Les Marocains d’Espagne réclament des carrés musulmans

20 juin 2021 - 18h00 - Maroc - Ecrit par : A.P

La communauté musulmane de Fuerteventura demande des carrés musulmans dans les cimetières pour enterrer ses morts. Actuellement, aucun des cimetières sur l’île ne dispose d’espaces aménagés pour accueillir les corps des musulmans décédés. Ceci, malgré les promesses et les engagements des autorités locales.

L’absence de carrés musulmans sur l’île de Fuerteventura oblige la communauté musulmane constituée de Marocains pour la plupart, à se déplacer vers d’autres villes voisines pour enterrer ses morts selon le rite musulman. « Pour le moment, nous n’avons pas d’autre choix que d’enterrer nos défunts à Lanzarote, où il y a un espace à Teguise, à Gran Canaria ou à Tenerife, avec tout ce que cela implique comme dépenses pour le transfert des corps », explique Mohamed Amjahdi, représentant de la communauté islamique de l’île et président du collectif de la municipalité d’Antigua. Et d’ajouter : « En ces temps de pandémie, la demande a augmenté ; et dans les années à venir, des centaines de personnes auront besoin de ce droit ».

À lire : En Espagne, les Marocains font face au manque de carrés musulmans

« Une grande partie de la communauté sont des Marocains naturalisés espagnols qui ont migré vers Fuerteventura et qui n’envisagent plus d’être enterrées au Maroc. Ils ont établi leur vie, leur famille, leurs entreprises et paient leurs impôts ici. Ils ont donc le droit d’être enterrés à Fuerteventura », précise Amjahdi qui insiste sur l’urgence d’offrir des carrés musulmans à la communauté. « Les enfants qui sont nés et ont grandi sur l’île, vont vouloir faire enterrer leurs parents ici, près de chez eux. Et à cette situation, il faudra ajouter les Espagnols convertis à l’Islam », développe-t-il.

Le représentant de la communauté musulmane déplore par ailleurs le manque de volonté politique pour satisfaire à cette demande « historique » de la communauté. « Au Cabildo, ils ne répondent pas à nos appels téléphoniques. À la mairie de Puerto del Rosario, notre demande d’audience déposée depuis septembre, est restée sans suite. Les politiciens ne s’inquiètent pour nous que lorsque les élections arrivent », se désole Amjahdi qui demande aux autorités plus de proactivité et de planification dans la gestion des dossiers. « Dans 10 ans, la situation sera très différente et les gens ont le droit d’être enterrés selon leur foi. Nous sommes protégés par la Constitution et les droits de l’Homme. Nous sommes des citoyens qui payons des impôts », a-t-il soutenu.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Religion - Iles Canaries - Islam

Aller plus loin

L’Espagne transfère les dépouilles enterrées au rocher d’Al Hoceima

L’armée espagnole envisage l’exhumation et le transfert des restes des corps enterrés dans les cimetières des rochers de Vélez la Gomera et d’Al Hoceima vers le cimetière de...

Les musulmans de Madrid veulent un endroit pour enterrer leurs morts

La communauté musulmane de Madrid est confrontée à un problème de manque de carrés pour enterrer dignement ses morts.

France : une plainte pour plus de cimetières musulmans

Face au manque criard de carrés musulmans dans les cimetières en France et à l’inaction de certaines municipalités, Abdessamad Akrach, président de l’association Tahara,...

Les musulmans ressentent « chagrin et honte » quand ils enterrent leurs morts dans des cimetières catholiques

Les Marocains résidant en Catalogne, notamment dans la région de Catalogne, se plaignent de l’absence de carrés musulmans pour enterrer dignement leurs morts.

Ces articles devraient vous intéresser :

Les Morchidates, des enseignantes de la religion et des militantes de l’égalité des sexes au Maroc

Bouchra el Korachi est l’une des centaines de « Morchidates » ou prédicatrices désignées par le ministère marocain des Affaires islamiques pour enseigner le Coran, la Charia et le « fiqh », la loi islamique, dans les différentes mosquées du royaume....

Un lycée français au Maroc accusé d’intolérance religieuse

Le lycée Lyautey est au cœur d’une polémique après que plusieurs médias marocains ont publié qu’une employée de l’établissement aurait été empêchée d’y accomplir la prière. La direction du centre éducatif dément cette rumeur qu’elle juge « inconcevable ».

Aid Al Fitr au Maroc : vendredi ou samedi ?

Même si les calculs astronomiques tendent à définir la date de l’ Aïd Al fitr samedi 22 avril 2023 au Maroc, l’observation de la lune reste pour l’instant l’option privilégiée par les autorités religieuses marocaines.

Les chrétiens marocains contraints de vivre leur foi en secret

Les chrétiens marocains sont rejetés par leurs familles et la société. Bien que la Constitution de 2011 garantisse la liberté de conscience, la pratique d’une religion autre que l’islam sunnite est passible d’une peine pouvant aller jusqu’à trois ans...

Le jeûne du ramadan est-il compatible avec le diabète ?

Quel est l’impact du jeûne de ramadansur la santé d’un fidèle diabétique et quels sont les risques encourus ? Abdul Basit et Yakoob Ahmedani, tous deux médecins, donnent leur avis sur cette question qui préoccupe de nombreux fidèles musulmans.

Maroc : ils paient les dettes des plus pauvres

De jeunes Marocains, influenceurs, artistes et personnalités sont à l’origine d’une initiative visant à soutenir les familles dans le besoin en cette période de ramadan, mais aussi à les aider à éponger leurs dettes.

Maroc : voici le montant de la zakat al fitr

Le montant de la zakat Al Fitr vient d’être annoncé par les autorités religieuses marocaines, et plus précisément par le Conseil supérieur des oulémas (CSO).

Début de Ramadan au Maroc : décision ce mercredi

Alors que la majorité des pays musulmans débutent officiellement le ramadan ce jeudi 23 mars 2023, les Marocains, eux, devront attendre ce soir la décision du ministère des Habous et des Affaires islamiques.

Le ramadan débutera jeudi en France

Le ramadan débutera officiellement le jeudi 23 mars en France, annonce le recteur de la Grande Mosquée de Paris, Chems-Eddine Hafiz.

Israël importe des étrogs marocains pour la fête de Souccot

Pour la célébration de la fête de Souccot cette année, les juifs d’Israël vont utiliser des étrogs marocains. Une grande quantité de ce fruit a été acheminée en Israël, en raison des restrictions liées à la loi juive et grâce à la normalisation des...