Maroc-Espagne : alliés et rivaux !

12 septembre 2011 - 13h03 - Espagne - Ecrit par : J.L

Officiellement alliés stratégiques, le Maroc et l’Espagne n’en demeurent pas moins d’eternels rivaux. L’histoire contemporaine des relations conflictuelles entre les deux pays voisins, souvent parsemée d’embûches depuis la crise de l’ilot Perejil/Leila (11 juillet 2002), est animée par la volonté espagnole initiée par l’ancien président du gouvernement ibérique, José Maria Aznar, de maintenir le Maroc en situation de ’’préoccupation permanente’’.

L’Espagne multiplie les attaques et ne rate aucune occasion pour tenter de faire de l’ombre au Maroc et alimenter des polémiques basées sur des informations erronées.

En novembre dernier, trois millions de Marocains avaient participé à une marche à Casablanca, pour protester contre l’hostilité du Parti Populaire espagnol et de certains médias ibériques envers le Maroc depuis les événements du 8 novembre dernier à Laâyoune.

Un récent rapport du Centre National du Renseignement espagnol (CNI) cité par le quotidien El Pais, accuse pour sa part le Maroc d’utiliser la religion afin de contrôler ses immigrants établis en Espagne et la création de lobbies marocains de pression à Madrid et dans toutes les autres villes d’Espagne.

L’information qui s’est avérée fausse, citait une réunion qui avait eu lieu à Marrakech en 2008, entre les responsables de la Direction Générale des Études et de la Documentation (DGED), le ministère des Habous et des Affaires Islamiques et des imams et responsables de centres islamiques dans la péninsule ibérique. Cette réunion était focalisée en fait sur "l’apprentissage du rite malékite de l’islam marocain, reconnu pour sa tolérance et sa modération", rapporte le site d’information Atlantico.

L’auteur Abdelmalek Alaoui, revient aussi sur une information relayée par plusieurs médias espagnols, qui indique que le ministre de la Culture marocain, Bensalem Himmich, aurait demandé à ce que les recettes du palais de l’Alhambra qui s’élèvent à près de 453 millions d’euros, profitent également au Maroc, en raison des droits historiques dont jouit le Royaume, explique le quotidien ABC.

ABC qui avait repris des informations erronées diffusées par des sites "ultranationalistes espagnols", avait reconnu la manipulation, mais cette affaire pourrait être la goutte de trop.

Secouée par une crise qui risque de porter un coup fatal à son économie et à ses structures sociales, l’Espagne tenterait désespérément de faire porter le chapeau de ses échecs au Maroc et reprendre en main sa politique d’immigration, estiment des spécialistes des rapports Maroco-ibériques.

La prochaine visite prévue en septembre du controversé patron du PP, Mariano Rajoy, à Sebta et Melilla, risque de raviver encore une fois la tension entre le Maroc et l’Espagne. En attendant les officiels ibériques continuent à soutenir que le Maroc est toujours un allié stratégique, mais l’arrivée probable au pouvoir du Parti Populaire (PP), risque de porter un coup fatal aux relations entre les deux pays, préconisent plusieurs observateurs.

Dans son dernier livre "Maroc-Espagne, la guerre des ombres (2000-2010)", le journaliste marocain Omar Dahbi, estime que même si le Maroc a donné suffisamment de signaux forts, ces dernières années, "sur sa volonté de faire du voisin du Nord un partenaire réel sur les fronts économique, politique et sécuritaire, il existe encore des attitudes réactionnaires dans les arcanes du pouvoir, réel et non apparent, qui ne veulent pas changer d’attitude" et pour qui "le Maroc est une menace et il faut toujours s’en méfier".

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Espagne - Tsunami - Défense - Armement - Ilôt Leïla - Mariano Rajoy - Direction Générale des Études et de la Documentation (DGED)

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : le chantier de maintenance des aéronefs militaires s’accélère

Le Maroc s’active pour la mise en place d’un écosystème d’industries dédiées à la maintenance d’avions militaires. Un projet qui s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du Plan d’accélération industrielle.

Le Maroc investit massivement dans sa défense et son industrie militaire

Le budget du ministère marocain de la Défense nationale devrait atteindre 124,7 milliards de dirhams l’année prochaine, selon le Projet de loi de finances (PLF) 2024. Un budget en hausse d’environ 5 milliards de dirhams par rapport à 2023.

Les F-16 Viper de Lockheed Martin bientôt en action au Maroc

Les 25 avions de combat américains F-16 VIPER fabriqués par le groupe américain Lockheed Martin sont en passe d’être livrés au Maroc.

Port d’armes : le Maroc durcit son arsenal juridique

Le gouvernement fait du contrôle des armes à feu une priorité. Dans ce sens, il a adopté un projet de loi pour répondre aux défis actuels et aux mutations sociales et technologiques. Ce projet est déjà sur la table du Parlement.

L’armée marocaine envoie l’artillerie lourde au Sahara

Après avoir prolongé en 2021 le mur de défense de 50 km à l’est pour sécuriser Touizgui dans la province d’Assa-Zag et compléter le dispositif sécuritaire à l’est, les Forces armées royales (FAR) ont déployé l’artillerie lourde dans la même zone.

Comment le Maroc et Israël renforcent leur coopération militaire

Depuis la normalisation de leurs relations en décembre 2020, le Maroc et Israël travaillent à renforcer leur coopération militaire au grand dam de l’Algérie, qui craint pour sa sécurité.

Le Maroc va réceptionner ses premiers hélicoptères H135

Le Maroc va bientôt doter son armée de l’air de cinq hélicoptères H135 qui remplaceront l’AB206 pour la formation des pilotes dans les missions de transport, de recherche et de sauvetage.

La normalisation des relations avec le Maroc booste les exportations d’armes israéliennes

Depuis la normalisation des relations entre le Maroc et Israël, les exportations d’armes israéliennes ne cessent d’augmenter. Une hausse de 30 % a été enregistrée l’année dernière grâce, notamment, au Maroc.

Le Maroc modernise ses Forces royales air avec des nouveaux hélicoptères

Les Forces royales air devraient bientôt recevoir de nouveaux hélicoptères H135M commandés auprès du constructeur européen Airbus Helicopters.

La fabrication de drones militaires devient réalité au Maroc

Le Maroc a démarré les activités industrielles de défense, notamment la fabrication de drones équipés de matériel d’observation, de surveillance et d’armement.