Maroc : le divorce d’une ministre devient une affaire politique

11 avril 2015 - 22h43 - Maroc - Ecrit par : J.L

Hamid Chabat, secrétaire général du parti de l’Istiqlal, "en manque d’inspiration", a fait du divorce de la ministre Soumia Benkhaldoun une affaire politique. Le controversé maire de Fès a été jusqu’à accuser Lahbib Choubani, autre ministre du gouvernement Benkirane d’être à l’origine de la séparation de Benkhaldoun et de son époux après plus de 30 ans de mariage.

Le divorce de la ministre islamiste est désormais une affaire publique abordée lors des meetings politiques et débattu aussi bien par les partis de l’opposition que ceux de la majorité, mais aussi dans les salons feutrés de la capitale administrative marocaine.

Histoire d’amour au gouvernement

L’histoire a pris des tournures rocambolesques après les spéculations faites autour d’une supposée relation d’amour entre deux ministres du gouvernement Benkirane.

Le chef de l’exécutif, raconte-t-on, aurait même interdit au ministre et à la ministre déléguée de se rencontrer à l’intérieur des ministères. La ministre Charafat Afillal a été la première à réagir et à dénoncer l’implication des médias dans la vie privée de membres du gouvernement, avant que la presse ne divulgue le divorce de Soumia Benkhaldoun.

Chabat s’empare également de l’affaire quelques jours plus tard. Lors d’un meeting à Errachidia, le patron de l’Istiqlal a clairement insinué qu’un ancien député de cette ville du sud, et ministre dans l’actuel gouvernement, était à l’origine du divorce d’une ministre déléguée et de l’éclatement de sa famille.

Quand un divorce devient une affaire politique

Hamid Chabat affirme que le gouvernement et son chef menacent même l’unité de la famille marocaine. Soumia Benkhaldoun finit par réagir sur sa page Facebook, qualifiant de mensongers les propos de Chabat, qui a fait de son divorce, le sujet d’un discours censé être politique et intéressant l’opinion publique.

Quelques heures plus tard, Choubani, ministre chargé des relations avec le parlement et la société civile rompt également son silence pour condamner "les propos calomnieux" de Chabat, ajoutant que si les gens se préoccupaient de leur vie privée et en font le sujet d’un discours, "la politique serait morte depuis longtemps".

El Habib Choubani aurait même demandé l’autorisation d’Abdelilah Benkirane pour poursuivre le secrétaire général de l’Istiqlal pour diffamation.

Hakima El Haite, ministre déléguée chargée de l’Environnement, a manifesté son mécontentement quant à la "bassesse du discours politique", appelant à rehausser le niveau du débat... . Même si il y a une relation entre deux ministres, cela reste une affaire privée, dont il ne faut pas parler.

Polémique

Le divorce de Soumia Benkhaldoun a suscité une forte polémique sur les réseaux sociaux. Les avis sont partagés. Les uns appellent au respect de la vie privée de la ministre, d’autres estiment que la responsable, après plus de 30 ans de mariage et grand-mère de surcroît, ne devait pas divorcer.

Certains ont été jusqu’à prétendre que Benkhaldoun et Choubani ne sont pas les deux ministres amoureux, spéculant ainsi sur la véritable identité des tourtereaux de l’exécutif islamiste...

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Abdelilah Benkirane - Elhabib Choubani - Gouvernement marocain - Soumia Benkhaldoun - Relation amoureuse

Aller plus loin

Benkirane déclare sa flamme à sa femme, mais fait du charme à une journaliste

Le chef du gouvernement Abdelilah Benkirane qui présidait mercredi la remise des prix Tamayuz (Excellence) pour la femme marocaine à Casablanca, n’a pas pu s’empêcher de...

Une ministre du gouvernement Benkirane divorce

Soumia Benkhaldoun, ministre déléguée auprès du ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et de la Formation des cadres, vient d’annoncer son divorce...

Maroc : « Polygamie au conseil des ministres »

Le titre a de quoi titiller, mais il a été choisi ce matin par l’agence espagnole EFE pour relater les fiançailles des deux ministres marocains, Lahbib Choubani et Soumia...

Une histoire d’amour entre deux ministres inquiète Benkirane

Une histoire d’amour entre un ministre et une ministre déléguée au gouvernement marocain inquiète au plus haut niveau le chef de l’exécutif Abdelilah Benkirane. La relation des...

Ces articles devraient vous intéresser :

Aïd al-Fitr au Maroc : jour de congé supplémentaire

Le gouvernement marocain a pris une mesure exceptionnelle en décidant d’accorder un jour de congé supplémentaire aux fonctionnaires de l’État à l’occasion de la fête de l’Aïd al-Fitr, qui devrait avoir lieu au Maroc le samedi 22 avril prochain.

Tanger Med : Un recrutement qui fait polémique

Zineb Simou, la parlementaire du parti Rassemblement national des Indépendants (RNI), a interpellé le gouvernement d’Aziz Akhannouch sur un recrutement au port de Tanger Med jugé exclusif.

Maroc : la réforme de l’impôt sur le revenu sera effective en 2023

Annoncé en juillet dernier, la réforme de l’impôt sur le revenu (IR) entre dans sa phase active dès 2023. Selon le porte-parole du gouvernement, Mustapha Baïtas, plus rien ne pourra retarder son application.

Croissance économique en 2023 : le Maroc entre optimisme gouvernemental et les incertitudes du HCP

En 2023, le Maroc devra faire face à des défis économiques importants, selon le Haut commissariat au plan (HCP). Les experts de cette institution estiment que la croissance économique atteindra seulement 3,3% cette année, en deçà des prévisions du...

Maroc : des villageois lancent un appel au roi Mohammed VI

Les habitants d’un village touché par le puissant et dévastateur tremblement de terre, sont en colère contre le gouvernement à cause de l’aide d’urgence qu’ils affirment ne pas avoir encore reçu. Ils appellent le roi Mohammed VI au secours.

Maroc : très bonne nouvelle pour les salariés

En application de l’accord signé le 30 avril 2022 entre le gouvernement et les syndicats, le salaire minimum interprofessionnel garanti (SMIG) va augmenter de 5 % dès le 1ᵉʳ septembre dans les secteurs de l’industrie, du commerce, de l’agriculture et...

Cafés et restaurants au Maroc : un secteur en danger de mort ?

Face à la fermeture de nombreux cafés et restaurants, les professionnels du secteur tirent la sonnette d’alarme. Ils ont saisi Younes Sekkouri, Ministre de l’Inclusion économique, de la Petite Entreprise, de l’Emploi et des Compétences, et exigent une...

Jamaa Mouatassim démissionne du PJD, crise au sein de la formation islamiste

Le secrétaire général du Parti de la Justice et du développement (PJD), Jamaa Mouatassim, a démissionné vendredi du bureau du parti, après les rumeurs affirmant qu’il serait le conseiller politique d’Aziz Akhannouch, le chef du gouvernement.

Le Maroc veut faire payer les géants du Web

Le gouvernement marocain est préoccupé par la réglementation fiscale des géants du numérique. Dans ce sens, il propose de nouvelles obligations fiscales dans le cadre du projet de loi de Finances (PLF) de l’exercice 2024.

Le PJD exprime son regret après la mise en garde du Cabinet royal

Le Parti Justice et Développement (PJD) est sorti de son silence après avoir été recadré par le Cabinet royal au sujet des relations du Maroc avec Israël. Dans un communiqué signé par son secrétaire général, Abdelilah Benkirane, le parti a exprimé son...