Maroc : moins d’investissements pour faire face à la hausse des prix

14 mars 2022 - 09h40 - Economie - Ecrit par : A.T

Face aux chocs exogènes qui menacent son économie, le Maroc dispose de deux alternatives  : réajuster son budget d’investissement ou réordonner ses priorités. Deux solutions qui ne sont pas, pour l’heure, au rendez-vous, car les mesures prises permettent encore de faire face à la situation, assure le gouvernement.

Intervenant sur MFM Radio, Fouzi Lekjaâ, ministre délégué chargé du Budget, a déclaré que pour atténuer les effets de la hausse des cours du brut et des matières premières, le gouvernement est amené aujourd’hui à consacrer un budget de 15 milliards de dirhams (MMDH), montant non prévu par la Loi de finances 2022, rapporte.

Pour ce faire, l’exécutif aura à faire des choix pour relever le défi du développement, a expliqué le ministre. « La loi de finances accorde au gouvernement deux solutions alternatives » a-t-il rappelé. La première possibilité étant « de diminuer de 14 % les dépenses de l’investissement, ce qui permettrait de générer le budget de 15 MMDH et financer ainsi les subventions pour faire face à l’inflation importée », la deuxième consisterait à « présenter une Loi de finances rectificative ».

A lire : Hausse des prix : l’économie marocaine mise à rude épreuve

Deux mesures auxquelles le gouvernement n’aura pas recours, a soutenu le responsable, notant qu’aucune d’elles « ne serait tout à fait adéquate ». L’Exécutif disposant toujours de « marges de manœuvre » pour « relever le défi » tout en préservant « les équilibres macro-économiques », la priorité aujourd’hui est « de poursuivre la trajectoire de développement ».

Selon lui, « les mesures gouvernementales mises en place ainsi que celles prévues » vont permettre de « maintenir à des niveaux normaux le taux de l’inflation » et de « préserver les taux de l’investissement », un choix « stratégique », puisque l’investissement demeure le moteur et le garant du développement. Quel qu’il en soit, le Maroc reste « prêt pour s’adapter aux différents scénarios » et « relever les défis », a-t-il conclu.

Sujets associés : Investissement - Ministère de l’Economie et des Finances - Fouzi Lekjaa - Loi de finances (PLF 2024 Maroc)

Aller plus loin

Le gouvernement Akhannouch se défend sur la hausse des prix des denrées

La cherté des denrées alimentaires constatée sur le marché au Maroc est due à la hausse des prix dans le monde, observée depuis le mois d’avril, selon le ministre délégué au...

Hausse des prix : l’économie marocaine mise à rude épreuve

Face à la hausse des cours mondiaux, notamment le pétrole, le gaz et les denrées alimentaires, l’économie marocaine est mise à rude épreuve. Le gouvernement devra revoir ses...

Maroc : le gouvernement coupe dans les dépenses publiques

Réduire les dépenses publiques et concentrer l’essentiel des actions sectorielles aux priorités en vue de faire face à la conjoncture économique. Telle est la consigne donnée...

Maroc : comment expliquer la hausse des prix des produits de base ?

Les prix de certains produits de base ont connu récemment une hausse significative. La situation suscite inquiétude et interrogations de la part des ménages marocains.

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : Une vague d’embauches publiques attendue en 2024

L’État marocain prévoit en 2024 la création de 30 034 postes dans les ministères et institutions publiques, révèle le Projet de loi de finances (PLF) 2024.

Succès d’une nouvelle émission obligataire lancée par le Maroc

Le Maroc clôture avec succès un emprunt obligataire sur les marchés financiers internationaux d’un montant global de 2,5 milliards de dollars. L’opération fait suite à un Roadshow auprès de la communauté des investisseurs internationaux.

Maroc : les recettes douanières continuent d’augmenter

À fin juin dernier, la douane marocaine a recouvré plus de 41,6 milliards de dirhams, en hausse de 22,9 % par rapport aux chiffres de l’année dernière.

Maroc : les taxes sur les cigarettes électroniques passent à 40%

Les droits d’importation des cigarettes électroniques devraient passer de 2,5 à 40 % dès l’année prochaine. La mesure est très mal accueillie par les commerçants.

Maroc : forte hausse des recettes touristiques

À fin mai dernier, les recettes de l’activité touristique se sont établies à 20 milliards de dirhams, en progression de 173,1 % par rapport à la même période un an plus tôt.

Maroc : le parlement discute de la fiscalité des auto-entrepreneurs

Au Parlement marocain, des groupes de l’opposition ont proposé des amendements concernant le projet de loi de finances (PLF) pour l’année 2024 dont l’un vise à encourager l’engagement dans l’économie organisée et à améliorer l’attractivité du système...

Maroc : de nouveaux projets pour renforcer le « Made in Morocco »

Le Maroc poursuit sa marche vers la souveraineté industrielle. Mardi dernier, le gouvernement a procédé au lancement du 4ᵉ lot d’opportunités d’investissements, initiées dans le cadre de la banque à projets. Au total, 275 nouveaux projets ont été...

Maroc : les écoles privées veulent augmenter les frais de scolarité

Les écoles privées au Maroc menacent d’augmenter les frais de scolarité d’environ 5 %, ce qui leur permettra de récupérer le montant de l’Impôt sur le revenu (IR) pour les enseignants vacataires, qui est passé de 17 à 30 % depuis le 1ᵉʳ janvier de...

Salaires : bonne nouvelle pour les Marocains

Le gouvernement marocain, via son porte-parole Mustapha Baitas, a annoncé une révision de l’Impôt sur le revenu (IR) avec pour objectif d’augmenter les revenus des employés et fonctionnaires.

Blanchiment des capitaux : le Maroc prêt à recevoir les évaluateurs du GAFI

Les efforts déployés par le Maroc dans la lutte contre le blanchiment de capitaux seront passés au peigne fin à partir du 16 janvier, par les examinateurs et évaluateurs du Groupe d’action financière (GAFI). La sortie du royaume de la liste grise du...