Le Maroc connaît sa pire sécheresse depuis 30 ans

24 février 2022 - 06h00 - Economie - Ecrit par : A.T

Le Maroc connait sa pire sécheresse depuis plus de 30 ans, qualifiée d’« exceptionnelle par son intensité, son ampleur et sa durée », par le Professeur Mohamed Mastere, enseignant à l’Université Mohammed V de Rabat.

S’appuyant sur les chiffres de la Direction de la météorologie nationale (DMN), l’enseignant, président de l’Observatoire National d’Études et Recherches sur les Risques (ONERR) a déclaré que jusqu’à ce mois, les précipitations ne représentent que 13 % de la moyenne enregistrée en cette période.

A lire : La Niña, cause probable de la sécheresse au Maroc

Dans un entretien avec la MAP, Mastere a fait savoir que le Maroc est frappé cet hiver par une aridité précoce et extrême, en raison de la faible pluviométrie de décembre-janvier, considérés comme « les mois les plus secs depuis l’an 2000. »

Cette situation est préjudiciable à la sécurité alimentaire et affecte l’économie rurale dans son ensemble, au vu de ses répercussions néfastes sur plusieurs secteurs porteurs, comme l’élevage, les agrumes et l’olivier, a relevé le professeur, attirant l’attention sur les incidences de cette situation sur la valeur des exportations.

A lire : Maroc : le roi Mohammed VI ordonne des mesures urgentes face à la sécheresse

Par ailleurs, le stress hydrique est également bien défini au Maroc et se situe entre 1 000 et 1 700 mètres cubes d’eau douce disponible par personne et par an, a-t-il indiqué, soulignant que le royaume devrait subir une grave pénurie à l’horizon 2030, d’après les projections de la Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique (CEA), qui font état de moins de 1 000 m³.

En soutien aux agriculteurs fortement touchés, le gouvernement a entamé, conformément à la volonté du roi Mohammed VI, le déploiement d’un programme exceptionnel doté de quelque 10 milliards de dirhams, afin d’atténuer les effets du déficit pluviométrique.

Sujets associés : Education - Direction générale de la météorologie (DGM) - Sécheresse au Maroc

Aller plus loin

Le Maroc interdit la culture de la pastèque rouge à cause de la sécheresse

Face à la sécheresse qui sévit cette année au Maroc, le gouvernement a décidé d’interdire la culture de la pastèque rouge, un fruit qui contribuerait fortement au stress...

La sécheresse au Maroc pourrait faire grimper le prix du cannabis

Inquiets des effets de la sécheresse sur leurs récoltes, les producteurs de cannabis appellent le gouvernement à l’aide. La détresse hydrique menace actuellement tout le Maroc.

Maroc : une cinquantaine de villes et villages manqueront d’eau cet été

54 villes et villages marocains seront touchés par une terrible sécheresse à l’été prochain, ce qui va entrainer un manque d’eau potable, selon les prévisions de l’Office...

Les Marocains auront-ils assez de lait durant le ramadan ?

Le Maroc dispose de réserves suffisantes en matière notamment de blé tendre et de lait. Les craintes d’une pénurie, nourries par les effets de la sécheresse, ont été dissipées...

Ces articles devraient vous intéresser :

Pénurie de lait : les Marocains prennent d’assaut les magasins

Pour contrer la ruée des Marocains vers le lait, plusieurs supermarchés ont décidé de limiter sa vente. Une mesure censée éviter des ruptures de stock.

Dessalement de l’eau : le Maroc lance la construction de trois stations cette année

Afin de faire face à la pénurie d’eau potable, le Maroc prévoit de construire, cette année, trois nouvelles stations de dessalement de l’eau. L’objectif est d’atteindre une production d’un milliard de mètres cubes d’ici à 2030.

Mohammed VI nomme les membres du Conseil Supérieur de l’Éducation

Le roi Mohammed VI a procédé mercredi à la nomination des membres du Conseil Supérieur de l’Éducation, de la Formation et de la Recherche Scientifique (CSEFES). Cet organe composé de 20 membres a pour objectif de définir les politiques publiques dans...

Des prières rogatoires dans toutes les mosquées marocaines ce mardi

Face à la rareté des pluies, le roi Mohammed VI a une nouvelle fois ordonné l’accomplissement de prières rogatoires dans toutes les mosquées marocaines.

Maroc : augmentation des salaires des enseignants-chercheurs avant fin 2022

Le chef du gouvernement a fait part de son intention d’augmenter les salaires des enseignants-chercheurs avant la fin de 2022, et de signer un accord avec le syndicat avant la fin de l’année. Cette décision a été prise lors d’une réunion entre Aziz...

Maroc : record d’exportations d’avocat, mais à quel prix ?

Les agriculteurs marocains continuent de produire de l’avocat destiné à l’exportation, malgré le stress hydrique que connaît le royaume. Le volume des exportations de ce produit a déjà atteint 30 000 tonnes.

Ihssane Hadir remporte le concours de lecture arabe du Maroc

Les rideaux sont tombés sur la 6ᵉ édition de l’Arab Reading Challenge au Maroc, avec le sacre d’Ihssane Hadir. Elle battu plus d’un million d’élèves marocains qui ont participé à ce concours national.

L’enseignement de la langue amazighe généralisé dans les écoles marocaines

Le ministère de l’Éducation nationale, du Préscolaire et des Sports vient d’annoncer son plan de généralisation de l’enseignement de la langue amazighe dans tous les établissements du primaire d’ici à l’année 2029-2030.

Les Marocains vont-ils manquer de dattes pour le Ramadan ?

À quelques semaines du mois sacré de Ramadan, des doutes subsistent quant à la disponibilité des dattes en quantité suffisante et à des prix abordables.

Université Paris-Dauphine : propos racistes envers une étudiante voilée

Une étudiante voilée a été victime de propos racistes de la part d’une intervenante du jury lors d’une soutenance de fin d’année à l’Université Paris-Dauphine.