Maroc : les protestations universitaires contre Israël prennent de l’ampleur

12 mai 2024 - 18h30 - Maroc - Ecrit par : S.A

Au Maroc, les manifestations des étudiants et des enseignants soutenant la cause palestinienne contre l’action israélienne à Gaza se durcissent dans les universités. Ils appellent à l’annulation de la normalisation des relations diplomatiques entre le royaume et Tel Aviv et l’annulation de tous les accords académiques conclus par des institutions universitaires marocaines avec leurs homologues israéliennes.

À l’instar des universités américaines et européennes, les universités marocaines connaissent des protestations massives condamnant la guerre à Gaza. L’Organisation du Renouveau Estudiantin au Maroc (OREMA) a organisé des marches étudiantes dans plusieurs universités marocaines, dans le cadre de la « Semaine de soutien et de secours » sous le slogan « Le mouvement étudiant… la voix des peuples pour libérer la Palestine », s’engageant ainsi dans le mouvement étudiant mondial demandant l’arrêt du génocide à Gaza. De son côté, le Secrétariat national de l’Union nationale des étudiants du Maroc, dirigé par la faction des étudiants de Justice et Bienfaisance (Adl Wal Ihhsane), a, elle aussi, organisé des marches et des activités estudiantines dans plusieurs universités marocaines, dans le cadre d’un mouvement continu depuis le début de l’agression sur Gaza. Ces organisations appellent à l’annulation de la normalisation des relations entre Rabat et Tel Aviv. Les professeurs entrent eux aussi en scène. Le Syndicat national de l’enseignement supérieur (SNESup) a décidé de porter des badges et des symboles unifiés pour soutenir la cause palestinienne au sein des établissements d’enseignement supérieur et des centres régionaux, avec le port du keffieh palestinien lors des prochains examens.

À lire :Solidarité avec Gaza : des milliers de Marocains marchent contre Israël

Dans un communiqué dont Al3omk détient une copie, le bureau national du syndicat, a appelé à « maintenir l’esprit de solidarité avec les habitants de Gaza et de Palestine en général, vivant, continu et durable, en publiant des déclarations, en organisant des manifestations et des sit-in, et divers événements de manière régulière et permanente ». Aussi, a-t-il exhorté les enseignants chercheurs à fournir un soutien matériel, médical et alimentaire aux habitants de Gaza, par le biais des institutions légales officielles du pays, « pour soulager la conscience et contribuer à soulager les souffrances de nos frères en Palestine ». Dans ce sens, il a appelé à l’innovation de moyens pratiques et à la recherche de moyens efficaces pour participer à la reconstruction des universités palestiniennes qui ont été détruites, et soutenir les étudiants des universités à Gaza. Soulignant la nécessité de contrer la normalisation sous toutes ses formes, le syndicat a appelé à « boycotter et dénoncer tous les programmes et partenariats similaires qui impliquent des transactions avec l’entité sioniste criminelle, grâce à la vigilance des enseignants chercheurs et de leurs représentants dans les conseils des établissements et les conseils des universités et les conseils de gestion et diverses structures de l’enseignement supérieur ».

À lire :Étudiants palestiniens au Maroc : angoisse et impuissance face à la situation à Gaza

Le syndicat a en outre demandé au ministère de tutelle d’« annuler et de rejeter tout programme académique ou partenariat de coopération qui pourrait les lier à toute partie exigeant l’implication du nom de l’entité sioniste occupante ». Il s’agit notamment de l’accord-cadre de coopération académique signé le 12 septembre 2022 entre l’Université Abdelmalek Essaâdi et l’université de Haïfa en Israël, incluant l’échange de chercheurs et d’étudiants et l’organisation de colloques scientifiques conjoints, en plus du développement de projets de recherche conjoints en sciences de la santé, de l’environnement, de l’eau, des sciences marines et des sciences agricoles. Le syndicat n’a pas manqué de louer le mouvement des universités et des établissements d’enseignement supérieur aux Etats-Unis et dans les pays européens. En tout, 50 universités publiques et 26 universités privées en Espagne ont décidé de rompre les relations de coopération avec les universités et les centres de recherche israéliens.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Palestine - Israël - Education - Normalisation Maroc Israël

Aller plus loin

Des milliers de Marocains unis pour la Palestine à Casablanca

Des milliers de Marocains ont encore participé dimanche à Casablanca à une « marche populaire » en soutien à la Palestine dans le conflit contre Israël à Gaza.

