Maroc : comment expliquer la hausse des prix des produits de base ?

21 novembre 2021 - 16h20 - Economie - Ecrit par : A.P

Partager avec Whasapp Partager avec Telegram

Les prix de certains produits de base ont connu récemment une hausse significative. La situation suscite inquiétude et interrogations de la part des ménages marocains.

Cette augmentation des prix des produits de base est-elle passagère et qu’est-ce qui pourrait l’expliquer ?, se demandent les ménages marocains à la recherche de réponses à cette situation qui impacte sérieusement le panier de la ménagère. Cette hausse des prix serait due à la flambée des cours des matières premières à l’échelle mondiale et des prix des produits importés des États-Unis et d’Europe, croit savoir SNRT News.

À lire : Maroc : la FAO explique la flambée du prix du pain

Le média évoque aussi la crise sanitaire et la période actuelle de relance économique internationale marquée par une forte demande et une faible offre. Selon l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), l’indice des prix des produits alimentaires a augmenté de 3 % en octobre dernier, atteignant son plus haut niveau depuis dix ans. La hausse des prix mondiaux des huiles végétales et des céréales justifie l’augmentation de l’indice FAO des produits alimentaires, ajoute la même source.

À lire : Denrées alimentaires : abondance suffisante et prix stables dans les marchés

Le Maroc a pris ses dispositions pour réduire l’impact de cette crise mondiale sur les prix des différents produits de grande consommation, afin de préserver et protéger le pouvoir d’achat des ménages marocains. Le gouvernement suit avec « grand intérêt » la hausse des prix de certains produits de base, avait assuré Nadia Fettah Alaoui, la ministre de l’Économie et des finances devant la Chambre des représentants, ajoutant que les prix des produits subventionnés (farine, sucre et gaz butane) resteront stables grâce à la Caisse de compensation qui bénéficiera d’une dotation de plus de 16 milliards de DH en 2022, soit une hausse de 28 % par rapport à 2021.

À lire : Maroc : les prix en hausse, détails par produit

Par ailleurs, le gouvernement a pris une série de mesures pour freiner l’augmentation des prix. Il s’agit notamment de la récente suspension des droits de douane sur les importations du blé tendre et du blé dur ainsi que du maintien de la suspension des droits de douane sur les légumineuses et le beurre. Avec toutes ces mesures, le Maroc arrive à maîtriser l’inflation à des niveaux relativement bas (1,7 %), au moment où elle a atteint +4,1 % en zone Euro, +6,2 % aux États-Unis et 4,2 % au Royaume-Uni.

Sujets associés : Exportations - Consommation

Suivez Bladi.net sur Google News

Aller plus loin

Maroc : manifestations dans plusieurs villes contre la flambée des prix

Suite à l’appel du Front social marocain, des manifestations sont prévues dans 16 villes du Maroc, ce samedi 23 avril, pour protester contre la flambée du prix de tous les...

Hausse des prix : des mesures pour atténuer les difficultés des Marocains

Face à la grogne sociale causée par la cherté de la vie, le gouvernement marocain a réitéré son engagement à faire face à la hausse des prix.

Maroc : voici les villes où les prix ont baissé (et augmenté)

L’Indice des prix à la consommation (IPC) a augmenté de 1,2 % au Maroc en septembre, après avoir stagné au mois d’août dernier.

Les appels à la démission d’Aziz Akhannouch se multiplient

Les Marocains sont en colère contre le chef du gouvernement Aziz Akhannouch et l’appellent à démissionner. À l’origine de cette colère, la flambée des prix des denrées alimentaires...

Nous vous recommandons

Exportations

Le Maroc pourrait gagner gros dans les relocalisations d’importations en France

Les relocalisations d’importations en France pourraient être bénéfiques pour le Maroc. C’est ce qui ressort d’une rencontre co-organisée par Tanger Med Special Agency et l’ASMEX.

La tomate marocaine a toujours la cote en Europe

La tomate marocaine est très présente sur les marchés européens en dépit de la crise sanitaire liée au coronavirus. La campagne d’exportation a démarré sur les chapeaux de roues.

Légalisation du cannabis : une manne financière pour le Maroc

La mise en œuvre de la loi 13-21 relative à la légalisation du cannabis médical va générer une augmentation des recettes de l’ordre des 40 % par rapport aux apports actuels en plus des avantages sur les plans sanitaire, environnemental et économique. C’est...

Tomate : le Maroc dans le top 5 mondial

Le Maroc est le 4ᵉ exportateur mondial de tomates en 2019, avec 587,82 millions de kilos de tomates exportés. Le royaume devance ainsi la Belgique, la France et la Turquie.

Explosion des exportations marocaines de légumes et de fruits vers la Russie

Le volume des exportations marocaines de fruits et légumes vers la Russie a nettement augmenté ces derniers mois, faisant du Maroc son premier fournisseur.

Consommation

Maroc : le prix de la viande blanche s’envole à cause du coronavirus

Depuis quelques jours et dans certaines régions du Royaume, il faut débourser jusqu’à 20 dirhams pour prendre un kilogramme de poulet. Une hausse que le président de la Fédération Interprofessionnelle du Secteur Avicole (FISA), Youssef Alaoui, attribue à...

Allègement du couvre-feu : joie chez les restaurateurs et cafetiers du Maroc

Restés pendant des mois sous le joug des restrictions instaurées pour freiner la propagation du virus, les restaurateurs et cafetiers du Maroc peuvent désormais souffler. La restriction du couvre-feu vient d’être allégée et prend effet ce...

Maroc : voici les villes où les prix ont baissé (et augmenté)

L’Indice des prix à la consommation (IPC) a augmenté de 1,2 % au Maroc en septembre, après avoir stagné au mois d’août dernier.

Le Danemark refoule les oranges marocaines

Le Danemark a alerté sur une forte présence de résidus du pesticide Chlorpyrifos dans les oranges marocaines importées par les Pays-Bas. Ce pesticide a été interdit d’utilisation par l’Union européenne depuis décembre 2019 en raison de sa dangerosité...

Maroc : les producteurs et vendeurs dénoncent la baisse du prix de la pastèque

Les producteurs et les vendeurs de pastèque au Maroc ont du mal à écouler leurs marchandises. Les récentes publications sur les réseaux sociaux faisant état d’anomalies diverses (graines génétiquement modifiées, fruit anormalement rouge, moins sucré,...