Comment le Maroc veut relancer le secteur du textile

1er février 2021 - 23h00 - Economie - Ecrit par : S.A

Le textile marocain est l’un des secteurs durement touchés par la crise sanitaire liée au coronavirus qui sévit dans le royaume et dans les pays européens, principaux débouchés des exportations marocaines. L’association marocaine de l’industrie textile et de l’habillement (AMITH) a élaboré une nouvelle vision, pour adapter l’offre marocaine à la nouvelle carte de sourcing international.

La forte dépendance des marchés classiques essentiellement européens et l’importation d’une grande partie des matières premières sont apparus comme deux contraintes qui limitent aujourd’hui la compétitivité du textile et habillement marocain, rapporte La Vie éco. Selon les industriels, l’actuelle crise sanitaire a ainsi confirmé la vulnérabilité du secteur par rapport à ses concurrents étrangers. Fort de ces constats, l’AMITH a d’abord réalisé un diagnostic du secteur, puis élaboré une nouvelle vision sectorielle articulée autour de quatre axes. Il s’agit du renforcement des capacités d’adaptation du secteur aux besoins de ses clients, de l’innovation et de la créativité, de la durabilité et enfin de la consolidation de l’offre via une technicité et une traçabilité des intrants.

Abordant le premier volet, Fatima Zahra Alaoui, directrice générale de l’AMITH, a expliqué que « le secteur doit renforcer son niveau d’adaptation aux exigences des clients, ses capacités d’anticipation, ainsi que la qualité de ses prestations logistiques ». Une mesure qui permettra à cette industrie de s’adapter aux changements opérés, suite à la crise sanitaire, dans la carte de sourcing mondial. À en croire l’association, les donneurs d’ordre étrangers ont décidé de réduire leur dépendance vis-à-vis des pays asiatiques, en vue d’un approvisionnement de proximité. Une opportunité que le textile marocain peut saisir.

Le deuxième axe lié à l’innovation avec l’introduction de la technologie dans le processus industriel, la créativité et la digitalisation « passera par une offre «  Made In Morocco  » intégrée avec un excellent rapport qualité-prix », précise Mme Alaoui. Quant au troisième axe, il est question de mettre en avant la proposition de solutions répondant aux exigences des Objectifs de développement durable, en vue d’une production écoresponsable nécessitant une traçabilité des intrants et conforme aux attentes des donneurs d’ordre. S’agissant du dernier axe, un accent particulier sera mis sur la consolidation de la qualité de l’offre via une plus grande technicité.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Exportations - Industrie - Association Marocaine de l’Industrie Textile et de l’Habillement

Aller plus loin

Amnistie fiscale : les entreprises du textile disposent désormais de leur convention fiscale

À l’instar d’autres professions, les entreprises du textile disposent désormais de leur convention fiscale dans le cadre des dispositions de la loi de finances 2020. Elles...

Maroc : la filière Textile-habillement agonise

La filière textile-habillement au Maroc traverse d’énormes difficultés à cause de la pandémie du covid-19. Plusieurs dizaines de milliers de petits ateliers formels et informels...

Textile : le Maroc à la recherche d’investissements pour booster le secteur

Le Maroc s’est imposé ces dernières années comme l’un des principaux pôles d’approvisionnement du secteur du textile et de l’habillement en Europe, en Amérique et en Afrique,...

Textile : les Marocains boudent les marques locales

La plupart des Marocains préfèrent porter des habits de marque étrangère, délaissant ainsi les produits nationaux. C’est ce que révèle une étude élaborée par le cabinet de...

Ces articles devraient vous intéresser :

Le prix du phosphate à l’international profite aux exportations marocaines

La hausse des exportations marocaines de phosphates et dérivés, observées depuis le début de l’année, se poursuit. À fin septembre dernier, les recettes ont fortement progressé de 66,6%, au lieu de 45,4% un an auparavant, indique la Direction des...

Maroc : bond spectaculaire des exportations automobiles

Au Maroc, les exportations du secteur automobile ont atteint plus de 141,76 milliards de dirhams à fin décembre 2023, soit une augmentation de 27,4 % par rapport à l’année précédente.

Les Marocains de France battent des records de transfert

Les Marocains du monde ont transféré au Maroc près de 115,15 milliards de dirhams (MMDH) à fin décembre 2023, soit une hausse de 4 % par rapport à la même période de 2022 (110,72 MMDH), révèle l’Office des changes.

La normalisation des relations avec le Maroc booste les exportations d’armes israéliennes

Depuis la normalisation des relations entre le Maroc et Israël, les exportations d’armes israéliennes ne cessent d’augmenter. Une hausse de 30 % a été enregistrée l’année dernière grâce, notamment, au Maroc.

Maroc : record d’exportations d’avocat, mais à quel prix ?

Les agriculteurs marocains continuent de produire de l’avocat destiné à l’exportation, malgré le stress hydrique que connaît le royaume. Le volume des exportations de ce produit a déjà atteint 30 000 tonnes.

Charbon encombrant : l’Europe se décharge sur le Maroc

Confrontée à une crise énergétique l’année dernière, l’Europe avait renoué avec l’exploitation du charbon. Aujourd’hui, avec la diminution de la demande en énergie fossile, le vieux continent opte pour l’exportation de grandes quantités de charbon, en...

Le Maroc veut exporter de l’hydrogène vert vers l’UE d’ici 2050

Le Maroc veut continuer à produire davantage de l’hydrogène vert pour poursuivre sa transition énergétique et devenir à terme un grand exportateur du combustible vers l’UE.

Après les tomates, le Maroc « inonde » l’Europe de poivron

Après la tomate, le poivron. Le Maroc confirme de plus en plus sa place d’exportateur de poivron, notamment vers l’Europe, avec une forte augmentation de 45 % des exportations ces dernières années.

Face à l’inflation, le Maroc interdit certaines exportations

Le Maroc a annoncé une série de mesures pour lutter contre l’inflation et stabiliser les prix des aliments, notamment des fruits et des légumes, avant le début du mois de ramadan. Ces mesures comprennent la restriction de l’exportation de ces produits,...

Maroc : Une baisse record des exportations d’oranges

Les exportations marocaines d’oranges ont considérablement chuté au cours des huit premiers mois de 2023, s’établissant à 30 000 tonnes contre 109 000 tonnes en 2022.