Le Maroc doit baisser sa consommation de pain

20 mai 2022 - 10h27 - Maroc - Ecrit par : G.A

« Quels choix pour une plus grande autonomie du Maroc ? ». Le thème a fait l’objet d’une conférence sur la souveraineté alimentaire animée par le premier vice-président de la Confédération marocaine de l’agriculture et du développement Rural (Comader), Rachid Benali.

Au cours de son intervention à la première Matinale du cycle de conférences du Groupe Le Matin, Rachid Benali a abordé les questions liées à la hausse des prix de produits de première nécessité. Selon lui, « la sécurité alimentaire suppose un suivi de l’approvisionnement en produits de base, mais aussi une surveillance de la surconsommation ». Il a souligné que le fait que chaque Marocain consomme jusqu’à 350 Kg de farine de blé par an, n’est pas une bonne chose en ce sens que ce volume est nettement supérieur à la normale. « Aujourd’hui avec la cherté de a vie, le pain est passé à 1,20 DH », a-t-il souligné.

À lire : Hausse du prix du blé : remise en cause du modèle économique marocain ?

Convaincu que la crise économique que traverse le Maroc est encore longue, en ce sens qu’y remédier ne dépend pas totalement du Maroc, Rachid Benali a appelé les autorités à réfléchir sur les stratégies à mettre en place pour faire face à la situation sans que le consommateur ne soit obligé de payer le prix fort.

À lire : Le Maroc augmente ses importations de blé français

Pour le vice-président du Comader, puisque les barrages sont à sec, la gestion des réserves d’eau dans les barrages devient une urgence. Il a donné l’exemple d’un barrage se trouvant dans le nord du royaume avec une réserve d’eau de 2 milliards de m³. De même, il propose des efforts d’investissements pour le transfert de cette eau vers des zones irriguées afin de booster la production et atteindre une suffisance alimentaire.

À lire : Maroc : manifestations dans plusieurs villes contre la flambée des prix

Selon ses explications, les accords de libre échange sont une mauvaise nouvelle pour les filières agro-alimentaires, au point où le Maroc est devenu importateur de certains produits pour lesquels il était un exportateur très demandé. Il appelle à une prise de conscience des autorités, afin que des efforts soient consentis pour la promotion de la production locale.

Sujets associés : Investissement - Importations - Exportations - Agriculture - Crise économique - Sécheresse au Maroc

Aller plus loin

Vers une augmentation du prix du pain au Maroc ?

Mauvaise nouvelle pour les consommateurs. Le prix du pain pourrait augmenter prochainement au Maroc, en raison de l’instabilité sur le marché national.

Maroc : manifestations dans plusieurs villes contre la flambée des prix

Suite à l’appel du Front social marocain, des manifestations sont prévues dans 16 villes du Maroc, ce samedi 23 avril, pour protester contre la flambée du prix de tous les...

Hausse des prix : l’économie marocaine mise à rude épreuve

Face à la hausse des cours mondiaux, notamment le pétrole, le gaz et les denrées alimentaires, l’économie marocaine est mise à rude épreuve. Le gouvernement devra revoir ses...

Le Maroc augmente ses importations de blé français

Les importations marocaines de blé en provenance de France ont atteint 336 900 tonnes en avril dernier, faisant du royaume le plus gros client de l’Hexagone hors UE. Au total,...

Ces articles devraient vous intéresser :

Investissement privé au Maroc : la banque mondiale sonne l’alarme

L’investissement privé est en chute libre au Maroc. C’est du moins ce que révèle la banque mondiale dans son nouveau rapport de suivi de l’économie marocaine.

Maroc : plusieurs aéroports seront rénovés

Dans le cadre de son plan d’investissement dénommé Envol 2025, visant à accompagner l’essor du secteur touristique, l’Office national des aéroports (ONDA) va mobiliser un montant de 4 milliards de dirhams en 2023 pour soutenir la croissance de...

Le Maroc va injecter 150 milliards de dirhams dans le Fonds Mohammed VI pour l’investissement

Lancé en 2020 sur instruction royale, le Fonds Mohammed VI pour l’investissement sera renforcé pour le financement de certains grands projets, selon le ministre délégué chargé de l’Investissement, de la Convergence et de l’Évaluation des Politiques...

Le Maroc arrête de subventionner la pastèque et l’avocat

Afin de faire face au déficit hydrique, le gouvernement marocain a décidé de suspendre les subventions des cultures qui consomment le plus d’eau comme la pastèque, l’avocat et les nouvelles plantations d’agrumes.

Des prières rogatoires dans toutes les mosquées marocaines ce mardi

Face à la rareté des pluies, le roi Mohammed VI a une nouvelle fois ordonné l’accomplissement de prières rogatoires dans toutes les mosquées marocaines.

Production de dattes : le Maroc revoit ses ambitions à la hausse

Le Maroc entend mobiliser ses efforts et ses ressources pour doubler sa production de dattes, en atteignant 300 000 tonnes par an, contre 149 000 tonnes en 2021.

Importation de devises par les Marocains résidant à l’étranger : Ce qu’il faut savoir

Pour les Marocains résidant à l’étranger (MRE), l’importation de devises au Maroc nécessite certaines formalités essentielles qu’il faut absolument connaître. Que vous rentriez avec des devises sous forme de billets de banque ou d’instruments...

Le Maroc mise sur ses compétences à l’étranger

Le Maroc veut impliquer davantage ses compétences à l’étranger à son processus de développement. Dans ce sens, un mécanisme est en cours d’élaboration pour accompagner les talents marocains à l’étranger, conformément aux orientations royales.

Maroc : record des exportations automobiles

L’industrie automobile marocaine atteint un record jamais réalisé à l’export. À fin septembre dernier, les exportations se sont établies à 77,68 milliards de dirhams, soit leur plus haut niveau durant la même période des cinq dernières années.

Tomate : le Maroc dépasse l’Espagne en Europe

Pour la première fois, le Maroc se hisse au rang de premier fournisseur de tomates sur le marché européen, devançant ainsi l’Espagne. Un pur hasard ? non, le Maroc prend peu à peu la place de premier fournisseur pour l’Europe.