Maroc : une bonne nouvelle pour les salariés ?

23 août 2023 - 12h00 - Economie - Ecrit par : S.A

Le dialogue social entre le gouvernement, le patronat et les syndicats va se tenir en septembre. Le salaire minimum interprofessionnel garanti (SMIG) va-t-il augmenter de 5 % dès le 1ᵉʳ septembre, conformément à l’accord signé le 30 avril 2022 ?

En application de l’accord signé le 30 avril 2022 entre le gouvernement et les syndicats, le salaire minimum interprofessionnel garanti (SMIG) devrait augmenter de 5 % dès le 1ᵉʳ septembre. La hausse du SMIG avait été décidée en septembre 2022 lors d’une rencontre entre le gouvernement, les syndicats et la Confédération Générale des Entreprises du Maroc (CGEM). L’accord social prévoit une augmentation générale de 10 % du SMIG pour une heure de travail pour les professions libérales et les secteurs de l’industrie et du commerce sur deux ans. Une hausse de 5 % était ainsi programmée pour septembre 2022 et le salaire est passé de 14,81 dirhams par heure à 15,55 dirhams, soit un salaire mensuel de 2 970 dirhams. Une nouvelle hausse de 5 % devrait être appliquée dès septembre 2023, et le salaire par heure devrait s’élever à 16,29 dirhams par heure, soit 3 111 dirhams par mois.

À lire :Maroc : très bonne nouvelle pour les salariés

Pour l’heure, une question occupe tous les esprits : cette hausse sera-t-elle appliquée ? Selon l’Union marocaine du travail (UMT), Miloudi Moukharik, le SMIG devrait être porté à 5 000 dirhams et cette revendication sera présentée au gouvernement au cours du mois de septembre prochain, en vue de faire face à l’augmentation du coût de la vie, rapporte le quotidien Les Inspirations Éco. « Lorsque les salaires demeurent très bas par rapport à l’augmentation des prix, ce sont principalement les travailleurs rémunérés au SMIG qui en souffrent », relève pour sa part l’économiste Omar Kettani. Il plaide pour l’indexation des salaires sur le taux d’inflation. Badr Lachgar, économiste et analyste financier, estime que le SMIG à 5 000 dirhams permettra à la population de regagner le pouvoir d’achat perdu à cause de l’inflation galopante enregistrée ces dernières années.

À lire :Maroc : une nouvelle hausse des salaires en discussion

Cette hausse du SMIG ne sera toutefois pas sans conséquence sur les entreprises et les niveaux de prix. « Une telle hausse va forcément les pousser à augmenter leurs prix de vente pour compenser la hausse de leur masse salariale. De même, les entreprises qui opèrent dans l’export auront également du mal à préserver leur compétitivité-coût, car le coût de revient de leur production augmenterait », a-t-il expliqué. Cette hausse peut aussi avoir pour conséquence l’augmentation de la masse monétaire en circulation, par ricochet une forte inflation.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Conseil de gouvernement

Aller plus loin

Maroc : une nouvelle hausse des salaires en discussion

Une nouvelle hausse des salaires pour les fonctionnaires marocaines serait actuellement en discussion au sein du gouvernement. La nouvelle a été confirmée par le ministre de...

Fonctionnaires marocains : une décennie de croissance salariale

Entre 2012 et 2022, le salaire moyen dans la fonction publique marocaine a connu une hausse de 15,1 %, selon le ministère de l’Économie et des finances.

Maroc : les salaires des imams vont augmenter

Les imams au Maroc verront leur allocation augmenter de façon progressive pendant les quatre prochaines années. Le roi Mohammed VI en a donné l’instruction, selon le ministère...

Maroc : très bonne nouvelle pour les salariés

En application de l’accord signé le 30 avril 2022 entre le gouvernement et les syndicats, le salaire minimum interprofessionnel garanti (SMIG) va augmenter de 5 % dès le 1ᵉʳ...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : appel pressant des exportateurs de légumes

Les associations de producteurs et exportateurs de fruits et légumes appellent le gouvernement d’Aziz Akhannounch à autoriser la reprise des exportations.

Maroc : pas de congé menstruel pour les femmes fonctionnaires

La proposition de loi visant à instaurer un congé menstruel, d’une durée ne dépassant pas deux jours par mois, en faveur des femmes fonctionnaires n’a pas reçu l’assentiment du gouvernement.

Maroc : l’état d’urgence sanitaire prolongé jusqu’au 31 décembre

Le gouvernement vient d’annoncer, une nouvelle fois, la prorogation de l’état d’urgence sanitaire sur l’ensemble du territoire national.

Maroc : allègement des mesures fiscales pour 2023

Le gouvernement marocain a décidé d’alléger une série de mesures fiscales consignées dans le projet de loi de finances 2023 qui fera l’objet d’examen et de vote à la Chambre des conseillers dès ce lundi 5 décembre 2022.

Port d’armes : le Maroc durcit son arsenal juridique

Le gouvernement fait du contrôle des armes à feu une priorité. Dans ce sens, il a adopté un projet de loi pour répondre aux défis actuels et aux mutations sociales et technologiques. Ce projet est déjà sur la table du Parlement.

Maroc : plus d’exonérations aux promoteurs immobiliers ?

Le conseil de gouvernement veut sonner la fin des exonérations accordées aux promoteurs immobiliers. Elles seront remplacées par des aides directes, lesquelles seront accordées aux acquéreurs.

Maroc : l’état d’urgence sanitaire prolongé encore d’un mois

Réuni en séance hebdomadaire ce jeudi 29 décembre 2022, le gouvernement a décidé de prolonger jusqu’au 31 janvier 2023, l’état d’urgence sanitaire.

Maroc : où en est l’aide au logement ?

Des discussions sont en cours entre les parties prenantes pour finaliser le décret relatif à l’aide directe au logement en vue de sa présentation au Conseil de gouvernement dans les prochains jours.

Maroc : remaniement ou pas remaniement ?

L’éventualité d’un remaniement ministériel agite l’opinion publique marocaine. Aziz Akhannouch prépare-t-il un réajustement de son équipe ?

Le Maroc met fin à l’état d’urgence sanitaire

Le gouvernement marocain a décidé de mettre fin à l’état d’urgence sanitaire en vigueur depuis l’apparition des premiers cas de contamination au coronavirus.