Maroc : payer pour ne pas aller en prison

26 octobre 2023 - 13h00 - Maroc - Ecrit par : A.P

La Chambre des représentants a adopté mardi le projet de loi relatif aux peines alternatives. L’amende journalière entre 100 et 2 000 dirhams a été finalement retenue.

Le texte a été adopté avec 115 voix, 41 contre et 4 abstentions, rapporte le quotidien Al Akhbar. Selon le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, il vise à mettre en place un cadre juridique intégral pour les peines alternatives, sur la base des principes fondamentaux du droit pénal en matière des sanctions, ainsi que des mécanismes et procédures en conformité avec le Code de procédure pénale.

À lire : Maroc : vers l’instauration des peines alternatives à la place de la détention préventive

Ce projet de loi vient apporter une réponse aux problématiques liées aux peines privatives de liberté de courte durée et à la surpopulation carcérale, explique le ministre de la Justice, précisant que l’amende journalière va permettre aux personnes déjà condamnées à des peines de bénéficier de peines alternatives. L’amende journalière varie entre 100 et 2 000 dirhams et le condamné ne pourrait en bénéficier que si les victimes renoncent aux poursuites et à leur indemnisation et que l’accusé procède à la réparation des préjudices causés.

À lire : Maroc : bientôt le bracelet électronique comme alternative à la prison ?

Le texte adopté vise aussi à trouver des solutions en vue de la réhabilitation et de l’intégration des condamnés pour des crimes mineurs, notamment à travers la peine de travail d’intérêt général dont la durée varie entre 40 et 1000 heures. Seuls les condamnés âgés de plus de 15 ans peuvent bénéficier de cette peine. Une autre peine créée pour désengorger les prisons, c’est le bracelet électronique. En gros, l’adoption de ce texte marque un pas important dans la mise en œuvre de la réforme judiciaire, principalement en matière pénale.

Sujets associés : Lois - Prison - Abdellatif Ouahbi - Ministère de la Justice et des Libertés - Code pénal marocain - Parlement marocain

Aller plus loin

Maroc : vers l’instauration des peines alternatives à la place de la détention préventive

Le Maroc s’achemine vers l’instauration des peines alternatives à la place de la détention préventive. La question était au cœur d’un séminaire international tenu à Rabat.

Maroc : bientôt le bracelet électronique comme alternative à la prison ?

Abdellatif Ouahbi, ministre de la Justice propose le bracelet électronique comme alternative à la prison, notamment pour l’émission de chèques sans provision, la consommation de...

Prison : le Maroc explore les « jour-amendes »

L’introduction du système de jour-amende dans le cadre des peines alternatives pourrait devenir une réalité au Maroc. Une loi devrait être bientôt votée dans ce sens.

Maroc : plusieurs pistes pour réduire la population carcérale

Le Maroc envisage d’instaurer des peines alternatives à la place de la détention préventive, afin de désengorger ses prisons. La question fait l’objet d’un projet de loi qui...

Ces articles devraient vous intéresser :

Port d’armes : le Maroc durcit son arsenal juridique

Le gouvernement fait du contrôle des armes à feu une priorité. Dans ce sens, il a adopté un projet de loi pour répondre aux défis actuels et aux mutations sociales et technologiques. Ce projet est déjà sur la table du Parlement.

Enfants hors mariage : « la fête d’une nuit est à payer pendant 21 ans »

Comme pour les couples mariés, les enfants nés hors mariage au Maroc seront pris en charge par les parents. Une disposition est prévue dans le nouveau Code pénal pour reconnaitre leur droit, a annoncé le ministre de la Justice Abdellatif Ouhabi.

Le Maroc cherche à mettre fin au mariage des mineures

En réponse à une question orale à la Chambre des Conseillers, le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi a renouvelé ce lundi 28 novembre, son engagement à mettre un terme au mariage des mineures.

Augmentation de la pension rentraite des Marocains

Les travailleurs du secteur privé pourraient se retrouver avec 100 DH de plus sur leurs pensions de retraite. Le gouvernement étudie sérieusement sa faisabilité actuellement.

Le roi Mohammed VI nomme de nouveaux magistrats dans les juridictions financières

Le Roi Mohammed VI, président du Conseil supérieur du pouvoir judiciaire, a approuvé la nomination de 30 nouveaux magistrats dans des postes de responsabilité au sein des juridictions financières.

Maroc : le registre national des mariés bientôt disponible

Dans quelques jours, le ministère de la Justice marocain va procéder au lancement du registre national des mariés dans le but de mettre fin aux infractions constatées dans le domaine.

27 000 Marocains ont quitté le Maroc en 2022 pour travailler à l’étranger

Quelque 27 000 Marocains ont quitté le pays en 2022, selon le ministre de l’Inclusion économique, de la Petite entreprise, de l’Emploi et des Compétences, Younes Sekkouri. Ce sont des départs réguliers via des canaux officiels.

Polémique après les propos d’un député RNI sur le roi Mohammed VI

Alors qu’il prenait la défense du gouvernement, un député du Rassemblement national des indépendants (RNI), parti au pouvoir, a, lors de la discussion sur la flambée des prix, fait une déclaration pour le moins polémique sur le roi Mohammed VI.

Le Maroc s’inquiète de « l’influence croissante des homosexuels »

Abdellatif Ouahbi, ministre de la Justice et secrétaire général du Parti authenticité et modernité (PAM), s’est exprimé une fois de plus sur l’homosexualité. Au Maroc, les pratiques homosexuelles restent punies par la loi.

Maroc : vers l’égalité des sexes dans les contrats de mariage

Le ministre marocain de la Justice, Abdellatif Ouahbi, a réaffirmé son engagement en faveur de l’égalité entre les sexes lors de la conclusion de contrats de mariage et autres actes juridiques.