Marrakech : vers une cessation totale d’activités des hôtels

6 janvier 2022 - 15h00 - Economie - Ecrit par : A.P

La majorité des hôtels à Marrakech risquent de fermer leurs portes face à la prorogation de la fermeture des frontières. En tout, 140 établissements hôteliers ont déjà cessé leurs activités et la centaine environ qui résiste encore à la crise, est à bout de force.

« Notre clientèle est internationale et tant que les frontières sont fermées, il est inutile de garder les portes ouvertes vu que l’établissement est vide. La décision sera revue à la fin de janvier suivant l’évolution de la pandémie et l’ouverture des frontières », indique Brahim Ait Moussa, directeur de l’hôtel 5 étoiles, les jardins de la Koutoubia, qui a cessé ses activités depuis début le début de l’année.

Plusieurs autres établissements hôteliers ont pris la décision d’arrêter de fonctionner, en attendant une réouverture des frontières, fait savoir L’Économiste. Ils subissent de plein fouet la crise. « Les hôtels ont consommé la totalité de leurs capitaux et la majorité des opérateurs sont en cessation de paiement des fournisseurs », explique Ahmed Bennani, président de l’Association de l’industrie hôtelière (AIH).

À lire : Maroc : les hôteliers lancent un SOS

Dépassés par la situation, et ne voyant toujours pas l’aide promise par le ministère de tutelle, les professionnels du secteur songent à mettre la clé sous le paillasson et à procéder à des licenciements économiques. Une option qui doit être entérinée par le gouverneur de la préfecture et nécessite la production de plusieurs justificatifs aux autorités compétentes. Malgré la crise qui perdure, les hôteliers de Marrakech ne souhaitent pas en arriver à cette extrémité, car « il n’y a pas pire que de se séparer des ressources humaines », note Bennani.

L’année 2021 est « une année zéro sans équivalent ou presque », déplore en outre le président de l’AIH, soulignant que les hôtels encore ouverts ont enregistré une baisse de 91 % de nuitées par rapport à 2019. En l’absence de visibilité, l’heure est grave pour les hôteliers de Marrakech qui représentent 40 % environ des lits nationaux.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Marrakech - Tourisme - Hôtellerie

Aller plus loin

Marrakech veut accueillir normalement les touristes

Les opérateurs touristiques exerçant à Marrakech appellent les autorités à lever les restrictions afin de leur permettre de se refaire une bonne santé financière pendant la...

Marrakech : des hôteliers font un cadeau à leurs employés

Malgré l’arrêt de leurs activités à cause du covid-19, les hôteliers de Marrakech ont décidé de manifester leur solidarité envers de leurs salariés. Ces derniers recevront leurs...

Tourisme : paralysie totale à Marrakech

Après presque deux ans de crise sanitaire, le secteur touristique à Marrakech est au point mort. En l’absence de touristes, les boutiques, les restaurants et les hôtels de la...

Maroc : les hôteliers lancent un SOS

Avec les nombreuses annulations d’hébergement, de restauration, comme de l’événementiel, le secteur hôtelier marocain est l’un des plus impactés par la crise sanitaire. Ses...

Ces articles devraient vous intéresser :

Un mois après le séisme, le tourisme marocain se redresse

Le Maroc conjugue désormais au passé l’impact négatif du puissant et dévastateur tremblement de terre du 8 septembre qui a endeuillé le peuple marocain et causé d’énormes dégâts matériels sur son tourisme. L’industrie se porte mieux que jamais.

Maroc : à peine arrivé, Ryanair fait déjà polémique

Le ministère du Tourisme et celui du Transport et de la logistique ont tenu à faire une mise au point concernant le supposé soutien financier octroyé à Ryanair pour opérer des vols intérieurs au Maroc, la concurrence déloyale à Royal Air Maroc et le...

Le tourisme marocain surfe sur la vague « Lions de l’Atlas »

Les exploits des Lions de l’Atlas au Qatar ne font pas seulement le bonheur des fans de football. Ils constituent également une bonne campagne publicitaire pour le tourisme marocain, selon l’Office national marocain du tourisme (ONMT).

Au Maroc, le tourisme se remet des effets de la pandémie de Covid-19

Lentement mais sûrement, l’industrie touristique se remet progressivement du Covid-19. C’est ce qui ressort de la présentation du budget du ministère du Tourisme devant la Commission des secteurs productifs à la Chambre des représentants.

Tourisme au Maroc : l’ONMT et EasyJet signent un accord historique

En vue d’étendre ses activités au Maroc, EasyJet Group a signé, à Londres, un accord de partenariat avec l’Office national marocain du tourisme (ONMT). Cette signature s’inscrit dans le cadre des initiatives menées par l’office afin d’atteindre voire...

La contestation monte contre Booking au Maroc

Les opérateurs du secteur de l’hôtellerie au Maroc ont dénoncé, dans une lettre adressée au ministère du Tourisme, le monopole de la plateforme Booking, appelant à des actions urgentes de l’autorité pour mettre fin à ces abus.

L’un des plus beaux endroits au monde est Marocain

L’Erg Chebbi, ou dunes de Merzouga dans le Sahara marocain, est l’un des plus beaux endroits au monde, selon un classement réalisé par Time Out.

Le Maroc met de l’ordre dans les « Airbnb »

Après son adoption par le gouvernement marocain et sa publication au Journal Officiel, le décret définissant les procédures administratives relatives à l’ouverture des établissements touristiques et leur exploitation, est entré en vigueur.

Taxis contre Indrive : quand la rue marocaine devient un ring

La Coordination nationale et le Bureau régional de l’Organisation nationale pour les droits humains et la défense des libertés au Maroc appellent les autorités responsables du secteur des transports à trouver des solutions efficaces pour résoudre le...

Maroc : les recettes touristiques se consolident au troisième trimestre de l’année

Les recettes touristiques se sont élevées à 52,2 milliards de dirhams à fin août dernier, selon la Direction des études et des prévisions financières (DEPF), en forte augmentation de 155,9 % par rapport aux chiffres de l’année dernière.