Maroc : l’utilisation de WhatsApp interdite dans le secteur de la justice

14 avril 2023 - 08h50 - Maroc - Ecrit par : P. A

Le procureur général du Maroc, Al-Hassan Al-Daki, a interdit aux fonctionnaires et huissiers de justice d’installer et d’utiliser les applications de messagerie instantanée, et principalement WhatsApp, sur leurs téléphones professionnels.

Dans une circulaire adressée aux membres du parquet, le procureur général a mis en garde contre le manque de fiabilité de ces applications et notamment de WhatsApp qui ne dispose pas de niveaux de sécurité et de protection des données suffisants, rapporte Al-Sabah. Cette mesure vise à empêcher la divulgation de secrets professionnels lors de l’échange d’informations via WhatsApp entre les enquêteurs de la Brigade nationale de police judiciaire (BNPJ) et les représentants du ministère public.

À lire : Whatsapp piraté, les Marocains touchés

La note appelle les personnes concernées à la vigilance, surtout en ce qui concerne la protection des données liées aux enquêtes. La décision a été prise sur la base des résultats d’études techniques qui ont montré les failles de sécurité des applications de messagerie instantanée, explique Al-Hassan Al-Daki. L’application WhatsApp est très utilisée dans le secteur de la justice parce qu’elle facilite la communication lors des enquêtes. La décision est donc très mal accueillie par plusieurs responsables du secteur.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Droits et Justice - WhatsApp

Aller plus loin

Les Marocains désertent WhatsApp pour Signal

Ils sont nombreux ces internautes marocains qui ont quitté WhatsApp pour l’application Signal. Et pour cause.

Whatsapp piraté, les Marocains touchés

Un hackeur a mis en vente, le 16 novembre 2022, une base de données de 487 millions de numéros de téléphone appartenant à des utilisateurs marocains et d’autres nationalités de...

Un logiciel espion israélien dans l’application WhatsApp

WhatsApp a dévoilé publiquement que sa sécurité n’est plus garantie. En effet, les israéliens ont profité d’une faille de sécurité de la plateforme de messagerie pour installer...

Maroc : l’inquiétant Temu

Les Marocains s’inquiètent de l’application Temu, le géant chinois du commerce en ligne, installé depuis le 2 avril sur le marché marocain.

Ces articles devraient vous intéresser :

Corruption : des élus locaux pris la main dans le sac

Abdelouafi Laftit, ministre de l’Intérieur, tente d’en finir avec la corruption et la dilapidation de deniers publics. Dans son viseur, une trentaine de présidents de commune et de grand élus dont il a transféré les dossiers devant l’agent judiciaire...

Tarik Tissoudali condamné

Décidément, la semaine est décidément noire pour Tarik Tissoudali. Après s’être attiré les foudres de son club, La Gantoise, pour des critiques acerbes suite à la défaite contre le Standard, l’attaquant de 30 ans a été condamné vendredi par le tribunal...

Réaction de la mère d’Achraf Hakimi après les accusations de viol

La mère du latéral droit marocain du PSG, Achraf Hakimi, a réagi aux accusations de viol portées par une femme de 24 ans contre son fils. Cette semaine, le joueur a été mis en examen par la justice.

Accusé de viol, Achraf Hakimi se sent « trompé et piégé », selon ses proches

Achraf Hakimi a été mis en examen vendredi pour viol. Le défenseur marocain du Paris Saint-Germain (PSG), qui nie les faits, est soutenu par sa famille et son club. Selon ses proches, il dit se sentir « trompé ».

Maroc : 30 députés éclaboussés par des affaires de corruption

Au total, 30 députés marocains sont poursuivis par la justice en leur qualité de président de commune pour leur implication présumée dans des affaires de corruption, de dilapidation de deniers publics, de chantage, et de falsification de documents...

Un député marocain poursuivi pour débauche

Le député Yassine Radi, membre du parti de l’Union constitutionnelle (UC), son ami homme d’affaires, deux jeunes femmes et un gardien comparaissent devant la Chambre criminelle du tribunal de Rabat.

Maroc : Vague d’enquêtes sur des parlementaires pour des crimes financiers

Une vingtaine de parlementaires marocains sont dans le collimateur de la justice. Ils sont poursuivis pour faux et usage de faux, abus de pouvoir, dilapidation et détournement de fonds publics.

Trafic de billets de match : le député Mohamed El Hidaoui interrogé par la police

Soupçonné d’être impliqué dans une affaire de vente illégale de billets au Mondial 2022, le député RNI, Mohamed El Hidaoui, a été entendu, vendredi, par la justice.

Maroc : révocation en vue des députés poursuivis par la justice

Les députés poursuivis par la justice pour détournement ou dilapidation de fonds au Maroc pourraient être déchus de leurs mandats. La Chambre des représentants s’apprête à voter des amendements dans ce sens.

Les cafés et restaurants menacés de poursuites judiciaires

Face au refus de nombreux propriétaires de cafés et restaurants de payer les droits d’auteur pour l’exploitation d’œuvres littéraires et artistiques, l’association professionnelle entend saisir la justice.