Solidarité avec Gaza : des milliers de Marocains marchent contre Israël

Des milliers de personnes se sont rassemblées à Rabat pour une importante manifestation en faveur de la Palestine, marquant l’une des plus grandes mobilisations de ce type...

Étudiants palestiniens au Maroc : angoisse et impuissance face à la situation à Gaza

À l’heure où Israël poursuit ses bombardements et son offensive à Gaza, les étudiants palestiniens au Maroc craignent pour la vie de leurs familles, parents et amis. Ils...

Colère au Maroc après l’annonce de la mort de Marocains à Gaza

Au Maroc, l’annonce de la mort présumée de Marocains à Gaza, théâtre depuis le 7 octobre d’une nouvelle guerre entre Israël et le mouvement islamiste palestinien du Hamas, a...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : l’enseignement de l’anglais au collège généralisé

L’enseignement de l’anglais sera généralisé dans les collèges au Maroc dès la rentrée scolaire 2023-2024, a annoncé dans une note Chakib Benmoussa, le ministre de l’Éducation nationale, du préscolaire et des sports.

Maroc : une pétition pour mettre fin aux relations avec Israël

Mustapha Baitas, porte-parole du gouvernement, s’est expliqué sur le refus d’accès à la présidence du gouvernement aux universitaires, juristes et des personnalités politiques venus mercredi pour déposer une pétition appelant à mettre fin à la...

La chanteuse Mariem Hussein au cœur d’une nouvelle polémique

Des internautes marocains se sont indignés des propos de la chanteuse et actrice marocaine Mariem Hussein sur l’éducation sexuelle.

Maroc : pressions pour rompre les relations avec Israël

Alors que Israël intensifie sa riposte contre le mouvement palestinien du Hamas, de nombreux Marocains multiplient les appels à rompre les relations diplomatiques entre le Maroc et l’État hébreu. Au Maroc, de nouvelles manifestations ont été organisées...

Écoles françaises au Maroc : polémique sur l’homosexualité

Chakib Benmoussa, ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement primaire et des Sports, s’est exprimé sur l’adoption par des institutions éducatives étrangères au Maroc de programmes promouvant l’homosexualité.

Université Paris-Dauphine : propos racistes envers une étudiante voilée

Une étudiante voilée a été victime de propos racistes de la part d’une intervenante du jury lors d’une soutenance de fin d’année à l’Université Paris-Dauphine.

Maroc : les écoles privées veulent augmenter les frais de scolarité

Les écoles privées au Maroc menacent d’augmenter les frais de scolarité d’environ 5 %, ce qui leur permettra de récupérer le montant de l’Impôt sur le revenu (IR) pour les enseignants vacataires, qui est passé de 17 à 30 % depuis le 1ᵉʳ janvier de...

Maroc : des centres pour former les futurs mariés

Aawatif Hayar, la ministre de la Solidarité, de l’intégration sociale et de la famille, a annoncé vendredi le lancement, sur l’ensemble du territoire du royaume, de 120 centres « Jisr » dédiés à la formation des futurs mariés sur la gestion de la...

Écoles privées au Maroc : hausse des frais et colère des parents

Des écoles privées ont décidé d’augmenter les frais de scolarité à la prochaine rentrée au grand dam des parents d’élèves. Préoccupée, une députée du Parti du Progrès et du Socialisme (PPS) appelle le gouvernement d’Aziz Akhannouch à agir pour empêcher...

L’anglais s’impose peu à peu dans l’école marocaine

Petit à petit, l’insertion de l’anglais dans l’enseignement se généralise au Maroc. Après le primaire, c’est au tour du collège, selon un communiqué du ministère de l’Éducation nationale dès la prochaine année scolaire.