Maroc : les marchands ambulants, un « mal nécessaire » dans l’écoulement des fruits frais

10 janvier 2022 - 07h00 - Economie - Ecrit par : S.A

Considérés comme « un mal nécessaire », les marchands ambulants contribuent à l’écoulement de 30 % de la production nationale en fruits frais. Le Conseil économique, social et environnemental (CESE) formule des propositions pour leur intégration dans le tissu économique et social.

« Le volume de la production nationale en fruits frais (oranges, pommes, pêches, prunes, abricots, cerises, kaki…) est de l’ordre de 1 648 000 tonnes. Plus que les deux tiers de cette production, soit 80 %, sont consommés en tant que fruits, directement récoltés des vergers ou après une durée de conservation de quelques mois dans les unités frigorifiques », explique à La Vie éco Tayab Snoussi, président de la Fédération interprofessionnelle de la filière de l’arboriculture fruitière (FéDAM). Mais la multiplicité des intermédiaires dans la chaîne d’approvisionnement a entraîné une augmentation des prix à la consommation pouvant passer du simple au triple.

À lire : Maroc : vers un cadre juridique pour les marchands ambulants

Une hausse non profitable aux agriculteurs et consommateurs qui a fait émerger le commerce ambulant des fruits au niveau national. Bon nombre de commerçants s’approvisionnent auprès de ces commerçants ambulants. « Il s’agit d’un ‘mal nécessaire’ qui est venu pallier cette problématique de prix élevés. Les marchands ambulants participent donc à l’écoulement d’environ 30 % de la production nationale en fruits frais », précise Tayab Snoussi, soulignant que leur nombre varie selon les saisons et la disponibilité des fruits. « On estime leur nombre à plus de 100 000 vendeurs ambulants au niveau national. Ils sont spécialisés dans la vente des fruits avec une répartition inégale entre les villes, avec, comme ordre de grandeur, 8 000 à 10 000 à Casablanca, 4 000 à Rabat, 3 000 à Marrakech… ». Selon la FéDAM, un marchand ambulant de fruits peut réaliser un chiffre d’affaires moyen quotidien allant de 1 000 à 1 500 DH.

À lire : Maroc : le cri de cœur des marchands ambulants

Fort de leur importance dans l’écoulement de la production nationale en fruits frais, le Conseil économique, social et environnemental (CESE) formule des propositions pour leur intégration dans le tissu économique et social. On peut citer entre autres, établir un système ouvert de formation professionnelle pour habiliter une part importante des marchands ambulants à exercer des activités alternatives ; élaborer des programmes de formation flexibles en matière d’alphabétisation, du digital, de santé et de sécurité, de service client, de marketing et de gestion. Le conseil recommande par ailleurs que les marchands ambulants puissent bénéficier d’un soutien financier de la part de l’État, afin de s’engager dans des programmes de formation.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Agriculture - Conseil Economique, Social et Environnemental (CESE)

Aller plus loin

Maroc : vers un cadre juridique pour les marchands ambulants

Le Conseil Economique Social et Environnemental a préconisé de créer un cadre juridique approprié aux vendeurs de rue marocains, afin de leur permettre d’opérer une transition...

Maroc : le cri de cœur des marchands ambulants

Fortement accablés par la crise sanitaire due au coronavirus, les marchands ambulants peinent à retrouver leur équilibre depuis mars dernier. Plusieurs d’entre eux, dont...

Le Maroc face au casse-tête des vendeurs ambulants

Malgré les actions mises en œuvre par les autorités marocaines, le phénomène de marchands ambulants, communément appelés "ferrachas", résiste au temps.

La ville de Rabat envahie par les marchands ambulants

À Rabat, les marchands ambulants envahissent et inondent le quartier de Takaddoum (Le Développement) de différents produits au point d’occuper le domaine public au grand...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : les prix des fruits et légumes atteignent des sommets

Au Maroc, les prix des fruits et légumes continuent d’augmenter et de peser sur le budget mensuel des Marocains en raison notamment des exportations.

Exportations d’avocats : le Maroc va établir un nouveau record

La sécheresse qui touche le Maroc ne produira pas un impact négatif sur ses exportations d’avocats. Le royaume est en passe d’établir un nouveau record.

Le Maroc fait un important don d’engrais à Saint-Vincent-et-les Grenadines

Le Premier ministre Ralph Gonsalves a annoncé que le Maroc fera un important don d’engrais à Saint-Vincent-et-les-Grenadines.

Maroc : appel pressant des exportateurs de légumes

Les associations de producteurs et exportateurs de fruits et légumes appellent le gouvernement d’Aziz Akhannounch à autoriser la reprise des exportations.

Le Maroc contraint de réorienter sa production agricole

Face à la sécheresse et au stress hydrique d’une part, et à l’inflation d’autre part, le gouvernement marocain est contraint de revoir sa politique agricole et alimentaire pour garantir l’eau et le pain.

Les agriculteurs bretons dénoncent « l’invasion » de la tomate marocaine

Une action d’étiquetage a été lancée le vendredi 2 juin 2023 par les producteurs de tomates d’Ille-et-Vilaine et la FDSEA 35, pour dénoncer les tomates importées du Maroc.

Maroc : la pastèque sacrifiée pour préserver l’eau ?

Des associations locales de la province d’Al Haouz ont sollicité Rachid Benchikhi, le gouverneur de la province, pour qu’il interdise la culture de pastèques et de melons.

Sécheresse : plus de 5% des Marocains menacés d’exode rural d’ici 2025

Plus de 5% de la population marocaine sont menacés par l’exode rural à l’horizon 2025 en raison la sécheresse sévère que traverse le pays, selon la Banque mondiale.

Un agriculteur espagnol attaque la famille royale marocaine

Le Tribunal de l’Union européenne a entendu mardi les arguments de l’entreprise Eurosemillas, spécialisée dans la production de semences sélectionnées, qui demande l’annulation de la protection communautaire des obtentions végétales pour la variété...

Pénurie de lait : les éleveurs marocains lancent un cri de détresse

Touchés de plein fouet par la sécheresse->95421 et surtout l’augmentation du coût de l’élevage, les éleveurs réclament une aide urgente à l’État, en vue de faire face à la pénurie de lait que connait le royaume.