Maroc-Algérie : quid de l’impact sur les échanges commerciaux ?

1er septembre 2021 - 10h00 - Economie - Ecrit par : S.A

L’Algérie a récemment rompu ses relations diplomatiques avec le Maroc en raison « d’actes hostiles » envers elle. Cette rupture produira-t-elle un impact sur les échanges commerciaux  ?

Les échanges commerciaux entre le Maroc et l’Algérie sont axés sur les importations et les exportations. Au cours de la décennie 2010-2019, les échanges commerciaux entre les deux pays ont affiché une baisse annuelle moyenne de 2,6 %, passant de 8,2 milliards de DH en 2010 à 6,5 milliards de DH en 2019. En 2020, ces échanges ont été marqués par la crise sanitaire liée au coronavirus. En conséquence, ils ont régulièrement diminué pour atteindre 5,4 milliards de DH, indiquent les derniers chiffres de l’Office des changes. Ils ne représentent en 2020 que 0,8 % des échanges commerciaux du Maroc contre 1,8 % en 2010, détaille le journal l’Economiste.

À lire : L’Algérie veut renforcer la sécurité au niveau de ses frontières

En 2019, les marchandises importées d’Algérie s’élèvent à 5 milliards de DH contre 7 milliards en 2010. En 2020, ces acquisitions ont également enregistré une baisse pour s’établir à 4,1 milliards de DH. 90,5 % de ces importations portent sur du gaz de pétrole et autres hydrocarbures. Outre les produits pétroliers, le Maroc a importé en 2020 pour 275 millions de DH de dattes, suivies de l’ammoniac (148 millions de DH), de verres et d’ouvrages en verre (86 millions de DH). Autres importations : plantes, réfrigérateurs, lave-vaisselles, énergie électrique… Elles sont moins importantes.

À lire : L’approvisionnement de l’Espagne en gaz « est garanti », malgré la crise Maroc-Algérie

S’agissant des exportations marocaines à destination d’Algérie, elles sont passées de 1,2 milliard de DH en 2010 à 1,5 milliard de DH en 2019 et à 1,3 milliard de DH en 2020. Le Maroc exporte essentiellement vers son voisin les produits laminés plats, en fer ou en acier non allié (363 millions de DH en 2020 contre 147 millions de DH en 2010), les engrais naturels et chimiques (174 millions de DH en 2020 contre 26 millions en 2010). Les exportations marocaines en Algérie concernent également les vêtements confectionnés (155 millions de DH en 2020 contre 10 millions de DH en 2010), les extraits et essences de café ou de thé (103 millions de DH en 2020 contre 67 millions de DH en 2010.

À lire : Rupture Maroc-Algérie : « une source d’inquiétude pour la stabilité au Sahel »

Au cours des cinq dernières années, les importations de services à partir de l’Algérie portent essentiellement sur les assurances et les transports, représentant les 2/3 du total des importations de services exportées par le voisin de l’Est vers le Maroc en 2020. Selon les chiffres de l’Office des changes, les autres flux financiers tels que les recettes MRE, l’investissement, etc., en provenance ou à destination de l’Algérie restent à des niveaux très faibles.

Au fil des ans, les échanges commerciaux entre l’Algérie et le Maroc ne se sont pas développés. La rupture des relations diplomatiques entre deux pays est par conséquent un épiphénomène.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Algérie - Diplomatie

Aller plus loin

Rupture Maroc-Algérie : « une source d’inquiétude pour la stabilité au Sahel »

Le journal Le Monde a consacré un éditorial à la rupture par l’Algérie de ses relations diplomatiques avec le Maroc. Le journal français y voit « une source d’inquiétude pour la...

L’Algérie en perte de vitesse, le Maroc affirme son attractivité

Alors que l’Algérie verse dans des attaques verbales et accusations contre sa sécurité nationale, baigne dans une instabilité politique, rompt ses relations diplomatiques avec...

« L’Algérie est jalouse du Maroc »

En marge de la présentation des candidats pour les élections législatives et communales dans la province de Khouribga, le secrétaire général du Parti Authenticité et Modernité...

L’approvisionnement de l’Espagne en gaz « est garanti », malgré la crise Maroc-Algérie

Le ministre des Affaires étrangères espagnol, José Manuel Albares, a assuré lundi que l’approvisionnement en gaz de son pays « est garanti » malgré la rupture des relations...

Ces articles devraient vous intéresser :

Les MRE confrontés à un durcissement des conditions d’envoi de fonds depuis l’Europe

Face au durcissement des autorités européennes sur les transferts des Marocains résidant à l’étranger (MRE), le wali de Bank Al-Maghrib (BAM), Abdellatif Jouahri appelle à une action diplomatique d’envergure.

Maroc-Israël : deux ans de relations fructueuses, selon Alona Fisher-Kamm

Mardi a été célébré le deuxième anniversaire de la reprise des relations entre le Maroc et Israël. Une occasion pour Alona Fisher-Kamm, cheffe par intérim du bureau de liaison de Tel-Aviv à Rabat, de faire le bilan de ce rapprochement.

Mohammed VI et le pari gagnant de l’ouverture en Afrique

Le Maroc a connu une croissance économique assez soutenue depuis 2000, après l’accession au trône du roi Mohammed VI. Le royaume prend des mesures pour attirer les investissements étrangers et devenir une grande puissance régionale.

Youssef Amrani officiellement ambassadeur du Maroc auprès de l’UE

Nommé en octobre 2021 par le roi Mohammed VI au poste d’ambassadeur du Maroc auprès de l’Union européenne, Youssef Amrani aurait reçu en cette fin d’année, l’accord des instances européennes pour démarrer sa mission.

Le nouveau ministre israélien des Affaires étrangères attendu au Maroc

Le sommet des pays signataire des Accords d’Abraham qui se tiendra au mois de mars pourrait connaître la participation d’Eli Cohen, le nouveau ministre israélien des Affaires étrangères.

Maroc : pressions pour rompre les relations avec Israël

Alors que Israël intensifie sa riposte contre le mouvement palestinien du Hamas, de nombreux Marocains multiplient les appels à rompre les relations diplomatiques entre le Maroc et l’État hébreu. Au Maroc, de nouvelles manifestations ont été organisées...

Maroc : un ancien diplomate accusé de prostitution de mineures risque gros

L’association Matkich Waldi (Touche pas à mon enfant) demande à la justice de condamner à des « peines maximales » un ancien ambassadeur marocain, poursuivi pour prostitution de mineures.