer leur coopération économique.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Coopération - Algérie - PIB

Aller plus loin

Maroc-Algérie : quid de l’impact sur les échanges commerciaux ?

L’Algérie a récemment rompu ses relations diplomatiques avec le Maroc en raison « d’actes hostiles » envers elle. Cette rupture produira-t-elle un impact sur les échanges...

Tensions Maroc-Algérie : s’achemine-ton vers une « instabilité » au Maghreb ?

L’Algérie a rompu mardi ses relations avec Rabat. Cette nouvelle crise entre les deux puissances militaires au Maghreb risque d’entraîner une « instabilité » dans toute la région.

Maroc-Algérie : deux pays voisins que tout oppose

Le Maroc et l’Algérie sont en rude concurrence pour le contrôle économique et militaire du Maghreb. Les deux pays sont en conflit de basse intensité depuis des années, avec la...

Maroc-Algérie : la crise diplomatique freine l’intégration régionale

La crise diplomatique entre le Maroc et l’Algérie a de graves répercussions sur les transactions commerciales entre les deux pays voisins, mettant ainsi à mal l’intégration...

Ces articles devraient vous intéresser :

Le Maroc va recourir au FMI pour renforcer ses réserves de change

Face à la détérioration de sa position extérieure, le Maroc sollicitera le soutien du Fonds monétaire international (FMI) pour renforcer ses réserves de change, selon Fitch Solutions.

Maroc : la croissance économique s’accélère

Le Maroc a enregistré une croissance économique de 4,1 % au quatrième trimestre 2023, contre 0,7 % au cours de la même période de 2022, révèle le Haut-commissariat au plan (HCP).

Le Maroc conserve sa note "BB+" avec une "perspective stable"

Fitch Ratings, agence américaine de notation, a maintenu la note de la dette à long terme en devises du Maroc à BB+ avec une « perspective stable ».

Le Maroc va faire un important don d’engrais à Saint-Vincent-et-les Grenadines

Le Maroc envisage de faire un important don d’engrais à Saint-Vincent-et-les-Grenadines l’année prochaine. Une feuille de route pour la coopération entre les deux pays dans les trois ou cinq années à venir est en cours d’élaboration.

Maroc : forte hausse de la dette publique

En 2021, l’encours de la dette publique a connu une augmentation de 117 milliards, s’établissant à 1180 milliards de dirhams (MMDH), ce qui représente un ratio au Produit intérieur brut (PIB) de 88,9%.

Agriculture : appel au renforcement de la coopération entre le Maroc et Israël

Le ministre israélien de l’Agriculture appelle le Maroc et l’État hébreu à s’investir davantage dans le développement du secteur agricole à travers la signature d’accords de partenariat.

Fitch Ratings note l’économie marocaine

Fitch Ratings, agence américaine de notation, a confirmé la note de défaut de l’émetteur à long terme du Maroc en devises étrangères (IDR) à ‘BB+’ avec perspectives stables.

Le sport, pilier de l’économie marocaine

Au Maroc, le sport est un secteur d’activité très rentable et qui contribue significativement au PIB.

Le Maroc et le Cambodge veulent organiser un forum d’affaires

En marge de la visite de Prak Sokhonn, vice-premier ministre et ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération internationale du royaume du Cambodge au Maroc, il a été décidé de l’organisation d’un forum d’affaires.

Maroc-Israël : deux ans de relations fructueuses, selon Alona Fisher-Kamm

Mardi a été célébré le deuxième anniversaire de la reprise des relations entre le Maroc et Israël. Une occasion pour Alona Fisher-Kamm, cheffe par intérim du bureau de liaison de Tel-Aviv à Rabat, de faire le bilan de ce rapprochement.