Maroc : enquête judiciaire pour soupçons de fraude dans le secteur de l’éducation

1er juillet 2022 - 22h20 - Maroc - Ecrit par : A.T

Suite au rapport alarmant publié sur le programme d’urgence de l’Éducation nationale par la Cour des comptes, 300 hauts responsables du secteur, soupçonnés de mauvaise gestion, sont actuellement entendus par la justice.

Il s’agit de hauts responsables du ministère de l’Éducation nationale, d’anciens directeurs des Académies régionales, des délégués provinciaux ainsi que des chefs de service, qui sont auditionnés par des juges d’instruction, rapporte Al Akhbar, soulignant que l’enquête pourrait s’étendre à d’autres responsables du ministère.

A lire : Maroc : un budget de 62 milliards de DH pour l’éducation en 2022

Ces différents responsables à divers niveaux ont été épinglés dans des défaillances dans l’octroi des marchés publics. C’est justement l’enregistrement d’une communication téléphonique entre la responsable d’une société et l’ancienne directrice de l’Académie de Rabat qui a déclenché ce scandale.

La Cour des comptes avait publié un rapport alarmant sur le programme d’urgence de l’Éducation nationale dans lequel elle a pointé du doigt de graves dysfonctionnements dans les dépenses des crédits alloués. Ces crimes financiers seraient commis dans les villes de Rabat, Casablanca, Marrakech et Fès, précise le journal.

Sujets associés : Droits et Justice - Education - Enquête - Cour des comptes

Aller plus loin

Maroc : un budget de 62 milliards de DH pour l’éducation en 2022

Le gouvernement marocain a prévu, dans le Projet de loi de finance 2022, la somme 62,45 milliards de DH pour soutenir le secteur de l’Éducation et le préscolaire.

Ces articles devraient vous intéresser :

Le roi Mohammed VI nomme de nouveaux magistrats dans les juridictions financières

Le Roi Mohammed VI, président du Conseil supérieur du pouvoir judiciaire, a approuvé la nomination de 30 nouveaux magistrats dans des postes de responsabilité au sein des juridictions financières.

Affaire de viol : Achraf Hakimi devant le juge

L’international marocain du Paris Saint-Germain, Achraf Hakimi, a eu affaire à la justice ce vendredi matin, en lien avec une accusation de viol portée contre lui.

Université Paris-Dauphine : propos racistes envers une étudiante voilée

Une étudiante voilée a été victime de propos racistes de la part d’une intervenante du jury lors d’une soutenance de fin d’année à l’Université Paris-Dauphine.

Enfants hors mariage : « la fête d’une nuit est à payer pendant 21 ans »

Comme pour les couples mariés, les enfants nés hors mariage au Maroc seront pris en charge par les parents. Une disposition est prévue dans le nouveau Code pénal pour reconnaitre leur droit, a annoncé le ministre de la Justice Abdellatif Ouhabi.

Maroc : un ancien diplomate accusé de prostitution de mineures risque gros

L’association Matkich Waldi (Touche pas à mon enfant) demande à la justice de condamner à des « peines maximales » un ancien ambassadeur marocain, poursuivi pour prostitution de mineures.

Des ennuis judiciaires pour deux anciens ministres (15 milliards de DH en jeu)

L’Association marocaine de la protection des deniers publics vient de déposer une plainte devant la justice contre deux anciens ministres de la Jeunesse et des sports et d’autres responsables pour avoir dilapidé environ 15 milliards de dirhams.

Vers une révolution des droits des femmes au Maroc ?

Le gouvernement marocain s’apprête à modifier le Code de la famille ou Moudawana pour promouvoir une égalité entre l’homme et la femme et davantage garantir les droits des femmes et des enfants.

Redressement fiscal : Sound Energy fait appel

La compagnie gazière britannique Sound Energy annonce avoir fait appel devant le tribunal administratif, en vue de contester le redressement fiscal mené en 2020 par l’administration générale des Impôts, qui lui a réclamé 2,55 millions de dollars d’impôts.

Le harcèlement sexuel des mineures marocaines sur TikTok dénoncé

Lamya Ben Malek, une militante des droits de la femme, déplore le manque de réactivité des autorités et de la société civile marocaines face aux dénonciations de harcèlement sexuel par des mineures sur les réseaux sociaux.

Maroc : plus de droits pour les mères divorcées ?

Au Maroc, la mère divorcée, qui obtient généralement la garde de l’enfant, n’en a pas la tutelle qui revient de droit au père. Les défenseurs des droits des femmes appellent à une réforme du Code de la famille pour corriger ce qu’ils qualifient...