Maroc : une femme élue à la tête d’une communauté Soulaliyate

30 décembre 2019 - 06h00 - Maroc - Ecrit par : G.A

C’est la première fois qu’une femme prend la tête de la communauté soulaliyate de Ouled Ahmed Souk Larbaa. Il s’agit de Rabia Assoul Bent Abd Essalam Ben Bouslam qui doit son élection à son combat pour l’émancipation des femmes. C’est fort de son leadership que ses paires lui ont accordé leur confiance pour conduire les destinées de la communauté.

Depuis l’histoire des communautés Soulaliyates, jamais une femme n’a été choisie comme tête de pont. C’est donc une chance pour Rabia Assoul, marchande de matériels de couture, et mère d’un enfant, d’avoir remporté le titre de naiba (représentante) de la communauté soulaliyate de Ouled Ahmed Souk Larbaa. C’était le 21 décembre, avec 135 voix pour et 99 contre, pour un taux de participation estimé à 63,75% sur 371 membres des communautés Soulaliyates enregistrés sur la liste des électeurs.

Elle a confié à la Map être "surprise par cette victoire", car pour elle, ce poste a "toujours été la chasse gardée des hommes". Elle a rappelé qu’avant son élection historique, "la femme était marginalisée, sans voix, n’ayant même pas le droit de participer ni à la nomination ni à l’exploitation". C’est le discours du Roi et les lois prévues par la Constitution qui sont venus "soutenir le droit de la femme soulaliya à l’exploitation sur le même pied d’égalité que l’homme”, a t-elle indiqué.

En sa qualité de nouvelle représentante de la communauté Soulaliyate de Ouled Ahmed, elle compte soumettre au ministère de tutelle quelques propositions dont l’organisation d’une formation à l’intention des nouveaux représentants sur la gestion de la communauté, la création d’un numéro vert afin de consulter l’autorité chargée des affaires des soulaliyates en cas d’urgence, la tenue d’une réunion annuelle des élus des communautés au niveau national, et la généralisation de cette expérience à l’ensemble des communautés Soulaliyate du Maroc.

Mme Assoul a salué le rôle de l’Association des représentants des familles de la communauté soulaliyate de Ouled Ahmed Souk Larbaa dans la réussite de l’expérience de cette communauté grâce au "travail inlassable" visant à unir les membres de la communauté, à consolider la communication entre eux, à créer une association regroupant la communauté et l’établissement d’un forum pour communiquer avec les membres de la communauté qui résident à l’extérieur du village ou à l’étranger, à organiser des campagnes de sensibilisation aux droits des ayant-droits, en particulier les femmes.

La nouvelle représentante est venue à la tête de la communauté avec un programme bien défini et une volonté à remettre chaque chose à sa place. C’est ainsi qu’elle a dénoncé le fait que seules trois ou quatre personnes connaissent les propriétés de la communauté soulaliyate. Elle a expliqué qu’une pétition a été signée par 150 membres de la communauté et soumise aux autorités afin d’exiger le changement du naib qui occupait ce poste depuis plus de deux décennies, et qui n’est plus dans les conditions requises pouvant lui permettre d’exercer ses fonctions. Plusieurs réunions ont été tenues sans aboutir à un accord, conduisant à l’organisation des élections pour la première fois dans l’histoire de la communauté soulaliyate au Maroc, selon la même source.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Elections - Femme marocaine - Ministère de l’Intérieur (Maroc)

Aller plus loin

Fès : un député cité dans une affaire de détournement de terres soulaliyates

Le député et président du Conseil provincial du Parti Authenticité et Modernité (PAM), impliqué dans une affaire de droits d’exploitation de terres soulaliyates, vient d’être...

La Marocaine Houria Ech Chaibi prend la tête de la mutuelle Umivale Activa

La Marocaine Houria Ech Chaibi, représentante de Mercadona, a été nommée présidente de la mutuelle Umivale Activa par le conseil d’administration de l’institution qui s’est...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : vers un congé menstruel pour les femmes ?

Le Maroc s’apprête-t-il à emboîter le pas à d’autres pays en octroyant aux femmes un congé menstruel ? Le sujet intéresse un groupe parlementaire qui a déjà déposé un projet de loi dans ce sens.

Le Maroc prolonge encore l’état d’urgence sanitaire

Réuni jeudi lors de sa séance hebdomadaire, le conseil de gouvernement a adopté le projet de décret portant prorogation, à nouveau, de l’état d’urgence sanitaire.

Ramadan et menstrues : le tabou du jeûne brisé

Chaque Ramadan, la question du jeûne pendant les menstrues revient hanter les femmes musulmanes. La réponse n’est jamais claire, noyée dans un tabou tenace.

Fermeture des hammams au Maroc : la question arrive au parlement

Plutôt que de fermer les bains publics pour rationaliser l’eau, la députée du parti socialiste, Majida Chahid, propose de fixer la capacité d’accueil de ces établissements ou de déterminer la quantité d’eau à utiliser par client.

Maroc : les démolitions sur les plages sont elles légales ?

Abdelouafi Laftit, ministre de l’Intérieur a été interpellé par Abdellah Bouanou, président du groupe parlementaire du Parti de la Justice et du Développement (PJD), sur le respect de la loi dans le processus de démolition de plusieurs résidences...

Terres soulaliyates : mise en garde du ministère de l’Intérieur

La légalisation des signatures portant sur des transferts de propriété de terres soulaliyates est « illégale » et peut donner lieu à des poursuites judiciaires, a rappelé le ministère de l’Intérieur aux présidents des collectivités territoriales.

Le racket des gardiens de voitures au Maroc dénoncé

Le groupe parlementaire du Parti du progrès et du socialisme (PPS) exprime son inquiétude face à ce qu’il qualifie de “harcèlement” et “racket” dont sont victimes les automobilistes par les auto-proclamés gardiens de voitures.

Maroc : la fermeture des hammams fait des malheureux

La Fédération nationale des associations des propriétaires et exploitants des bains traditionnels au Maroc a adressé un courrier au ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit, l’invitant à reconsidérer la décision de fermeture des hammams trois jours...

Maroc : plus de droits pour les mères divorcées ?

Au Maroc, la mère divorcée, qui obtient généralement la garde de l’enfant, n’en a pas la tutelle qui revient de droit au père. Les défenseurs des droits des femmes appellent à une réforme du Code de la famille pour corriger ce qu’ils qualifient...

Maroc : ménage au ministère de l’Intérieur ?

Un nouveau redéploiement s’annonce imminent au ministère de l’Intérieur avec, à la clé, la mise à la retraite de bon nombre de walis et gouverneurs et des nominations.