Huile d’argan : le Maroc tente de protéger son trésor

13 avril 2022 - 12h20 - Ecrit par : G.A

Le Maroc a décidé de restreindre l’exportation de l’huile d’argan. Par cette mesure qui semble extrême, les autorités veulent protéger un terroir de plus en plus monopolisé par les multinationales de la cosmétique.

Désormais, la quantité d’huile d’argan appelée à sortir du Maroc sera rigoureusement contrôlée par les services des douanes. Dès 1ᵉʳ juillet prochain, une licence est obligatoire pour l’exportation d’huile d’argan torréfiée ou non dans des récipients d’une capacité supérieure à 5 litres. Par cette décision, le gouvernement entend contrôler le volume des exportations d’huile d’argan lorsque le prix de ce produit est en hausse sur le marché mondial.

À lire : Le Maroc limite l’exportation de l’huile d’argan

« Le plus gros problème que connaît le secteur, c’est le monopole des multinationales. », a déclaré le Professeur Zoubida, présidente de l’association Ibn Al Baytar. Selon elle, les multinationales ont profité de la pandémie du Covid-19 pour s’imposer face aux coopératives. Dès lors, « la matière première est devenue inaccessible et les coopératives ne pouvaient plus en acheter. Cette stratégie des multinationales a fait grimper les prix passant de 500 dirhams à 600 dirhams. », explique la présidente de l’association Ibn Al Baytar.

À lire : Voici pourquoi le Maroc interdit l’exportation de l’huile argan

En 2019, le Maroc a réalisé une production de 4000 tonnes d’huile d’argan. 1800 tonnes de la production est commercialisée au niveau national. Et pour la valorisation de cette culture, la présidente estime que « beaucoup d’efforts ont été consentis pour l’organisation de la filière, la réhabilitation de l’arganeraie et la promotion de l’arganiculture, mais il faut du temps pour augmenter la production et atteindre les objectifs tracés par la tutelle ».

À lire : Huile d’argan : Israël, rude concurrent pour le Maroc

Actuellement, le secteur fait face à un problème lié au raffinage de l’huile qui se fait hors du pays. C’est la raison pour laquelle « la décision du gouvernement de limiter l’exportation de l’huile d’argan pourra être judicieuse, si au Maroc on parvient à raffiner le produit ». Mais d’ici juin, ça sera très difficile. La conséquence c’est aussi que certaines entreprises cosmétiques ne pourront faire de produit à base d’huile d’argan, car le raffinage fait défaut au Maroc, prévient la responsable.

À lire : L’arganier marocain résiste à la concurrence israélienne

Il faut rappeler que les restrictions annoncées pour le 1ᵉʳ juillet prochain, interviennent à un moment où les produits marocains ont du succès sur le marché international alors que leur prix d’achat connait une hausse vertigineuse sur le marché national. Le conflit russo-ukrainien a aggravé la hausse des cours internationaux. Pour faire face à la situation, de nombreux pays ont décidé de faire comme le Maroc : réguler leurs exportations.

Tags : Huile d’argan - Exportations - Agriculture - Ministère de l’industrie, du Commerce et des Nouvelles technologies

Aller plus loin

Arganier : une mine d’or pour le Maroc

C’est la ville d’Agadir qui a abrité le 10 mai, la célébration de la toute première journée internationale de l’arganier initiée par le Maroc et l’ONU. L’occasion d’en savoir sur cette...

Huile d’argan : forte croissance des exportations en 2021

Dans un contexte difficile marqué par la crise sanitaire due au coronavirus, les exportations marocaines de l’huile d’argan ont enregistré une forte croissance l’année dernière,...

Tiznit : plantation d’une centaine d’hectares d’arganiers

Le gouverneur de la province de Tiznit a procédé au lancement d’un programme de réhabilitation de l’arganeraie. Sur une superficie de 100 ha, la réhabilitation porte sur la...

Le Maroc limite l’exportation de l’huile d’argan

À compter du 1ᵉʳ juillet prochain, l’exportation de l’huile d’argan au Maroc sera soumise à condition.

Nous vous recommandons

Marrakech : vers une cessation totale d’activités des hôtels

La majorité des hôtels à Marrakech risquent de fermer leurs portes face à la prorogation de la fermeture des frontières. En tout, 140 établissements hôteliers ont déjà cessé leurs activités et la centaine environ qui résiste encore à la crise, est à bout de...

Le fils de Narjiss Nejjar meurt dans un accident de voiture

La réalisatrice marocaine Narjiss Nejjar passe par des heures douloureuses. Soufiane, son fils unique, âgé d’à peine 17 ans, est décédé dans un accident de la route.

La Mauritanie, médiatrice dans la crise Maroc-Algérie

Le ministre mauritanien des Affaires étrangères, Ismail Ould Cheikh Ahmed, a assuré que son pays « travaille sereinement » pour apaiser les tensions entre l’Algérie et le Maroc après la rupture des relations diplomatiques entre les deux...

Un agriculteur espagnol gagne en justice contre le roi Mohammed VI

La Cour de justice de l’Union européenne vient de donner raison à l’agriculteur de Murcie qui a été attaqué en justice par la famille royale marocaine pour avoir cultivé sans autorisation une variété protégée de mandarine appelée Nadorcott, propriété du roi...

Une entreprise américaine va créer 3000 emplois à Oujda

La zone d’accélération industrielle de la Technopole d’Oujda va accueillir bientôt une usine de câblage automobile. Les travaux de construction de cette unité industrielle ont été lancés lundi.

Le Maroc teste ses drones turcs

Jeudi, le Maroc a procédé à un premier essai du drone Bayraktar TB2 d’origine turque qu’il a acheté en avril dernier. L’engin a été repéré, survolant le ciel de Laâyoune.

Sète : des MRE en colère

Pour contenir les accrochages observés au niveau des abords du port de Sète, depuis qu’une troisième ligne a été créée en direction du Maroc, le Préfet de l’Hérault a décidé de restreindre l’accès au port de Sète pour les passagers sans billets. Bien trop de...

Pourquoi les Marocaines sont interdites de séjour dans les hôtels ?

Malgré l’inexistence d’une loi, les femmes marocaines seules sont toujours interdites de séjour dans les hôtels du royaume. Le député de l’USFP, Moulay Mehdi Al Fatmi, appelle le gouvernement à mettre fin à cette pratique...

Visas : le Maroc, victime collatérale des tensions France-Algérie ?

La décision de la France de réduire à 50 % l’octroi des visas pour les Marocains et les Algériens et de 30 % pour les Tunisiens s’explique par les tensions entre Paris et Alger.

Gad Elmaleh solidaire avec le petit Rayan coincé dans un puits

L’humoriste canado-marocain Gad Elmaleh est bouleversé par l’histoire de Rayan, un garçonnet de 5 ans, coincé dans un puits profond de 45 cm de diamètre depuis mardi dernier, après une chute accidentelle.