Transport touristique : voici le plan d’action des professionnels marocains

21 juin 2021 - 09h40 - Economie - Ecrit par : J.K

L’annonce de la reprise des vols et de la saison touristique estivale ne rassure pas les professionnels du secteur des transports touristiques au Maroc qui espèrent une rapide relance de leurs activités. Tout en appelant le Comité de veille économique à une nouvelle dynamique pour redonner vie au secteur, ils livrent les grandes lignes du plan d’action de leur fédération baptisé CAP 25.

Bien que la reprise des vols ait été annoncée, les professionnels du transport touristique du Maroc craignent que leur secteur ne puisse se redresser de si tôt, en raison des multiples séquelles laissées par la crise sanitaire, fait part Aujourd’hui Le Maroc. Si pour certains, il faudra 12 mois au secteur pour retrouver sa forme, d’autres voient ce délai allongé jusqu’à 24 mois. Ainsi, rassemblés au sein de leur fédération, lors de leur récente sortie médiatique, les opérateurs du secteur font état d’un secteur broyé par la crise du Covid. Par la même occasion, la Fédération a présenté les grands points de son plan d’action nommé CAP 25.

Pour redonner vie au secteur, « on demande au ministère des Finances de très rapidement réunir le Comité de veille économique afin de trouver une solution pour notre secteur en donnant les autorisations nécessaires aux sociétés de financement et de leasing pour reporter tous nos crédits sur les 5 prochaines années », a indiqué Othmane Cherif Alami, président de la Fédération nationale du transport touristique (FNTT), membre de la Fédération du transport et de la logistique de la CGEM et membre affilié à la Confédération nationale du tourisme (CNT).

Par ailleurs, les transporteurs touristiques prévoient que seulement la moitié des parcs ou encore moins, soit exploitée l’année prochaine. Mais, « si le gouvernement met en place une subvention spéciale pour nos entreprises avec un fonds d’investissement national, nous pourrons rectifier le tir », a affirmé le président de la FNTT. Actuellement, les transporteurs souhaitent réaliser un diagnostic de la situation afin de trouver des solutions fiables pour la reprise. Toutefois, il faut noter qu’il ressort de l’étude réalisée que le secteur est extrêmement endetté. De plus, l’étude fait part de la baisse d’au moins 30 % de la valeur patrimoniale et des bilans et structures financières des opérateurs. Aussi, faut-il, affirment-ils, des mesures d’envergure pour redémarrer réellement le secteur.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Tourisme - Politique économique - Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM)

Aller plus loin

Maroc : les professionnels du transport touristique en colère

Les professionnels marocains de transport touristique seront dans les rues encore ce 8 décembre à Rabat pour, disent-ils, protester contre l’absence de feuille de route concrète...

Maroc : le transport touristique en plein désarroi

La crise sanitaire liée à la pandémie du coronavirus a fortement impacté tous les maillons du secteur du tourisme au Maroc. Les sociétés de transport touristique font face à une...

Maroc : les opérateurs touristiques attendent le déblocage des aides

Le contrat-programme du secteur du tourisme prendra fin le 31 mars prochain, alors que son décret d’application n’est pas encore adopté. Les opérateurs quant à eux, attendent...

Maroc : la relance touristique toujours incertaine

Stratégique pour l’économie marocaine, le secteur du tourisme est toujours à l’arrêt. Les opérateurs qui souffrent énormément, craignant une relance hypothéquée et exigent une...

Ces articles devraient vous intéresser :

Le Maroc met fin au PCR et pass vaccinal pour les voyageurs

Bonne nouvelle pour les touristes et les MRE souhaitant se rendre au Maroc. Les autorités sanitaires viennent de mettre fin à la présentation du PCR ou du pass vaccinal à l’entrée du territoire.

Au Maroc, le marché opaque des locations saisonnières

Dans le secteur de la location saisonnière, les agences de voyages opérant au Maroc font face à une « concurrence illégale » des courtiers qui tirent grand profit de l’activité à leur détriment. Des voix s’élèvent pour appeler à l’assainissement du...

Maroc : les aéroports seront tous modernisés

Le Maroc envisage de mener prochainement une étude sur le développement de ses aéroports à l’horizon 2045. Un appel d’offres international a été récemment lancé à cet effet.

Nouvelle taxe pour l’hébergement chez l’habitant au Maroc

Le gouvernement marocain travaille à réglementer les hébergements alternatifs. Une nouvelle taxe pour l’hébergement chez l’habitant sera bientôt instaurée. Une manière pour lui d’encadrer le tourisme chez l’habitant.

Les Marocains paieront plus cher la bonbonne de gaz

Comme décidé par le gouvernement, le prix de la bonbonne de gaz va augmenter dès l’année prochaine. Celle-ci devrait se poursuivre les années suivantes.

Le Maroc mise sur le tourisme interne

L’office national marocain du tourisme (ONMT) a lancé le week-end dernier, une campagne multi-support visant à booster le tourisme intérieur.

« J’ai visité le Maroc - voici pourquoi je n’y retournerai jamais »

Sur la toile, des tiktokeurs et Youtubeurs – dont des Américains – déconseillent à leurs followers de se rendre au Maroc et en évoquent les raisons. Ils disent ne plus avoir l’intention de retourner dans le royaume.

Embellie du tourisme marocain grâce aux MRE

Au Maroc, le tourisme a connu une forte embellie en juin et juillet grâce notamment à l’afflux des Marocains résidant à l’étranger (MRE). Mais la sortie de crise n’est pas pour demain.

Le Maroc fait le pari de la diversité touristique

Le Maroc compte augmenter sensiblement la capacité hôtelière dans les prochaines années et préparer le pays pour la Coupe du monde 2030. Un plan vient d’être lancé dans ce sens et il est très ambitieux.

Les Marocains recommencent à dépenser à l’étranger

La période du Covid est (presque) loin derrière nous. Après près de deux ans d’épidémie et de difficultés pour sortir du territoire, les Marocains ont recommencé à voyager à l’étranger et donc à dépenser.