Maroc : que retenir du projet de loi sur la légalisation du cannabis ?

9 mars 2021 - 06h40 - Maroc - Ecrit par : I.L

À quelques jours du troisième Conseil de gouvernement qui se penchera sur le projet de légalisation du cannabis au Maroc, voici quelques détails sur ce texte de loi examiné lors des deux dernières réunions du gouvernement. Ce projet en cours d’examen vise la promotion des filières du cannabis médical, cosmétique et industriel. Sa production est uniquement autorisée dans le périmètre défini par voie réglementaire et ce périmètre évolue en fonction des besoins de la demande nationale et internationale.

L’importation et l’exportation des semences et plants, la réalisation et l’exploitation des pépinières, la culture et la transformation du cannabis, l’export du cannabis et de ses dérivés, l’import des produits à base de cannabis, sa commercialisation et ses dérivés ainsi que le transport sont soumis à autorisation, pour une durée maximum de 10 ans, renouvelable.

Pour introduire une demande d’autorisation pour la culture du cannabis, seuls sont autorisés, les citoyens majeurs dont les parcelles à exploiter sont situées dans le périmètre réglementaire et ayant fait leur adhésion à une coopérative créée à cet effet (loi 112-12). Sont également autorisés, les propriétaires de la parcelle objet de la demande, disposant d’un document délivré par les autorités administratives locales attestant de l’exploitation de ladite parcelle. Le paysan autorisé s’engage à n’utiliser que des plants certifiés par l’Agence, livrer à la coopérative à laquelle il adhère, la totalité de sa production, respecter le cahier des charges des bonnes pratiques de production arrêté par l’Agence.

S’agissant des engagements de la coopérative d’agriculteurs autorisée, elle doit conclure avec un ou plusieurs transformateurs et/ou sociétés d’export autorisés, un contrat de vente des récoltes qui lui sont livrées par les agriculteurs adhérents, livrer la totalité des récoltes aux transformateurs en présence des autorités concernées (opération sanctionnée par un PV). En ce qui concerne la société de transformation autorisée, elle devra être de droit privé marocain, disposer des références techniques, humaines et financières relatives à l’activité, prendre l’engagement de signer des contrats d’achat avec un ensemble de coopératives de producteurs autorisées, disposer des autorisations nécessaires à l’exercice de ses activités (pharmaceutique par exemple), s’engager à respecter le cahier des charges des bonnes pratiques de production arrêté par l’Agence.

Quant à la société de commercialisation, d’import ou d’export des produits industriels, elle devra être de droit privé marocain, disposer des références techniques, humaines et financières relatives à l’activité, disposer des autorisations nécessaires à l’exercice de ses activités, s’engager à respecter le cahier des charges arrêté par l’Agence.

Par ailleurs, la teneur maximale en THC au-delà de laquelle les variétés de cannabis cultivées sont exclusivement destinées au secteur médical est fixée par voie réglementaire (cette teneur est de 0,2 % en Europe actuellement). Il en est de même de la teneur maximale en THC des produits finis (hors médicaux) qui est également est fixée par voie réglementaire (cette teneur varie de 0 à 2 % en Europe actuellement).

En ce qui concerne la commercialisation, l’import et l’export des produits médicaux et pharmaceutiques non médicaux, il relève du Code du Médicament et de la Pharmacie (loi 17-04) et du Dahir de 1922. C’est également le cas de la commercialisation, l’import et l’export des autres produits, qui sont soumis à l’autorisation de la future Agence créée par le projet de loi. Une fois créée, elle devra exécuter la stratégie de l’État en matière de culture, de production, de transformation et de commercialisation du cannabis destiné aux usages médical, cosmétique et industriel. Pour finir, des sanctions sont prévues dans le cas du non-respect de ces dispositions par les différents opérateurs.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Cannabis - Conseil de gouvernement

Aller plus loin

Le PJD va-t-il bloquer l’adoption du projet de loi sur l’usage légal du cannabis ?

