Les Marocains, friands des taxis usagés espagnols

15 août 2023 - 22h00 - Espagne - Ecrit par : A.P

Les taxis usagers en Espagne sont généralement destinés à l’exportation vers des pays comme le Maroc, la Roumanie, la Bulgarie ou le Sénégal.

La vente de taxis hors d’usage à l’étranger est une solution viable pour se débarrasser de ces véhicules. « C’est très difficile pour un particulier de vous l’acheter », explique à El Periodico de Espana Manuel, précisant toutefois en avoir vendu deux à des Marocains qui se consacrent à l’achat-vente et l’exportation. « Ici, en Espagne, beaucoup de taxis sont achetés pour être vendus à l’étranger », déclare José Miguel Funez, responsable de la communication de la Fédération professionnelle des taxis de Madrid.

Selon plusieurs sources du secteur, l’activité d’exportation est entre les mains de particuliers espagnols et marocains. « Il y a des Marocains qui viennent vous voir quand vous attendez votre chargement ou à la gare, et d’après votre plaque d’immatriculation, ils peuvent voir si vous êtes sur le point de renouveler ou non, et s’ils voient que vous êtes intéressé, ils vous laissent 500 euros comme dépôt avec leur carte pour que vous puissiez les appeler », explique Manuel.

À lire : Maroc : Laftit veut mettre fin à « l’héritage » des agréments de taxis

Le chauffeur de taxi délivre un récépissé « en toute légalité », et l’acheteur est assuré d’être prioritaire sur le véhicule lorsque le propriétaire décide de retirer l’immatriculation espagnole. « D’après mon expérience, je peux vous dire que les Marocains sont plus légaux que les Espagnols. Ils s’occupent de toute la paperasserie et vous facilitent la tâche », assure Manuel, précisant avoir vendu un taxi de cinq ans d’âge avec 200 000 kilomètres à 3 200 euros, et d’autres avec 400 000 kilomètres à 900 euros.

« Ils les emmènent en bateau au Maroc, et là, comme les mécaniciens sont moins chers, ils les réparent. Ils gagneront entre 500 et mille euros de chaque voiture », estime-t-il. « La plupart des taxis achetés dans d’autres pays doivent continuer à fonctionner comme taxis. Il y a beaucoup de demande de la Bulgarie et du Sénégal, surtout, mais aussi de la Roumanie, du Portugal, de la France… », explique pour sa part un intermédiaire marocain qui passe des annonces sur le portail Milanuncios.

Sujets associés : Espagne - Exportations

Aller plus loin

Maroc : Laftit veut mettre fin à « l’héritage » des agréments de taxis

Abdelouafi Laftit, ministre de l’Intérieur, a décidé d’encadrer le transfert des agréments des taxis. De nouvelles conditions ont été ainsi définies.

A Casablanca, la guerre entre les taxis et les VTC refait surface

La tension entre chauffeurs de taxi et ceux de voiture VTC (Voitures de transport avec chauffeur), refait surface. Ces derniers jours, plusieurs altercations ont été observées...

Taxis : le Maroc réglemente la profession

Le ministère de l’Intérieur a annoncé une série de mesures dédiées à la gestion du transport par taxi en vue de garantir davantage de professionnalisme et de meilleures conditions.

Agadir fait la chasse aux vieux taxis

En application d’une récente décision du Wali de la région de Souss-Massa, le gouverneur de la province d’Agadir-Ida-Ou Tanane a ordonné la mise hors service de 105 taxis...

Ces articles devraient vous intéresser :

Industrie marocaine : l’automobile tire les exportations vers le haut

Les exportations du secteur automobile ont augmenté de 37,4 % à fin juillet 2023 par rapport à la même période de 2022, atteignant près de 82,02 milliards de dirhams (MMDH), selon l’Office des changes.

Les exportations marocaines dopées par le phosphate

Le premier semestre de 2022 a été témoin d’un essor des exportations marocaines de phosphates et dérivés.

Maroc : croissance économique malgré l’inflation persistante

Le taux d’inflation au Maroc va poursuivre sa tendance à la baisse, mais ne retrouvera pas son niveau d’avant 2022, a indiqué le Haut-commissariat au plan (HCP) dans un récent rapport, notant une croissance de +3,3 % au quatrième trimestre de 2023,...

Maroc : une croissance paradoxale entre exportations et importations d’avocats

Alors que le Maroc produit de plus en plus d’avocat, devenant l’un des principaux fournisseurs en Europe, la part des importations continuent de croître.

Maroc : record des exportations automobiles

L’industrie automobile marocaine atteint un record jamais réalisé à l’export. À fin septembre dernier, les exportations se sont établies à 77,68 milliards de dirhams, soit leur plus haut niveau durant la même période des cinq dernières années.

Charbon encombrant : l’Europe se décharge sur le Maroc

Confrontée à une crise énergétique l’année dernière, l’Europe avait renoué avec l’exploitation du charbon. Aujourd’hui, avec la diminution de la demande en énergie fossile, le vieux continent opte pour l’exportation de grandes quantités de charbon, en...

La normalisation des relations avec le Maroc booste les exportations d’armes israéliennes

Depuis la normalisation des relations entre le Maroc et Israël, les exportations d’armes israéliennes ne cessent d’augmenter. Une hausse de 30 % a été enregistrée l’année dernière grâce, notamment, au Maroc.

Le Maroc veut exporter de l’hydrogène vert vers l’UE d’ici 2050

Le Maroc veut continuer à produire davantage de l’hydrogène vert pour poursuivre sa transition énergétique et devenir à terme un grand exportateur du combustible vers l’UE.

Maroc : record d’exportations d’avocat, mais à quel prix ?

Les agriculteurs marocains continuent de produire de l’avocat destiné à l’exportation, malgré le stress hydrique que connaît le royaume. Le volume des exportations de ce produit a déjà atteint 30 000 tonnes.

Maroc : appel pressant des exportateurs de légumes

Les associations de producteurs et exportateurs de fruits et légumes appellent le gouvernement d’Aziz Akhannounch à autoriser la reprise des exportations.