Le Maroc intègre les MRE dans le plan de relance

19 février 2021 - 07h40 - Economie - Ecrit par : J.K

Le royaume doit compter avec les Marocains du monde dans le plan de relance économique. Dans ce sens, ils ont été invités à prendre part aux fonds thématiques relatifs au fonds Mohammed VI et à profiter des opportunités de l’emprunt national prévu par la loi de Finances 2021.

Pour la relance économique, les Marocains du monde doivent aussi apporter leur pierre à l’édifice. Ainsi, les ministères des Finances, de l’Industrie et en charge des MRE ont décidé de soutenir l’investissement des MRE, dont les transactions ont atteint 68 milliards de dirhams en 2020, informe L’Économiste. Lors d’un webinaire organisé par la CGEM mardi 16 février, ils ont présenté les décisions au profit de l’investissement dans un contexte où « l’essentiel des envois des MRE est destiné à la solidarité, 15 % à l’épargne, 70 % au foncier et à peine 10 % à l’investissement, soit 700 à 800 millions de dollars ». Ce montant est extrêmement bas, au regard des potentialités dont disposent les MRE, fait savoir la même source.

Par ailleurs, « le Maroc a amélioré son classement et s’est engagé dans la simplification des lourdeurs administratives : les délais de traitement des dossiers d’investissement par les CRI ont été divisés par 6, la loi sur la simplification des procédures est entrée en vigueur en septembre dernier… ». Ainsi, le délai de réponse à toute demande d’investisseur est fixé à un mois maximum, au cas contraire, le silence vaut accord. De plus, « MDM Invest sera entièrement revu pour devenir un véritable outil d’encouragement et d’incitation dans le cadre d’une démarche concertée avec tous les acteurs concernés », sans oublier que les MRE sont également invités à participer au Fonds Mohammed VI pour l’investissement.

Il faut noter que sous peu, deux produits seront mis en service. Le premier permettra aux MRE de contribuer aux fonds thématiques liés au fonds Mohammed VI surtout dans les domaines de l’innovation et la biotechnologie, la santé… Le second concerne l’emprunt national qui sera ouvert aux personnes physiques résidentes ou non résidentes. D’ailleurs, le Maroc envisage d’améliorer le taux d’intégration dans certains domaines et la compétitivité, comme l’automobile. Le pari est donc d’égaler le niveau de l’Inde tout en comptant sur la décarbonatation de la production nationale.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Investissement - Croissance économique - Politique économique - Emploi - Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM)

Aller plus loin

Marhaba-2021 : le gouvernement évoque un double défi à relever

Le Maroc doit réussir l’opération «  Marhaba-2021  » tout en préservant les acquis réalisés en matière de gestion de la pandémie du Covid-19, a indiqué mardi à Rabat, le Chef du...

Vers la simplification des démarches pour les MRE ?

La mission exploratoire temporaire de la Chambre des représentants, qui a visité certaines représentations consulaires du Royaume, a présenté un rapport qui a été examiné mardi,...

Le Maroc veut mobiliser 10 000 compétences marocaines résidant à l’étranger à l’horizon 2030

Une mobilisation de 10 000 compétences marocaines résidant à l’étranger à l’horizon 2030. C’est ce qu’a annoncé jeudi, Nezha El Ouafi, ministre chargée des Marocains résidant à...

Le CCME veut mobiliser les compétences marocaines à l’étranger

Le secrétaire général du Conseil de la communauté marocaine à l’étranger (CCME), Abdellah Boussouf a appelé, lundi à Rabat, à la création d’une agence nationale dédiée à la...

Ces articles devraient vous intéresser :

Combien de Marocains ont émigré à l’étranger cette année ?

À fin septembre dernier, plus de 26 000 Marocains ont émigré à l’étranger pour s’y installer et travailler, d’après le ministère chargé de l’Inclusion économique, de la Petite entreprise, de l’Emploi et des Compétences.

Les Marocains paieront plus cher la bonbonne de gaz

Comme décidé par le gouvernement, le prix de la bonbonne de gaz va augmenter dès l’année prochaine. Celle-ci devrait se poursuivre les années suivantes.

Le Maroc conserve sa note "BB+" avec une "perspective stable"

Fitch Ratings, agence américaine de notation, a maintenu la note de la dette à long terme en devises du Maroc à BB+ avec une « perspective stable ».

Transition énergétique : le Maroc sur la bonne voie

Dans un contexte difficile marqué par la crise énergétique et la flambée des prix, le Maroc est passé à la vitesse supérieure sur son chantier de la transition énergétique. Grâce à sa politique axée sur l’investissement privé dans le secteur, le...

Le Maroc mise sur ses compétences à l’étranger

Le Maroc veut impliquer davantage ses compétences à l’étranger à son processus de développement. Dans ce sens, un mécanisme est en cours d’élaboration pour accompagner les talents marocains à l’étranger, conformément aux orientations royales.

Où va l’argent des Marocains du monde ?

Les transferts des MRE ont atteint des niveaux record ces dernières années, malgré la crise sanitaire du Covid-19 et la conjoncture économique. À fin 2022, ces envois pourraient s’élever à 100 milliards de dirhams, soit une hausse de 13% par rapport à...

La police marocaine recrute

La Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) a annoncé un grand concours de recrutement de plusieurs grades au sein du corps de la police. Le concours aura lieu le 16 juillet à Rabat et dans d’autres villes si nécessaire. Au total, 6 607...

Investissement privé au Maroc : la banque mondiale sonne l’alarme

L’investissement privé est en chute libre au Maroc. C’est du moins ce que révèle la banque mondiale dans son nouveau rapport de suivi de l’économie marocaine.

Le Maroc va injecter 150 milliards de dirhams dans le Fonds Mohammed VI pour l’investissement

Lancé en 2020 sur instruction royale, le Fonds Mohammed VI pour l’investissement sera renforcé pour le financement de certains grands projets, selon le ministre délégué chargé de l’Investissement, de la Convergence et de l’Évaluation des Politiques...

Statut d’auto-entrepreneur au Maroc : après l’euphorie, le flop ?

Lancé en 2015, le statut auto-entrepreneurs semble ne plus être une solution à l’informel et au chômage. Le bilan en est la parfaite illustration.