Booking dicte sa loi aux hôtels marocains

11 mai 2024 - 12h30 - Economie - Ecrit par : S.A

La plateforme de réservation en ligne, Booking.com continue de dicter sa loi aux hôteliers marocains, ainsi qu’aux agences de voyages, provoquant d’énormes pertes économiques.

La décision unilatérale de payer les commissions en devises et non en dirhams cause d’énormes préjudices aux hôteliers marocains, mais aussi aux agences de voyages. « La plateforme Booking agit aujourd’hui au Maroc en toute illégalité et fait subir beaucoup de pertes économiques aux acteurs locaux », dénonce Amal Karioun, président de la Fédération nationale des agences de voyages du Maroc auprès de Challenge, rappelant avoir entre-temps dénoncé cette décision. Il déplore l’inaction du pouvoir public. « J’avais effectivement alerté l’administration de tutelle sur le problème de Booking et sur l’ensemble des décisions qui devaient être prises à cette époque par le ministre Monsieur Sajid et rien n’a été fait, même pas une réponse. À valeur d’aujourd’hui, le problème de Booking se pose avec beaucoup plus d’acuité, non pas simplement pour les hôteliers parce que ça c’est une question, je dirais, commerciale, mais aussi parce qu’ils doivent payer en devise, ça c’est autre chose, c’est un problème qui est relié, disons, à l’office d’échange, à l’administration des impôts, etc. Donc est-ce qu’ils ont réussi à plus ou moins réorganiser le secteur ? En tout cas, le problème reste le même », assure Karioun.

À lire :Booking face à la colère des hôteliers marocains

À l’en croire, les hôteliers se retrouvent, toujours coincés, « parce que c’est un choix, pour l’hôtel de travailler, soit avec Booking soit avec les opérateurs nationaux. » Booking pose problème à plusieurs secteurs. « Maintenant les hôteliers vont dénoncer la situation (ils l’ont déjà fait), mais continueront à travailler avec Booking en ce qui les concerne. Je pense qu’ils sont assez grands pour pouvoir le résoudre eux. Booking pose problème aux autres opérateurs tels que les agences de voyage, les opérateurs du tourisme au Maroc qui ne passent plus par rapport à leur clientèle avec les tarifs concédés à la plate-forme », signale le président de la Fédération nationale des agences de voyages du Maroc. Il espère que les autorités vont prendre la pleine mesure de la situation. « Voilà donc, c’est une situation où le Maroc, l’administration que ce soit la tutelle que ce soit les impôts que ce soit l’office d’échange, n’ont pas encore pris de décision. Depuis, nous sommes dans l’expectative », ajoute-t-il.

À lire :La contestation monte contre Booking au Maroc

Le Maroc pourrait suivre l’exemple de la Turquie en prenant une disposition spéciale interdisant formellement au groupe Booking de vendre des chambres d’hôtel marocains aux citoyens dans le royaume ou celui de la Russie dont l’Agence anti-monopole (FAS) a condamné le site de réservation d’hébergements en ligne Booking.com à une amende record de 14,9 millions d’euros pour avoir « abusé de sa position dominante » suite à une plainte déposée par une ONG russe spécialisée notamment dans la défense des droits des PME.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Hôtellerie - Ministère du Tourisme - Administration - Tourisme

Aller plus loin

Booking face à la colère des hôteliers marocains

La plateforme de réservation en ligne Booking.com et les professionnels de l’hôtellerie au Maroc tiendront une réunion le 2 août, afin de discuter de la décision du groupe...

Sur Booking, Marrakech dans le Top 5 des destinations

Marrakech figure dans le top 5 des destinations plébiscitées par les voyageurs cet automne. C’est ce qui ressort du classement d’une plateforme de voyage.

Maroc : une seconde vie pour les hôtels fermés

Dans la perspective de l’organisation de la Coupe d’Afrique des nations (CAN 2025) et de la Coupe du monde 2030, le gouvernement d’Aziz Akhannouch travaille à redynamiser le...

La contestation monte contre Booking au Maroc

Les opérateurs du secteur de l’hôtellerie au Maroc ont dénoncé, dans une lettre adressée au ministère du Tourisme, le monopole de la plateforme Booking, appelant à des actions...

Ces articles devraient vous intéresser :

Le Maroc met de l’ordre dans les « Airbnb »

Après son adoption par le gouvernement marocain et sa publication au Journal Officiel, le décret définissant les procédures administratives relatives à l’ouverture des établissements touristiques et leur exploitation, est entré en vigueur.

Coup d’accélérateur pour le TGV Kénitra-Marrakech

L’Office national des chemins de fer (ONCF) a lancé un appel d’offres pour la construction d’une voie ferrée à grande vitesse de 375 kilomètres reliant Kénitra à Marrakech.

Aïd El Fitr 2024 : une bonne surprise pour les fonctionnaires marocains ?

La ministre déléguée chargée de la réforme de l’administration et de la transition numérique, Ghita Mezzour, propose au gouvernement de décréter un congé exceptionnel de trois jours au lieu de deux à l’occasion de l’Aïd Al-Fitr 2024.

Maroc : changement majeur chez Airbnb

La plateforme américaine Airbnb interdit désormais toutes les caméras de surveillance à l’intérieur des logements mis en location. Cette nouvelle règle entrera en vigueur en avril dans tous les pays, y compris le Maroc.

Statut d’auto-entrepreneur au Maroc : après l’euphorie, le flop ?

Lancé en 2015, le statut auto-entrepreneurs semble ne plus être une solution à l’informel et au chômage. Le bilan en est la parfaite illustration.

Les couples non-mariés pourraient partager une chambre d’hôtel au Maroc

Au Maroc, le ministère du Tourisme, de l’artisanat et de l’économie sociale et solidaire a engagé des concertations avec les ministères de l’Intérieur et de la Justice, en vue de la levée de l’interdiction pour les couples non-mariés de partager la...

Maroc : ces régions oubliées de l’internet

Lors d’un débat organisé par le Parti Authenticité et Modernité (PAM), Ghita Mezzour, ministre de la transition numérique et de la réforme de l’administration, a révélé la part du territoire marocain sans couverture internet.

Maroc : voici les salaires dans la fonction publique

Le rapport sur les ressources humaines annexé au projet de Loi de Finances 2024 indique que le salaire mensuel net moyen dans la fonction publique marocaine a augmenté de 18,08 %, passant de 7 250 dirhams en 2013 à 8 561 dirhams en 2023.

La contestation monte contre Booking au Maroc

Les opérateurs du secteur de l’hôtellerie au Maroc ont dénoncé, dans une lettre adressée au ministère du Tourisme, le monopole de la plateforme Booking, appelant à des actions urgentes de l’autorité pour mettre fin à ces abus.

Couples non mariés et hôtels au Maroc : vers la fin des abus ?

Abdellatif Ouahbi, ministre de la Justice, lance un avertissement aux hôtels qui exigent des documents non autorisés notamment un certificat de mariage des couples marocains.