Le Parti justice et développement (PJD) semble déterminé à bloquer l’adoption du projet de loi sur l’usage légal du cannabis. Son secrétaire général Saâdeddine El Othmani,...

Maroc : nouveau report de l’examen sur la légalisation du cannabis

Réuni ce jeudi 4 mars 2021 en visioconférence sous la présidence du chef du gouvernement, Saâd Eddine El Othmani, le conseil du gouvernement a reporté à nouveau l’examen du...

Le Maroc accuse l’Algérie d’avoir voulu saboter ses efforts pour la légalisation du cannabis

Chakib Al khayari, co-fondateur du collectif pour l’usage thérapeutique et industriel du Kif affirme que l’Algérie a voulu saboter les efforts du Maroc pour la légalisation du...

Légalisation du cannabis : un ancien ministre PJDiste accuse Benkirane

Lahcen Daoudi, ancien ministre PJDiste, a rappelé l’importance de l’usage licite du cannabis, sujet qui menace la stabilité du parti de la lampe. Dans un entretien, il a accusé...

Ces articles devraient vous intéresser :

Nabyl Lakhdar n’est plus directeur de l’administration de la douane

Le gouvernement a annoncé la nomination de Nabyl Lakhdar, ancien directeur général de l’administration de la Douane, au poste de Secrétariat général du ministère de l’Économie et des Finances.

Le Maroc proroge, à nouveau, l’état d’urgence sanitaire

Le Maroc a décidé de prolonger l’état d’urgence sanitaire jusqu’au 30 novembre 2022, afin de faire face à la propagation du Covid-19 dans le pays.

La salaire minimum augmente de 5% au Maroc

Le Conseil de gouvernement a adopté, jeudi, un décret portant augmentation immédiate du Salaire minimum interprofessionnel garanti (SMIG) et du Salaire minimum agricole garanti (SMAG) en accord avec les négociations menées avec les syndicats.

Maroc : une aide directe aux veuves

Le Conseil de gouvernement, présidé par le Chef du gouvernement Aziz Akhannouch, se réunira jeudi 6 avril pour examiner plusieurs projets de décrets, selon un communiqué du département du Chef du gouvernement publié lundi.

Le Maroc prolonge encore l’état d’urgence sanitaire

Réuni jeudi lors de sa séance hebdomadaire, le conseil de gouvernement a adopté le projet de décret portant prorogation, à nouveau, de l’état d’urgence sanitaire.

Appel à l’intervention du roi Mohammed VI pour remanier le gouvernement

Sur la toile, les internautes marocains sollicitent l’intervention du roi Mohammed VI pour un remaniement urgent du gouvernement d’Aziz Akhannouch.

Maroc : l’état d’urgence sanitaire prolongé encore d’un mois

Réuni en séance hebdomadaire ce jeudi 29 décembre 2022, le gouvernement a décidé de prolonger jusqu’au 31 janvier 2023, l’état d’urgence sanitaire.

Maroc : plus d’exonérations aux promoteurs immobiliers ?

Le conseil de gouvernement veut sonner la fin des exonérations accordées aux promoteurs immobiliers. Elles seront remplacées par des aides directes, lesquelles seront accordées aux acquéreurs.

Le Maroc pourrait taxer les superprofits des distributeurs pétroliers

Sur recommandation du Conseil de la concurrence, le gouvernement envisage d’inclure dans le projet de loi de finances 2023, l’instauration d’une taxe exceptionnelle sur les superprofits des distributeurs pétroliers.

Le portefeuille des Marocains du monde aiguise des appétits

Dans son discours prononcé à l’occasion de l’anniversaire de la révolution du roi et du peuple, Mohammed VI a appelé à renforcer le cadre législatif de la diaspora marocaine. Depuis, la majorité gouvernementale se dispute le portefeuille des Marocains...