Un Marocain défie la Chine... en état d’ébriété

26 août 2023 - 15h00 - Monde - Ecrit par : S.A

Un Marocain est jugé devant le tribunal de Kwun Tong pour avoir publiquement et intentionnellement profané 24 drapeaux nationaux chinois et des drapeaux régionaux de Hong Kong à North Point, en octobre dernier.

Zakaria Mezouar, 36 ans, présenté comme serveur, avait plaidé non coupable pour deux chefs d’accusation : avoir publiquement et intentionnellement profané 12 drapeaux nationaux et 12 drapeaux régionaux entre Watson Road et Electric Road à North Point, le 2 octobre dernier. Selon le tribunal de Kwun Tong, environ 200 drapeaux nationaux et drapeaux régionaux étaient hissés dans les rues de l’île de Hong Kong à l’époque. Lors de patrouilles, la police avait trouvé plus de 20 drapeaux éparpillés par terre sur Electric Road. Mezouar a également été filmé en train de retirer les drapeaux et de les jeter. À la barre, il a déclaré qu’il était ivre et ne se souvenait pas de ce qui s’était passé. Selon lui, ses problèmes comportementaux seraient liés au fait qu’il avait commencé à boire depuis son divorce avec sa femme en 2021.

À lire : Brûler un drapeau en Allemagne vous enverra en prison

Jeudi, le Marocain a été acquitté du chef d’accusation de profanation du drapeau national chinois par le magistrat principal par intérim, Daniel Tang Siu-hung, car l’accusation n’a pas réussi à prouver que le prévenu avait l’intention de profaner le drapeau national, rapporte The Standard. Selon lui, il était possible que Mezouar fut ivre à l’époque. Il a été vu en train d’agiter les bras et de crier. Sa tenue vestimentaire était ordinaire et il n’était pas affilié à aucun parti politique non plus, a ajouté le magistrat.

À lire :Maroc : un jeune poursuivi pour outrage au drapeau

Mezouar a été en revanche reconnu coupable de profanation du drapeau régional. Dans sa décision, le magistrat Tang Siu-hung a souligné que le libellé exact était « volontairement » en vertu de la loi. De quoi couvrir, selon lui, l’imprudence. Par conséquent, point de besoin de prouver que le Marocain avait une intention spécifique. Il sera libéré sous caution. Sa condamnation sera, quant à elle, prononcée le 14 septembre, en attendant un rapport de probation et un rapport de service communautaire.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Droits et Justice - Chine

Aller plus loin

Réaction après la pose d’un drapeau marocain sur la mairie Amiens

Lors de la célébration de la victoire contre l’Espagne et de la qualification historique des Lions de l’Atlas en quarts de finale de la coupe du monde, les supporters marocains...

Brûler un drapeau en Allemagne vous enverra en prison

Toute personne qui brûlerait le drapeau étranger, dont le marocain, ou allemand, sera passible d’une peine de prison. C’est l’essentiel à retenir d’une loi votée au parlement...

Un supporter arrêté pour avoir brandi le drapeau palestinien lors du match du Raja - Al Ahly

Un supporter de football a été arrêté pour avoir brandi le drapeau palestinien lors du match opposant Al Ahly au Raja Casablanca dans le cadre des quarts de finale aller de la...

L’Algérie ne veut pas du drapeau marocain dans ses stades

Lors du match entre le Wydad Casablanca, champion en titre, et la JS Kabylie – remporté par l’équipe algérienne (0-1)- comptant pour la 2ᵉ journée de la phase de groupes de la...

Ces articles devraient vous intéresser :

Les avocats marocains passent à la caisse

Les avocats marocains doivent désormais s’acquitter d’une avance sur l’impôt sur le revenu ou sur les sociétés au titre de l’exercice en cours auprès du secrétaire–greffier à la caisse du tribunal pour le compte receveur de l’administration fiscale....

Maroc : plus de droits pour les mères divorcées ?

Au Maroc, la mère divorcée, qui obtient généralement la garde de l’enfant, n’en a pas la tutelle qui revient de droit au père. Les défenseurs des droits des femmes appellent à une réforme du Code de la famille pour corriger ce qu’ils qualifient...

Plaintes de MRE : 96 % de satisfaction selon le Conseil supérieur du pouvoir judiciaire

En 2022, le Conseil supérieur du pouvoir judiciaire (CSPJ) a traité près de 96 % des doléances présentées par les Marocains résidant à l’étranger (MRE), selon un rapport de l’institution. Sur un total de 527 plaintes déposées, 505 ont été traitées par...

Enfants hors mariage : « la fête d’une nuit est à payer pendant 21 ans »

Comme pour les couples mariés, les enfants nés hors mariage au Maroc seront pris en charge par les parents. Une disposition est prévue dans le nouveau Code pénal pour reconnaitre leur droit, a annoncé le ministre de la Justice Abdellatif Ouhabi.

Maroc : un ancien diplomate accusé de prostitution de mineures risque gros

L’association Matkich Waldi (Touche pas à mon enfant) demande à la justice de condamner à des « peines maximales » un ancien ambassadeur marocain, poursuivi pour prostitution de mineures.

Corruption au Maroc : des élus et entrepreneurs devant la justice

Au Maroc, plusieurs députés et élus locaux sont poursuivis devant la justice pour les infractions présumées de corruption et d’abus de pouvoir.

L’affaire "Escobar du désert" : les dessous du détournement d’une villa

L’affaire « Escobar du désert » continue de livrer ses secrets. L’enquête en cours a révélé que Saïd Naciri, président du club sportif Wydad, et Abdenbi Bioui, président de la région de l’Oriental, en détention pour leurs liens présumés avec le...

Maroc : 20 affaires de détournement de fonds publics devant la justice

Le président du ministère public a été saisi par le procureur général du Roi près la Cour des comptes de 20 affaires de détournement de deniers publics au titre de l’année 2021.

Maroc : révocation en vue des députés poursuivis par la justice

Les députés poursuivis par la justice pour détournement ou dilapidation de fonds au Maroc pourraient être déchus de leurs mandats. La Chambre des représentants s’apprête à voter des amendements dans ce sens.

Le chanteur Adil Miloudi recherché par la police

Le célèbre chanteur marocain Adil El Miloudi est sous le coup d’un mandat d’arrêt pour avoir, dans une vidéo, menacé des fonctionnaires de police.